Débuter le Qigong – Selon la tradition du Qigong Tuina

Conseils pour commencer la pratique du Qigong

L'école > Articles de contenu > Articles Vidéos > Débuter le Qigong – Selon la tradition du Qigong Tuina

Débuter le Qigong – Selon la tradition du Qigong Tuina

par

Cette vidéo vous présente une manière d’aborder la pratique du Qigong à travers l’enseignement d’Amaël Ferrando, fondateur de Kendreka.

Si vous êtes complètement débutant et que vous souhaitez vivre une initiation au Chi Kong ou si vous pratiquez déjà le Qigong mais d’une autre façon, je vous propose quelques directions pour aborder la pratique.

Là ce que je dis ça n’engage que moi évidemment, c’est une façon d’aborder le Qigong, il y en a plein d’autres.

Pour moi le Qigong c’est un état, c’est pas quelque chose à faire, c’est un état dans lequel on se met. Donc pour commencer à pratiquer en fait il faut toujours rechercher ça.

C’est un petit peu comme si on allait prendre un bain, on cherche un état agréable. Si on veut juste être propre bon on va se frotter, on va se doucher, mais on va prendre un bain. Là prendre un bain c’est pour être dans un état, le Qigong c’est exactement pareil il faut l’aborder exactement de la même façon. Donc dans tout ce qu’on va faire il faut chercher de la sensation intérieure, chercher à être bien à l’intérieur de soi même ou à découvrir “qu’est ce qui se passe à l’intérieur ?”

Ça c’est vraiment important, à mon avis c’est la dynamique, la direction la plus importante. Après de façon très pratique : déjà il faut trouver un lieu où on est bien, un lieu qui est suffisamment calme pour être vraiment sûr de ne pas être dérangé, pouvoir se détendre, parce que quand on est dans un état de détente profonde, de relaxation profonde, si on est dérangé à ce moment là ça peut être très très choquant.

Et il y a aussi l’importance que ce lieu il soit suffisamment chauffé, que la température soit confortable, si on a froid on peut pas découvrir la pratique du Qigong. La pratique en extérieur c’est très très bien mais à condition que il ne fasse pas trop humide, si il vient de pleuvoir et que l’herbe est mouillée par exemple, il ne faut pas pratiquer des postures avec les pieds nus dans l’herbe mouillée, même avec des chaussures d’ailleurs, ça fait rentrer trop d’humidité dans le corps.

Donc tout ça il faut y penser, juste avoir des conditions qui sont vraiment tempérées parce que dans la pratique, dans ce type de pratique là, on va tout ouvrir, c’est pour puiser l’énergie dans l’univers mais du coup s’il y a du vent, du froid, de l’humidité, des choses comme ça, ça va rentrer dans le corps et produire des déséquilibres et si on fait ça souvent on peut même se rendre vraiment malade.

Je connais des personnes qui se sont rendus malades avec des pratiques avec un climat qui ne va pas.

Donc pensez à ça, au lieu, au climat, ne pas être dérangé, et sur cette base là, pour le début je conseille de choisir une méthode et la pratiquer un petit peu tous les jours. Au début ça peut être cinq minutes et puis augmenter le temps petit à petit, je conseille pas du tout de faire des choses compliquées avec des enchaînements de mouvements, avec des consignes très compliquées etc.

Je conseille plutôt de prendre une méthode simple et de la pratiquer tous les jours pendant quelques semaines, quelques mois, et c’est ça qui va enseigner. Parce que encore une fois ce qu’on cherche c’est à rentrer dans un état, et rentrer dans un état, on peut faire je sais pas une pratique simple comme ça, ça c’est Xiao Kai He, donc rapprocher et éloigner les mains, une pratique comme ça on peut faire beaucoup beaucoup beaucoup pendant beaucoup d’années, on peut faire une heure tous les jours pendant des années et des années, et au fur et à mesure (là je montre assis mais ça se pratique debout en principe) au fur et à mesure qu’on pratique ça, on va découvrir de plus en plus de sensations, l’énergie va se développer, la sensibilité va se développer, et c’est ça qui va faire avancer. Donc peut-être pour avoir une image : pratiquer le Qigong et le systema c’est un peu comme creuser un trou. C’est à dire que si je décide de creuser là, je creuse Xiao Kai He,

je peux creuser et puis petit à petit je vais aller de plus en plus profond et je vais peut-être trouver de l’eau ou quelque chose de précieux au fond de la terre. Alors que si je creuse un trou là, un trou là, un trou là, un trou là, peut-être que je vais jamais aller profond, et je vais toujours avoir des sensations qui sont un peu les mêmes c’est à dire un certain niveau de profondeur mais je vais pas forcément pouvoir approfondir. Donc je conseille plutôt de choisir une méthode et de la pratiquer longtemps, mais évidemment la méthode il faut qu’elle convienne au pratiquant

et donc si au bout de quelque temps on sent que la méthode ne convient pas, soit on a des symptômes ou des sensations désagréables ou juste pas de sensation, on n’arrive pas à rentrer dedans, il faut changer et trouver la méthode qui convient. Dans tous les cas il faut savoir que le Qigong c’est quelque chose qui amène à terme à avoir une excellente santé et surtout à développer plein de potentialités intérieures et pour ça il faut du temps. Donc il faut vraiment considérer que c’est une pratique de vie, les personnes qui pratiquent souvent, pratiquent parfois plusieurs heures par jour pendant un an, 5 ans, 10 ans, 20 ans, 30 ans, 50 ans : c’est une pratique de vie, ça accompagne leur vie. Et ça permet de développer des choses à l’intérieur de soi même. Plus de sensibilité, une intelligence cellulaire, enfin beaucoup beaucoup beaucoup de choses. Donc si on a envie d’avoir des résultats au bout d’une séance, au bout d’une semaine, et bien oui de toute façon on va en avoir, mais en même temps il faut garder à l’esprit que c’est pas le bout du chemin encore.

Vu que l’on cherche un état, il n’y a pas de but, il n’y a pas quelque chose à atteindre en particulier. Le Qigong – bon aujourd’hui ça commence à être la mode des compétitions de Qigong, des choses comme ça, mais dans l’état d’esprit de départ c’est pas ça du tout. L’état d’esprit en tout cas tel qu’on me l’a transmis, c’est l’état d’esprit d’une recherche intérieure, donc on ne peut pas dire « voilà lui il est ceinture noire de recherche intérieure », ça n’a pas de sens du tout. Donc juste chercher pour soi, creuser en soi-même à travers des choses simples sur lesquelles on met beaucoup d’attention, beaucoup d’affection, d’investissement, d’engagement et ça va nous donner des choses, nous apprendre des choses. Donc voilà comment je suggère de pratiquer.

Et une dernière chose c’est si possible de noter à chaque fois les sensations qu’on apprend, prendre cinq minutes après chaque pratique pour noter si il y a eu des sensations parce que ça va nous permettre de progresser et surtout ne pas rester avec des difficultés. Comme toutes les pratiques qui ont de l’intensité, la pratique du Qigong ça peut faire bouger beaucoup de choses à l’intérieur et s’il y a des questions, s’il y a des malaises, s’il y a des sensations particulières qu’on n’arrive pas à gérer il faut arrêter, et il faut demander des conseils à une personne qui peut nous guider et nous orienter. Il ne faut surtout pas persévérer dans une pratique qui crée de l’inconfort sans être guidé de façon très sérieuse. Parce que ça peut produire des déséquilibres intérieurs et ça peut avoir l’effet contraire de ce qu’on recherche. Donc ça c’est la façon dont j’aborde le Qigong,

il y a plein d’autres approches qui existent, il y a des approches qui sont plus sportives, des approches qui sont plus chorégraphiques, où on essaie de faire des jolis mouvements, etc. Et l’approche que j’ai c’est une approche qui est plutôt tournée sur le ressenti et le développement de l’énergie qui est à l’intérieur et la relation entre cette énergie intérieure et l’énergie qui nous entoure.

Recevoir d’autres articles ?

RÉSEAUX SOCIAUX DE L’ÉCOLE