Cinq Blessures, Cinq Pressions Existentielles et Cinq Elements (ou 5 Mouvements)

La MTC, la Gestalt Thérapie et Liz Bourbeau : Ebauches de correspondances

Accueil > Activités du site > Cinq Blessures, Cinq Pressions Existentielles et Cinq Elements (ou 5 Mouvements)

Cinq Blessures, Cinq Pressions Existentielles et Cinq Elements (ou 5 Mouvements)

par

Acupression (MTC)
Promotion 2021

Introduction

COMMENÇONS PAR ÉCLAIRCIR QUELQUES DÉTAILS :

Les termes « Cinq Mouvement » ou « Mouvement », seront nommés un bon nombre de fois dans ce document car ils nous parlent d’une théorie. La théorie des Cinq Mouvement est une méthode de classification qui permet d’illustrer des différents aspects spécifiques du Qi, de classifier des phénomènes, des organes, des saisons, des émotions et bien d’autres choses.

Ils se nomment : BOIS – FEU – TERRE – MÉTAL – EAU

Quand l’un de ces deux termes apparaîtra avec la première lettre en Majuscule ceci indiquera que ce qui est écrit fait référence à cette théorie, et non à la définition orthographique du dictionnaire que l’on connaît.

Les termes en caractères gras* font eux aussi partie de concepts qu’utilise la médecine traditionnelle chinoise pour définir quelque chose de précis qui sera expliqué au moment venu.

Ce document est l’objet d’une observation plutôt personnelle.

Ma curiosité pour l’être humain, son rapport aux émotions, sa manière dont il les exprime, les partagent, et les rééquilibrent font l’objet de cette recherche.

Elle tourne autour de plusieurs sources d’informations théoriques et pratiques :

  • La première est la Médecine traditionnelle Chinoise, sa théorie des Cinq Mouvement qui est un des supports de cette recherche, le Qigong et certaines pratiques spécifiques issue du livre « Pratiques d’auto guérison par le Qigong » de Amaël Ferrando, ainsi que son partage en direct lors de la Formation en Acupression.
  • Le concept de Lise Bourbeau nommé « les Cinq Blessures ».
  • Un concept de la méthode Gestalt nommé « les Cinq pressions existentielles ».
  • Ma propre expérience et mon regard sur celle-ci.

Cette recherche n’est autre que la sensation personnelle d’avoir pu rencontrer des liens profondément logique et parfois brumeux, entre toutes ces informations contemporaines et ancestrales, en y ajoutant comme outils certaines sources théoriques fondées, et comme pratique le registre de mon ressentis, de mes émotions, et de mes expériences.

Les relations physiologiques des cinq mouvements

1.1 – La relation d’engendrement Xiangsheng : signifie que chacun des Cinq Mouvement favorise le développement du Mouvement qui le suit et ceci génère un cycle perpétuel ou chaque Mouvement est nourri par son précédent.

Ci-dessous la présentation d’un tableau afin d’illustrer de manière visuelle le concept de cette relation d’engendrement Xiangsheng :

(Tableau 1.1)

Mouvement BOIS FEU TERRE METAL EAU
relation

d’engendrement

Xiangsheng

NOURRIT NOURRIT NOURRIT NOURRIT NOURRIT
Mouvement FEU TERRE METAL EAU BOIS

1.2 – La relation de domination Xiangke : signifie que chacun des Cinq Mouvement peut contrôler ou contenir le développement du Mouvement qui le suit.

Il existe une phrase du Suwen qui permet de le mémoriser : le Métal coupe le Bois, l’Eau éteint le Feu, le Bois couvre la Terre, le Feu fond le Métal et la Terre endigue l’Eau.

Le cycle de domination est complémentaire au cycle d’engendrement. La combinaison de ces deux lois fait que chaque Mouvement entretient des relations privilégiées avec les quatre autres.

Celui qui l’engendre, celui qu’il engendre, celui qui le domine et celui qu’il domine.

Ci-dessous la présentation d’un tableau afin d’illustrer de manière visuelle le concept de cette relation de domination Xiangke :

(Tableau 1.2)

Mouvement BOIS FEU TERRE METAL EAU
relation

de domination

Xiangke

CONTRÔLE CONTRÔLE CONTRÔLE CONTRÔLE CONTRÔLE
Mouvement TERRE METAL EAU BOIS FEU

Lorsque le fonctionnement physiologique de l’un de ces deux mode de relations (Xiangsheng et Xiangke) se déséquilibre, cela engendre des relations dites pathologiques, qui peuvent s’exprimer de manière abusive ou à contre courant comme les 2 prochaines relations ci-dessous (relation d’exploitation Xiangcheng et relation d’outrage Xiangwu) :

1.3 – La relation d’exploitation Xiangcheng, (concept pathologique),

signifie que dans une situation de déséquilibre, chacun des cinq Mouvements peut profiter de la faiblesse du Mouvement qui le suit pour abuser de lui ou l’opprimer selon le même ordre que la relation de domination Xiangke.

Ci-dessous la présentation d’un tableau afin d’illustrer de manière visuelle le concept de cette relation d’exploitation Xiangcheng :

(Tableau 1.3)

Mouvement BOIS FEU TERRE METAL EAU
relation

d’exploitation

Xiangcheng

EXPLOITE EXPLOITE EXPLOITE EXPLOITE EXPLOITE
Mouvement TERRE METAL EAU BOIS FEU

1.4 – La relation d’outrage Xiangwu (concept pathologique),

exprime un déséquilibre à la fois dans l’ordre et dans la puissance relative. Le Mouvement dominateur n’a pas la force de jouer son rôle et se laisse contrôler par son « vassal » et en plus, le Mouvement qui devrait être dominé devient tyrannique envers son « suzerain ».

La relation pathologique d’outrage apparaît uniquement lorsqu’elle  s’associe à la relation d’exploitation.

Lorsqu’un Mouvement est en excès, il opprime celui qui le contrôle et se révolte (Xiangcheng) contre celui qui le domine.

Lorsqu’un Mouvement est en insuffisance, il est opprimé par celui qui le domine et subit la révolte de celui qu’il devrait dominer.

Dans cette situation l’ensemble du système est perverti et le déséquilibre va en s’aggravant.

Ci-dessous la présentation d’un tableau afin d’illustrer de manière visuelle le concept de cette relation doutrage Xiangwu :

(Tableau 1.4)

Mouvement BOIS FEU TERRE METAL EAU
relation

d’outrage

Xiangwu

OFFENSE OFFENSE OFFENSE OFFENSE OFFENSE
Mouvement METAL EAU BOIS FEU TERRE

LES 7 SENTIMENTS EN MÉDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE

Il existe 7 sentiments en médecine traditionnelle chinoise et il est considéré comme important de pouvoir les exprimer de façon  naturelle et équilibrée. Si il y a une expression trop importante ou insuffisante cela engendre un déséquilibre au sein de l’organisme.

Chacun des sentiments correspond à un Mouvement spécifique, voici leurs correspondances :

La colère correspond au BOIS.

La joie et la frayeur correspondent au FEU.

La pensée obsessionnelle ou (la nostalgie) correspondent à la TERRE.

La tristesse et l’accablement correspondent au MÉTAL.

La peur correspond à l’EAU.

Lors de ce document je nommerai simplement les 5 émotions qui sont :

COLÈRE, JOIE, PENSÉE OBSESSIONNELLE, TRISTESSE ET PEUR.

La volonté de nommer les 7 sentiments ici est tout simplement pour informer que quand nous parlons des sentiments en Médecine traditionnelle Chinoise, parfois il n’apparaît que les 5 émotions mais en réalité aucun cas cela exclut la présence des 7 sentiments.

Par exemple, quand on parle d’un déséquilibre du Mouvement FEU, cela peut entraîner un déséquilibre de son émotion qui est la Joie. Il faut penser aussi que cela touche inévitablement la frayeur, même si la plupart du temps elle ne sera pas mentionnée, elle en fait partie intégrante.

Il existe une relation de restriction mutuelle au sein des différents facteurs émotionnels qui correspond à la relation de domination Xiangke.

Voici un tableau qui permet d’illustrer cet exemple :

(Tableau 2.1)

émotion Colère Joie Pensée  obsessionnelle Tristesse Peur
relation

de domination

Xiangke

RESTREINT RESTREINT RESTREINT RESTREINT RESTREINT
émotion Pensée  obsessionnelle Tristesse Peur Colère Joie

LES CINQ PRESSIONS EXISTENTIELLES

Source : issue d’une vidéo de Frédéric Barbey selon la méthode Gestalt Thérapie.

Les cinq pressions existentielles sont les suivantes :

IMPERFECTION – QUÊTE DE SENS – SOLITUDE – FINITUDE – RESPONSABILITÉ

Ces 5 pressions existentielles font parties des causes les plus courantes des déséquilibres émotionnels que nous pouvons rencontrer dans notre société occidentale actuelle.

Ces 5 thermes sont reconnues comme des pressions existentielles lorsqu’il y à déséquilibre dans la relation d’acceptation et d’identification.

Chaque individu peut se sentir identifié avec l’une de ses pressions ou avec plusieurs d’entre elles. Bien évidemment l’un de ces concepts peut être totalement normal et accepté par une personne et peut faire vivre de vraies angoisses à une autre.

Nous sommes tous différents et en fonction des moments de notre vie, ces pressions peuvent être vécues avec une intensité et durant une période qui est propre à chacun.

Ces déséquilibres peuvent se faire ressentir de manière extrême comme par exemple, si l’on est complètement obstiné par l’une de ses pressions ou si au contraire, elle est réprimée, repoussée, ignorée.

On pourrait l’identifier grâce au concept de Vide ou Plénitude*.

A partir du moment où il y à une réaction émotionnelle, physique ou physiologique, considérée comme déséquilibrée depuis une observation énergétique, face à l’une de ces pressions existentielles, on pourrait considérer que ceci affecte le Mouvement dans lequel elle se situe.

Par exemple, si je suis obstiné par le fait d’être seul ou si je ne désire pas voir que la solitude m’affecte, on peut considérer que ceci affecte le Mouvement qui lui correspond, ou bien, si le Mouvement correspondant subit un déséquilibre par la cause d’un facteur externe, ceci pourrait réveiller l’identification de cette pression ou bien l’augmenter.

Dans ce cas, le déséquilibre du Mouvement nourrit l’identification de cette pression, et/ou l’identification déséquilibrée à cette pression existentielle affecte le Mouvement qui lui correspond.

Ci-dessous la présentation d’un tableau afin d’illustrer de manière visuelle, dans quel Mouvement chacunes des pressions existentielles pourraient se situer :

(Tableau 3.1)

Mouvement BOIS FEU TERRE METAL EAU
pression existentielle IMPERFECTION QUÊTE DE SENS SOLITUDE FINITUDE RESPONSABILITÉ

LES CINQ BLESSURES

Source : issue du livre « les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même » de Lise Bourbeau.

Les cinq blessures sont les suivantes :

TRAHISON – REJET – ABANDON – INJUSTICE – HUMILIATION

Lorsque l’on a vécu une de ces blessures, la manière d’agir face au monde avec celle-ci se fait à l’aide d’un « masque ».

Le « masque » ici nommé comme une métaphore, fait référence à un comportement émotionnel qui se met en place comme un système d’auto défense à cause de cette blessure vécus et non guéris.

Il est possible de vivre avec plusieurs blessures qui surgissent à des périodes différentes de la vie et qui peuvent être ressentis avec une intensité différente en fonction de sa profondeur et de sa durée.

Les cinq masques correspondant aux cinq blessures précédemment nommées, sont les suivants :

  1. Blessure de la TRAHISON, masque du contrôlant.
  2. Blessure du REJET, masque du fuyant.
  3. Blessure de l’ABANDON, masque du dépendant.
  4. Blessure de l’INJUSTICE, masque du rigide.
  5. Blessure de l’HUMILIATION, masque du masochiste.

Quand la blessure est activée, comme un effet d’engendrement, une peur s’active elle aussi. Les 5 peurs correspondant aux blessures sont les suivantes :

  1. Blessure de la TRAHISON, peur de la séparation, du reniement, de la dissociation.
  2. Blessure du REJET, peur de la panique.
  3. Blessure de l’ABANDON, peur de la solitude.
  4. Blessure de l’INJUSTICE, peur de la froideur.
  5. Blessure de l’HUMILIATION, peur de la liberté.

On pourrait considérer que chaque blessure est associée à un Mouvement spécifique.

Voici ci dessous un tableau qui permettrait d’illustrer ces différentes associations entre Mouvement, blessure, masque et peur :

(Tableau 4.1)

Mouvement BOIS FEU TERRE METAL EAU
BLESSURE TRAHISON REJET ABANDON INJUSTICE HUMILIATION
masque contrôlant fuyant dépendant rigide masochiste
peur Séparation

Reniement

Dissociation

Panique Solitude Froideur Liberté

Quant une blessure est activée, cela pourrait provoquer un déséquilibre dans le Mouvement qui lui correspond, et par conséquent, selon la relation de domination Xiangke, si un Mouvement est déséquilibré ceci engendrerait une relation pathologique d’exploitation Xiangcheng et terminera par affecter le Mouvement qui le suit.

En outre le Mouvement qui le suit ne peut être dominé et donc peut exprimer son émotion de manière déséquilibrée.

Voici les exemples expliquant cette idée :

  • La blessure de la TRAHISON, provoque un déséquilibre dans le Mouvement du BOIS, ce qui engendrerait des perturbations émotionnelles dans le Mouvement de la TERRE, correspondant à l’émotion de la PENSÉE OBSESSIONNELLE. Dans ce cas, la Colère ne peut restreindre la Pensée obsessionnelle.
  • La blessure du REJET, provoque un déséquilibre dans le Mouvement du FEU, ce qui engendrerait des perturbations émotionnelles dans le Mouvement du METAL, correspondant à l’émotion de la TRISTESSE. Dans ce cas, la Joie ne peut restreindre la Tristesse.
  • La blessure de l’ABANDON, provoque un déséquilibre dans le Mouvement de la TERRE, ce qui engendrerait des perturbations émotionnelles dans le Mouvement de l’EAU, correspondant à l’émotion de la PEUR. Dans ce cas, la Pensée obsessionnelle ne peut restreindre la Peur.
  • La blessure de l’INJUSTICE, provoque un déséquilibre dans le Mouvement du METAL, ce qui engendrerait des perturbations émotionnelles dans le Mouvement du BOIS, correspondant à l’émotion de la COLÈRE. Dans ce cas, la Tristesse ne peut restreindre la Colère.
  • La blessure de l’HUMILIATION, provoque un déséquilibre dans le Mouvement de l’EAU, ce qui engendrerait des perturbations émotionnelles dans le Mouvement du FEU, correspondant à l’émotion de la JOIE. Dans ce cas, la Peur ne peut restreindre la Joie.

Si une blessure s’installe et perdure dans le temps, elle deviendra de plus en plus profonde et pourrait être considérée comme la Racine* du déséquilibre énergétique. Puis si l’on considère qu’une pression existentielle s’installe lorsque qu’un Mouvement est faible, sensible ou affecté par une blessure présente, on pourrait considérer que la pression existentielle est une Branche*.

Dans ce cas, la blessure qui est installée provoquerait un déséquilibre plus profond du Mouvement qui lui correspond en engendrant une faiblesse de celui-ci, et se laisserait affecter par l’exploitation du Mouvement qui le domine. Car par faiblesse cette relation de domination Xiangke se transformerait en relation d’exploitation Xiangcheng. Puis si ce même Mouvement, affecté par la faiblesse de sa blessure, ne peut plus dominer le Mouvement qui le suit dans la relation de domination Xiangke, cela signifie que ce dernier l’offenserait et donnerait lieu à une relation d’outrage Xiangwu.

Voici à quoi cela signifierait :

Si la blessure de la Trahison perdure, elle engendrerait une faiblesse du BOIS. Ceci provoquerait l’offense du MÉTAL envers le BOIS, ainsi que l’impossibilité pour le BOIS de dominer la TERRE.

Dans ce cas il serait possible de rencontrer plusieurs déséquilibres face à l’identification des différentes pressions existentielles qui s’associent à ces trois derniers Mouvements : BOIS, MÉTAL et TERRE, en l’occurrence : IMPERFECTION, FINITUDE et SOLITUDE.

Si la blessure du Rejet perdure, elle engendrerait une faiblesse du FEU. Ceci provoquerait l’offense de l’EAU envers le FEU, ainsi que l’impossibilité pour le FEU de dominer le MÉTAL.

Dans ce cas il serait possible de rencontrer plusieurs déséquilibres face à l’identification des différentes pressions existentielles qui s’associent à ces trois derniers Mouvements : FEU, EAU et MÉTAL, en l’occurrence : QUÊTE DE SENS, RESPONSABILITÉ, FINITUDE.

Si la blessure de l’Abandon perdure, elle engendrerait une faiblesse de la TERRE. Ceci provoquerait l’offense du BOIS envers la TERRE, ainsi que l’impossibilité pour la TERRE de dominer l’EAU.

Dans ce cas il serait possible de rencontrer plusieurs déséquilibres face à l’identification des différentes pressions existentielles qui s’associent à ces trois derniers Mouvements : TERRE, BOIS et EAU, en l’occurrence : SOLITUDE, IMPERFECTION et RESPONSABILITÉ.

Si la blessure de l’Injustice perdure, elle engendrerait une faiblesse du MÉTAL. Ceci provoquerait l’offense du FEU envers le MÉTAL, ainsi que l’impossibilité pour le MÉTAL de dominer le BOIS.

Dans ce cas il serait possible de rencontrer plusieurs déséquilibres face à l’identification des différentes pressions existentielles qui s’associent à ces trois derniers Mouvements : MÉTAL, FEU et BOIS, en l’occurrence : FINITUDE, QUÊTE DE SENS et IMPERFECTION.

Si la blessure de l’humiliation perdure, elle engendrerait une faiblesse de l’EAU. Ceci provoquerait l’offense de la TERRE envers l’EAU, ainsi que l’impossibilité pour l’EAU de dominer le FEU.

Dans ce cas il serait possible de rencontrer plusieurs déséquilibres face à l’identification des différentes pressions existentielles qui s’associent à ces trois derniers Mouvements : EAU, TERRE et FEU, en l’occurrence : RESPONSABILITÉ , SOLITUDE et QUÊTE DE SENS.

Voici un tableau qui permettrait d’illustrer visuellement la classification des émotions, blessures, masques et pressions existentielles en fonction des Mouvements qui correspondent à chacune d’entre eux :

(Tableau 4.2)

Mouvement BOIS FEU TERRE MÉTAL EAU
émotion colère joie pensée obsessionnelle tristesse peur
BLESSURE TRAHISON REJET ABANDON INJUSTICE HUMILIATION
masque contrôlant fuyant dépendant rigide masochiste
Pression existentielle Imperfection Quête de sens Solitude Finitude Responsabilité

APPLICATION D’UN CAS FACE À CETTE IDÉE

  • Présentation de la personne :

Homme, 30 ans, en pleine transition professionnelle et personnelle sur différents points, notamment la guérison de ses blessures qui provoquent de grands mouvements émotionnels et qui, de manière organique, engendre une restructuration de plusieurs paradigmes de sa vie.

  • Identification de deux blessures différentes chez cette personne : ABANDON et REJET.

————————————————————————————————

Selon Lise Bourbeau, auteur du livre « les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » :

 

  • L’ABANDON EST VECU AVEC LE PARENT DU SEXE OPPOSE. Le dépendant se sent donc facilement abandonné par les personnes du sexe opposé et est porté à les accuser plutôt que de s’accuser lui-même. Lorsqu’il vit une expérience d’abandon avec quelqu’un du même sexe, il s’accuse lui- même, croyant ne pas avoir porté assez d’attention à l’autre ou ne pas avoir su porté la bonne attention. Il arrive fréquemment que ce qu’il croit être une expérience d’ABANDON avec les personnes du même sexe soit plutôt du REJET.
  • LE REJET EST VECU AVEC LE PARENT DU MEME SEXE. Le fuyant se sent donc rejeté par les personnes du même sexe que lui. Il les accuse de le rejeter et éprouve davantage de colère envers ces personnes envers lui-même. Par contre, lorsqu’il vit une situation de rejet avec une personne du sexe opposé, il se rejette lui-même. Cela le pousse alors à vivre plus de colère envers lui-même. Il est aussi fort possible que ce qu’il croit être du REJET dans cette expérience (avec les personnes du sexe opposé) soit plutôt de l’ABANDON.

————————————————————————————————

Activation de la blessure de l’ABANDON :

  • Première activation (sensation d’ABANDON par la mère qui était peu présente) : Séparation des parents à l’âge de 2 ans. Présence du père 4 jours par mois et d’une mère travaillant à temps plein. Éducation par ses grands-mères, tantes et sa mère. L’unique figure paternelle la plus présente avant celle de son père fût celle de son grand-père maternel qui mourût quand il avait 5 ans.
  • Deuxième activation (sensation d’ABANDON par la mère à partir de la naissance de son frère) : naissance du frère d’un père différent à l’âge de 8 ans. Encore moins de temps disponible avec sa mère qui partage son temps entre travail, sa relation de couple et la présence de son deuxième fils qui devient le point central du cercle familial.
  • Troisième activation (sensation d’ABANDON par la mère à l’âge de 13 ans face à la relation qui était devenue principalement conflictuelle) : Situation de famille compliquée, séparation de la mère avec le père de son frère qui ne fût pas dans la paix et la bienveillance. Ceci a engendré beaucoup d’émotions exprimées de manière déséquilibrée à l’intérieur de cette relation mère/fils. Retournement de situation le fils à pris la décision de partir vivre avec son père du jour au lendemain. ABANDON du fils envers la mère (selon ces mots, il l’aurait vécu ainsi).

Activation de la blessure du REJET :

  • Première activation (sensation de rejet par son père dès le plus jeune âge, à partir de 5 ans) : La fête et les amis sont la propriétés père, si la présence du fils est compatible, le fils accompagne le père, si la présence du fils est incompatible, le fils va chez sa grand-mère paternel. Sensation de passer en second plan.
  • Deuxième activation (sensation de rejet par son père à plusieurs reprises face au même genre de situation, à mais à différentes périodes entre l’âge de 6 ans et 11 ans) : Le lieu d’habitat ou se retrouvent le père et le fils 4 jours par mois varie en fonction des envies de la compagne du père et non en fonction des besoins et demande du fils. La fils n’a pas sa propre chambre dans l’habitat de la compagne du père alors que la maison du père (ou le fils à sa propre chambre) reste inhabité. Ne se sent pas écouté, ne trouve pas sa place, sensation de passer en second plan.
  • Troisième activation (sensation de rejet par son père face aux discours et mauvaise blague que le père entretient fréquemment avec ses amis). A partir de l’âge de 14 ans lorsque le fils vit avec son père, il est témoin de discours et de mauvaises blagues de la part de son père et ses amis, envers la communauté homosexuelle alors que le fils est lui en pleine découverte de sa propre identification en tant que personne homosexuelle. Sensation de rejet envers une partie de sa propre identité non dévoilé, peur d’être rejeté pour assumer qui il est.
  • Certains déséquilibres de consommation chez cette personne :

A partir de l’âge de 6 ans, il commence à se cacher pour manger des biscuits et du chocolat qui se sont rapidement déclenchés de manière anxiogène et incontrôlable jusqu’à l’âge de 29 ans. (Manière de réprimer sa sensation de solitude et d’adoucir ses sentiments).

À l’âge de 13 ans il commence à fumer des cigarettes et dès l’âge de 15 ans de façon quotidienne jusqu’à l’âge de 27 ans. (Manière d’être reconnu socialement à l’intérieur d’un groupe de personnes qui l’accepte).

À l’âge de 16 ans il commence à consommer de la marihuana de manière quotidienne jusqu’à l’âge de 27 ans, et de manière excessive de 16 ans à 18 ans. (Manière de réprimer une profonde colère durant ces 2 années de 16 ans à 18 ans et de la maintenir sous contrôle jusqu’à 27 ans).

Consommation régulière d’alcool depuis l’âge de 14 ans dans un contexte de fête plus ou moins justifié avec des périodes ou le contexte se présentait plusieurs fois par semaine.

Depuis l’âge de 28 ans les contextes sont extrêmement rares mais il note que sa consommation d’alcool peut dans un contexte euphorique, ne pas avoir de limite. (Manière de se déconnecter de ses émotions, d’exprimer des choses qu’il ne se permet pas s’il ne ressens pas les effets de cette substance).

  • Autres expériences de l’ABANDON et du REJET qui ont été vécus :

Il se sentait non accepté et rejeté par les différentes femmes que son père a pu avoir durant plusieurs années et donc réagissait de même avec elles. (Dès l’âge de 6 ans jusqu’à l’âge de 29 ans).

Il se sentait non accepté et rejeté par le père de son frère et réagissait de même avec lui. (Dès l’âge de 7 ans jusqu’à l’âge de 12 ans).

A partir de l’âge de 11 ans il s’est senti non accepté et rejeté pour avoir été victime de moquerie durant les années collège car il faisait de la danse, et était considéré depuis le regard de ces personnes, comme un garçon efféminé. Il a donc décidé d’abandonner la danse qui était sa passion lorsqu’il a commencé à fréquenter un nouveau groupe d’amis extérieurs à son collège par peur d’être rejeté. C’est avec eux qu’il a commencé à fumer à l’âge de 13 ans.

Il s’est sentis non accepté et rejeté par plus de la moitié de son groupe d’amis à l’âge de 18 ans quant il à annoncé qu’il était homosexuel.

À partir de l’âge de 18 ans, il entretenait peu de relations et toutes sont superficielles, sans attachement, et lorsque le lien commence à s’approfondir il s’éloigne puis dès qu’il y à conflit, il fuit.

Il accuse les autres comme responsables, sur le fait que personne ne l’accepte mais ne donne pas la possibilité d’être vraiment lui-même en société. Il se rejette lorsqu’il n’écoute pas ses besoins et quant il ne se permet pas d’exprimer ses propres limites.

  • La suite de l’histoire :

À l’âge de 20 ans il décide de faire un apprentissage pour ne plus vivre avec ses parents, et pour être indépendant économiquement.

Il consacre tout son temps entre la présence en entreprise et au centre de formation, au maintien parfait se son chez soi et tout ceci régulé et accompagné par la consommation quotidienne de tabac, de marihuana et hebdomadaires d’alcool.

À l’âge de 25 ans il termine son apprentissage et part vivre dans un autre pays ou il ne parle pas la langue afin d’y travailler. Ce changement à été l’élément déclencheur quant à la prise de conscience des différents déséquilibres.

Il s’est retrouvé seul avec lui-même et avec l’apprentissage en autodidacte de cette nouvelle langue dont il ne parlait pas un mot en arrivant. Ces nouveaux apprentissages lui ont donné plus de confiance et de responsabilité. Une opportunité pour construire une partie de l’histoire dans un environnement où le passé, la famille, les personnes de son ancien entourage ne sont pas présentes. Le temps libre était partagé entre découverte, nature, rencontre de nouvelles personnes. Toutes ces nouvelles expériences ont par la suite commencé a réveillé beaucoup de questions :

Suis-je sincèrement heureux ? Pourquoi ne le suis-je pas ? Devrai-je l’être avec ces piliers qui constituent ce mode de vie dans lequel je m’identifie ? Ce mode de vie est-il le résultat de mon état émotionnel ? Suis-je en train de vivre une réalité qui au fond ne me rend pas heureux ? Pourquoi suis-je en train de vivre cette réalité ? Comment puis-je en sortir ? Suis-je libre de changer ? En suis-je capable ? Comment puis-je faire ? Que vais-je perdre ? Que vont-ils penser de moi ? Ai-je peur de changer ? Pourquoi ? Par où je commence ? Etc…

Les décisions conscientes de vouloir déprogrammer les mauvaises habitudes, les fausses croyances et de construire de nouveaux paradigmes ont commencé à l’âge de 26 ans.

A l’été de ses 26 ans il s’est rendu compte qu’il voulait reprendre la danse, passion qu’il avait laissé 13 ans plus tôt derrière lui. Il s’est également rendu compte que cela faisait 13 ans, la moitié de sa vie qu’il fumait du tabac, depuis qu’il avait justement arrêté la danse. Il a donc décidé d’inverser le processus et il décide donc d’arrêter le tabac afin de reprendre la danse.

L’expression du corps en mouvement lui on permis de drainer et d’expulser une partie de la colère qu’il avait en lui. Par engendrement naturel il arrêta de fumer la marihuana quotidiennement et en quelques semaines ceci s’est réduit à une consommation quasi nulle.

Il dansa de 26 ans à 27 ans, 4 heures par semaine durant 1 an, puis pendant quelques mois, 8 heures par semaine.

La consommation d’alcool elle en revanche, est toujours présente en dehors des jours ou les cours de danse ont lieu.

Prise de conscience professionnelle durant l’année de ses 27 ans, ou il ne se sent pas heureux, il en a marre et souhaite pouvoir danser davantage. Il décide de s’organiser financièrement pour être libre de voyager et se permettre de danser tout ce qu’il peut. Il vend tout ce qu’il avait accumulé ces 8 dernières années, part vivre avec un ami pendant 6 mois, puis décide de partir en Amérique du Sud avec un sac à dos, l’envie de danser et sans billet de retour.

Il part durant l’année de ses 27 ans et y reste 9 mois. Il y suit entre 1 à 3 cours de danse par jour, participe à plusieurs séminaires, festivals et suit en parallèle une formation de 7 mois en danse aérienne.

Il ne fume plus, ne boit plus d’alcool, dédie tout son temps à la danse, à la nature, à la rencontre de nouvelles personnes, qui lui permettent d’apprendre qui il est vraiment et d’écrire à la fois ce qu’ il veut devenir.

De ces 26 ans à ces 28 ans, il traversa une période où chaque décision allait en faveur du non rejet envers lui-même et de ne pas abandonner son intuition et ses passions. Acceptant l’imperfection quand on apprend de nouvelles choses. En se portant responsable de ses décisions, de ses émotions, en observant la solitude d’un autre œil qui lui permet de se rendre compte que l’on est véritablement seul, si l’on s’isole soit même. De changer son regard face à la fin des choses car chaque chose qui se termine permet d’en commencer une autre, c’est un cycle naturel de la nature. Toutes ces découvertes, ces changements, ces transformations pour enfin prêter attention à ce qu’est la quête de sens, de réellement être soucieux sans s’obstiner mais y mettre sa part de conscience et de savoir qu’est-ce qui fait que je suis heureux ?

La semaine de ses 28 ans il se trouvait à un festival de danse contact improvisation. Il dansa avec une fille puis échangèrent sur leurs vies respectives. Elle lui dit qu’elle est praticienne en Qigong Tuina. Autre pulsion de l’intuition l’amena à prendre d’autres décisions sur la fin d’un cycle et le début d’un autre. Quelques semaines plus tard, il reçut la confirmation d’inscription pour la première année d’Acupression au centre de formation Qigong tuina à Grasse en Novembre 2019. Il rentre en France 2 semaines avant le début de la formation puis nous sommes en Mars 2020.

Il dû rester vivre auprès de sa famille, ses parents, son passé et tout le reste durant plusieurs mois.

On peut dire que les branches étaient équilibrées et que cette période de retour au sein de la famille était la manière d’étendre ce rééquilibrage et cet assainissement aux racines. Pouvoir être ce nouveau soi au sein de cet environnement aux empreintes indélébiles du passé. Ceci n’a pas été facile mais les expériences parcourues ces dernières années ont profondément aidé ainsi que la découverte de la Médecine traditionnelle Chinoise. Il commença réellement à intellectualiser tous les processus de transformation qu’il est pu traverser et, à travers la pratique presque quotidienne du Qigong depuis Novembre 2019 jusqu’à aujourd’hui, de pouvoir diriger ses pratiques en fonction de ses propres déséquilibres. La pratique du Qigong à vraiment été révélatrice pour lui dans sa relation à l’ancrage, la confiance, la présence, la patience et l’acceptation de la temporalité de la nature. Différents cycles d’accompagnement thérapeutique l’ont aussi aidé cette dernière année afin de pouvoir transcender certaines croyances intellectuelles face à son histoire.

Il à eu 30 ans il y à peu, et ressens cette nouvelle dizaine comme une renaissance où pouvoir être en paix avec son passé, lui permet de construire un futur dans un présent ou porter les masques de ses blessures ne lui est plus nécessaire.

  • Les différentes pratiques de Qigong dont il à fait usage :

Source : livre « pratique d’auto-guérison par le Qigong » de Amaël Ferrando.

  • La posture du grand accomplissement pour nourrir la vie.

« Da Cheng Yang Sheng Zhuang ».

Effets énergétique :

  • Renforce l’Énergie Originelle.
  • Renforce l’Énergie Yang.
  • Renforce l’Énergie Droite.
  • Tonifie l’Énergie du Rein.
  • Nourrit l’Essence.
  • Débloque les méridiens et collatéraux.
  • Renforce l’Energie Droite et expulse les Énergies Pathogènes.
  • Libérer le Foie, fortifier la Rate. (Pratique de sons).

« Shu Gan Jian Pi Gong ».

Effets énergétique :

  • Libère le Foie et régularise l’énergie.
  • Renforce l’Énergie de la Rate.
  • Clarifie le Foie, fait descendre le Feu.
  • Débloque les Trois Foyers.
  • Silence du Coeur. (Posture de méditation pour imager).

« Jing Xin Gong »

Effets énergétique :

  • Nourrit le Coeur, calme l’Esprit.
  • Balancer les bras (mouvement).

« Bai Bi Gong »

Effets énergétique :

  • Libère le Foie et régularise l’Énergie.
  • Débloque le Foyer Moyen.
  • Fait circuler l’énergie et vivifie le Sang.
  • Débloque les méridiens et collatéraux.
  • Renforce Foie, Rate et Rein.

Ci-dessus il est nommé différents organes. Chaque organe appartient à un Mouvement. Si l’on travaille sur un organe cela signifie que l’on travaille également sur le Mouvement qui lui correspond.

En Médecine traditionnelle Chinoise on travaille sur l’aspect énergétique de l’organe et non sur sa partie physique comme le fait la Médecine Occidentale.

Voici un tableau qui indique à quel Mouvement correspond chaque organe :

Tableau 5.1)

Mouvement BOIS FEU TERRE MÉTAL EAU
Organe Foie Coeur Rate Poumon Rein
Entraille Vesicule

Biliaire

Intestin

Grêle

Estomac Gros

Intestin

Vessie

DERNIER APPORT

Des symptômes chroniques liés à un Mouvement spécifique, révèlent-ils forcément la présence d’une blessure ?

Une blessure peut-elle réveiller une pression existentielle ?

La présence d’une pression existentielle peut-elle cacher une blessure ?

Ces connexions partagées entre Médecine traditionnelle Chinoise et méthode thérapeutique contemporaine ont du sens ?

Tout ceci est-il vrai ?

Je ne sais pas, mais en tout cas cela m’a bien fait réfléchir.