L’endométriose et les troubles gynécologiques en Qigong Tuina

Expérience de l'autotraitement de l'endométriose en Qigong Tuina et Automassage

Accueil > Activités du site > L’endométriose et les troubles gynécologiques en Qigong Tuina

L’endométriose et les troubles gynécologiques en Qigong Tuina

par

Qigong Tuina
Promotion 2022

“Je prend peut-être le terme mémoire un peu trop au premier sens du terme. En effet, je vais un peu raconter ma vie en préambule car mon sujet est finalement très personnel…”
Dans ce mémoire de fin d’études, Sophie nous livre le contenu de ses recherches et expérimentations sur les troubles gynécologiques et l’endométriose à travers l’automassage et la pratique du Qigong. Cette étude nous livre un précieux retour d’expériences sur l’efficacité de ces méthodes de la médecine chinoise en auto-traitement.

Préambule

Je prend peut-être le terme mémoire un peu trop au premier sens du terme. En effet, je vais un peu raconter ma vie en préambule car mon sujet est finalement très personnel.

Je ne sais pas d’où vient mon attirance vers le massage mais depuis mes 18 ans je m’y intéresse. Je me forme 4 ans après et découvre le Qi Gong dans ce cursus. Après quelques années de pratique, je commence à m’intéresser à la médecine chinoise. Je travaille avec un collègue qui pratique et enseigne la MTC, tout ce qu’il m’en raconte me passionne. Et finalement, comme beaucoup, le déclic qui m’a fait m’inscrire dans une école, c’est un problème de santé.

En effet, en 2012, à 26 ans, on me diagnostique une endométriose. A l’époque, je ne connais même pas cette maladie. J’ai des règles douloureuses depuis mes 10 ans et c’est par un concours de circonstances qu’on découvre la pathologie. En 2013, je m’inscris donc en première année de MTC pour apprendre les principes fondamentaux et le Tuina. Et à chaque week-end de cours, on pratique le Qi Gong afin d’être plus « présent » dans notre massage. J’enchaîne ensuite avec une année supplémentaire d’acupuncture et nous faisons toujours du Qi Gong avant les cours pratiques de puncture. Après ça, je continue le cursus avec la dietothérapie mais là, plus de Qi Gong… ça me manque et j’ai du mal à me discipliner pour pratiquer seule, à la maison. Malheureusement, c’est un aspect de la MTC que nous ne développons pas plus que ça dans mon école. Je m’inscris alors dans le cours d’un maître assez connu sur Nice. Je suis très contente de ses cours et en plus, il organise une formation en Qi Gong médical. Mais au bout de quelques cours, je comprend que ça ne va pas m’apporter ce que je recherche. D’ailleurs, je ne sais pas vraiment ce que je recherche mais j’ai la sensation que ça passe par le Qi Gong.

Finalement, mon enseignante me donne les coordonnées d’Amaël, ne sachant pas exactement ce qu’il propose. J’aurais souhaité intégrer un cours, plusieurs fois par semaine mais il me propose une formation sur 3 ans en Qigong Tuina. Mon réflexe pour me faire une idée, recevoir un soin de sa part. Et en effet, j’ai été très surprise par toutes les sensations ressenties durant la séance, plus que lors d’une séance d’acupuncture. Vraiment, ça m’a convaincue de m’inscrire.

Je suis très contente de ma première année de formation. J’apprends de nouvelles techniques de soin, je développe mes sensations, j’arrive à pratiquer le Qi Gong quotidiennement. J’approfondis la pensée taoïste, la pensée bouddhiste et je m’ouvre. Lors du stage de fin de première année, j’expérimente des règles particulièrement douloureuses, comme jamais je n’ai ressenti auparavant. Est ce que c’est parce que je me suis baignée dans l’eau froide juste avant qu’elles arrivent ? est ce que le stage a fait ressortir des émotions ? Est ce le cumul des deux où est ce que ça n’a rien à voir ? J’ai quand même la sensation que ça n’est pas arrivé à ce moment-là par hasard… et malheureusement, le mois qui suit, rebelote, en pire… je suis même hospitalisée et opérée pour une salpingite. Je ne vais pas rentrer dans tous les détails concernant ma santé dans ce préambule mais j’ai raté tous les stages de Qigong Tuina de l’année qui a suivi car j’ai fait plusieurs hospitalisations. Mais j’ai tout de même réussi à garder une pratique personnelle de Qi Gong, mais nettement moins régulière car j’ai eu beaucoup de moments où j’étais vraiment très mal. Et j’ai finalement dû subir une très grosse opération à peu près un an après ma première hospitalisation. Au début, j’ai un peu vécu ça comme un échec. De ne pas avoir été capable

de me soigner avec la médecine chinoise. Quelle thérapeute je suis, si je n’arrive même pas à me soigner moi-même…

Après une convalescence longue et douloureuse, j’ai enfin pu reprendre les cours de Qigong Tuina. Et reprendre une pratique plus régulière du Qi Gong mais toujours pas autant que je le voudrais…

L’endométriose

J’ai voulu développer le sujet de l’endométriose en particulier et pour cela, il faut déjà essayer de définir cette pathologie.

Il s’agit d’une maladie inflammatoire chronique hormono-dépendante. La définition donnée par l’assurance maladie est la suivante : “L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente qui touche près de 10 % des femmes. Elle se caractérise par la présence, hors de la cavité utérine, de tissu semblable à celui de la muqueuse de l’utérus, appelée endomètre.” On en parle beaucoup depuis quelques années, mais on en sait encore assez peu sur cette pathologie, qui est multifactorielle, avec des facteurs hormonaux, environnementaux et génétiques.

Les symptômes sont spécifiques à chaque femme, mais principalement, on retrouve des douleurs de règles mais également en dehors des règles pour certaines, avec des douleurs pendant les rapports, des troubles digestifs, urinaires et de l’infertilité.

Les mécanismes de l’endométriose

Explications occidentales :

Certains spécialistes expliquent que l’utérus se contracte trop fréquemment et de façon trop violente, à cause d’un dysfonctionnement hormonal, et cause des douleurs, un flux plus abondant. Il va alors expulser le sang en dehors de la cavité utérine, d’abord dans le muscle utérin (on parle alors d’adénomyose). En parallèle, il y a un reflux des règles, qui normalement s’évacue par le vagin, par les trompes, dans le pelvis et à partir de là, les cellules de l’endomètre vont envahir d’autres structures anatomiques (muscles, ligaments, organes…). Cela va créer une inflammation et des adhérences entre les tissus.

D’autres pensent qu’il y aurait un dysfonctionnement lors de la vie in utéro et que les cellules de certains organes vont prendre les caractéristiques des cellules de l’endomètre et constituer le germe d’une localisation d’endométriose future. Sous l’influence hormonale, à partir de l’adolescence, ces cellules vont s’activer et engendrer d’autres cellules de ce type autour d’elles.

Dans tous les cas, les spécialistes sont d’accord sur le fait que cette maladie est multifactorielle et que les modes de vie vont grandement l’influencer, notamment les perturbateurs endocriniens, l’alimentation ou encore l’utilisation excessive de tampons.

Point de vue de la médecine chinoise :

Un des points communs entre la médecine occidentale et la médecine chinoise est que le diagnostic repose essentiellement sur l’observation des symptômes de la patiente.

Le syndrome principal est la stase de sang, qui est généralement combinée avec un autre syndrome. Et au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, le tableau va également évoluer, en général vers de l’insuffisance.

  • Stagnation de Qi et stase de sang : Le Qi commande le sang et le sang est la mer du Qi, donc si l’un stagne, l’autre stagne aussi. La circulation dans le Chong Mai, le Ren Mai et le Du Mai va s’interrompre également. La stagnation dans le bas-ventre va créer de la douleur et des dysménorrhées.

Causes et mécanismes : Dans la plupart des cas, la cause principale est la stagnation de Qi du Foie, due à un stress ou à une mauvaise alimentation par exemple. Le Qi peut aussi stagner à cause d’humidité ou de Tan qui serait présent dans le corps. Ce tableau peut aussi s’expliquer par un traumatisme comme de la chirurgie ou un IVG, ou encore un vide de sang qui dure depuis longtemps.

  • Accumulation de froid et stase de sang : Le froid fige le sang et si c’est le cas dans l’utérus, qui est la chambre du sang, les douleurs seront fortes et le sang aura du mal à s’écouler.

Causes et mécanismes : Le froid peut être en excès à cause d’une alimentation déséquilibrée ou si le froid a directement pénétré dans l’utérus. Ce tableau peut également être issus d’un vide de Yang des Reins, qui peut causer un froid vide dans le Chong Mai et le Ren Mai et provoquer ainsi de la stase de sang dans l’utérus.

  • Vide de Qi et de sang et stase de sang : S’il y a peu de sang et qu’il n’y a pas assez de Qi pour le propulser, le sang va stagner. De plus, le sang aura du mal à se renouveler, ce qui affaiblira encore plus le Qi et le sang.

Causes et mécanismes : En général, ce tableau est dû à du surmenage, des soucis ou une mauvaise alimentation (parfois associés), ce qui va puiser les réserves de Qi, affaiblir le sang et à force, créer de la stase de sang.

  • Chaleur et stase de sang : Il s’agit d’un cas complexe avec de l’excès et de l’insuffisance et souvent du froid et de la chaleur. Il résulte d’une aggravation des précédents tableaux.

Causes et mécanismes : Souvent ce syndrome est issu d’une stagnation de Qi du Foie qui persiste et se transforme en chaleur. La stagnation de Qi engendre une stase de sang. Si la chaleur persiste, elle va léser les liquides et le yin du corps, créant à la longue, une chaleur vide et un vide de sang.

Histoire de mon endométriose

On m’a diagnostiqué cette pathologie en 2012 car j’avais du sang dans les urines. On m’a alors parlé d’opération, en me mettant tout de même en garde sur les risques. Le fait d’avoir du sang dans les urines durant mes règles ne me dérange pas particulièrement et comme depuis mes 10 ans mes règles douloureuses mais soulagées par la prise de pilule, je décide de ne pas me faire opérer. On me prescrit alors une pilule à prendre en continue pour stopper les règles et éviter l’évolution de la maladie.

Je reste comme ça pendant deux ou trois ans. Cependant, j’ai tout de même de petits saignements de temps à autre (type spotting), ma généraliste de l’époque qui avait aussi fait une spécialité gynécologie, me conseille de faire des arrêts de pilule tous les trois mois (pendant une semaine pour laisser tout de même venir les règles).

Cette situation ne me convient pas trop, j’étudie la médecine chinoise et me dit que la pilule en continue doit favoriser la stase de sang. De plus, j’ai un projet de grossesse à moyen terme et souhaite préparer mon corps. J’arrête donc de prendre la pilule.

Sans pilule, bien sûr, les douleurs sont plus fortes, mais globalement je les gère bien, à part un ou deux épisodes de douleurs intenses. En 2016, je demande une IRM, car j’observe du sang dans mes selles et soupçonne que l’endométriose ait atteint les intestins. En effet,

l’endométriose a bien évolué et on me suggère une opération, que je refuse toujours car je n’ai pas de nouvelles douleurs, puis on me conseille de consulter le centre de PMA (procréation médicalement assistée) pour mon projet de grossesse, mais je souhaite d’abord “essayer la méthode naturelle”.

Au bout d’un an d’essai infructueux, je consulte avec mon mari une gynécologue spécialisée en PMA, qui m’explique que la seule option possible est la FIV (fécondation in vitro), mais je ne suis pas encore prête pour ce processus qui me parait tellement peu naturel.

Après plusieurs mois de réflexion (peut-être même un an) et les avis de toutes les personnes qui connaissent quelqu’un qui ont une endométriose, je retourne voir la gynécologue. Je suis finalement prête à me faire opérer pour favoriser mes chances de grossesse naturelle. Elle m’explique que dans mon cas, une opération risquerait au contraire de réduire mes chances et qu’il vaut mieux faire une FIV en première intention, mais je ne suis toujours pas prête.

Finalement, peut-être un an après, je suis prête pour faire une FIV et retourne voir la gynécologue après un nouvel IRM. Elle me dit que la maladie a trop évolué et qu’une grossesse serait dangereuse dans mon état, je risquerais une occlusion intestinale. Il faudrait finalement opérer d’abord et tenter une FIV ensuite. C’est pour moi une grosse déception, et même si j’ai un fort désir d’enfant, je ne suis pas prête à traverser toutes ces épreuves, d’autant plus que mes symptômes ne se sont pas vraiment aggravés.

Après plusieurs mois de réflexion, nous envisageons finalement avec mon mari, une vie sans enfant naturel. Le processus d’adoption est devenu vraiment très long et complexe et nous ne souhaitons pas traverser ce parcours du combattant. Nous découvrons alors le métier d’assistant familial et commençons les démarches pour devenir famille d’accueil.

En juillet 2019, suite à mes règles, je développe une salpingite (infection d’une trompe). Je reste alors une dizaine de jours à l’hôpital avec une très grosse inflammation et des antibiotiques par intraveineuse. Je suis même opérée en urgence car la situation ne s’améliore pas. Suite à cet épisode, on me prescrit de nouveau une pilule en continue et je commence à ré-envisager une opération, sur les conseils des médecins. Deux mois plus tard, malgré la pilule, j’ai des saignements, des douleurs, de la fièvre. Je retourne à l’hôpital et on me diagnostique de nouveau une salpingite. Je reste encore hospitalisée une semaine. Puis même chose en février 2020, je sens vraiment un lien avec mon stress et mes émotions.

Après ces trois hospitalisations, je suis convaincue qu’une opération devient obligatoire si je souhaite continuer une vie normale et programme une opération à Lyon. Avec les mesures sanitaires liées à la Covid, l’opération n’a lieu qu’en septembre. Quatre chirurgiens se sont occupés de moi. L’opération a duré huit heures et on m’a retiré la trompe malade et l’ovaire, une partie de la vessie et une partie de l’intestin. Je suis restée deux semaines à l’hôpital, la convalescence a été longue et j’ai développé une pyélonéphrite (infection des reins) une fois rentrée à la maison. Mais grâce à cette opération, nous avons retrouvé l’espoir d’avoir un enfant. Et sur les conseils du chirurgien, après six mois d’essais naturels, nous réalisons une première FIV.

Naissance du sujet de mon mémoire

Aujourd’hui, je me retrouve avec une problématique très concrète. J’ai un hydro-salpinx (une poche d’eau) dans la seule trompe qu’il me reste. Je dois revoir le chirurgien qui m’a opéré pour savoir si nous devons enlever cette trompe. J’ai rendez-vous avec lui dans deux mois et mon objectif d’ici-la est de retrouver une trompe normale grâce à la médecine chinoise. Et avant tout avec le Qi Gong.

Je me suis donc préparé un protocole comprenant une pratique quotidienne de Qi Gong Un auto-traitement de Qigong Tuina 2 fois par semaine

Et un massage 1 fois par semaine.

Et à côté de ça, je régule aussi mon alimentation.

Mon bianzheng

Cela fait huit ans que je fais de la médecine chinoise et que j’essaye de comprendre « ce qui ne tourne pas rond chez moi ». Les premières années, je crois que j’ai eu le syndrome de l’étudiant en médecine. Je me retrouvais dans quasiment chaque tableau pathologique que nous étudions. Mais petit à petit j’ai affiné et comme c’est très difficile d’avoir un regard juste sur soi-même, je me suis faite aidée par mes professeurs et des collègues. J’en ai consulté au moins quatre de manière un peu suivie et grâce à la synthèse de tous leurs points de vue, je pense être arrivée à une vision relativement correcte de mon état de santé énergétique.

Un vide de Qi de Rate avec de l’humidité.

Les signes:

  • difficultés de digestion : selles molles et fréquentes, intolérances alimentaires, difficultés à me lever le matin si j’ai mangé le soir.
  • Difficultés de concentration et par moment « petits vélos »
  • Surpoids : malgré une certaine discipline alimentaire mon poids oscille entre 67 et 69kg. Pourtant, pendant plusieurs mois j’avais de grosses douleurs digestives (améliorées à l’arrêt du gluten) et je mangeais un repas léger le midi et un goûter avec des fruits secs vers 18h et rien entre les repas mais je n’ai pas perdu plus de poids…
  • Bleus faciles
  • Langue indentée et parfois en carte de géographie

Un vide de yang des Reins

Les signes:

  • Frilosité
  • urines fréquentes
  • Stérilité
  • Douleurs lombaires

Et en plus :

Par moment, stagnation de Qi :

  • Lourdeur améliorée à l’effort et au massage
  • Ballonnements
  • parfois irritabilité et soupirs

Tan et stase de sang : l’humidité stagnante se transforme en tan. Les tissus d’endométrioses décrits par le chirurgien s’apparentent clairement à du Tan.

Comme vu précédemment, la stase de sang est le syndrome principal de l’endométriose et les fortes douleurs en coups de poignard que je ressens pendant mes règles le confirment. Cependant, je ne sais pas si la stase de sang est due à la stagnation de Qi ou à un vide de sang pré-existant.

Plan d’expérimentation

Pour faire une étude, il faut un peu de rigueur. Je cherche donc à mettre en place un protocole. Nous sommes le 12 août et je n’ai réussi à avoir rdv avec mon chirurgien que le 7 octobre. Je vais faire en sorte de passer l’IRM juste avant. Ce qui me laisse un peu moins de huit semaines pour agir. Je veux mettre toutes les chances de mon côté, donc je vais utiliser le Qi Gong et le Qigong Tuina mais également l’acupuncture et le Tuina. Cependant, je dois me fixer des objectifs que je serai capable d’atteindre donc je ne dois pas placer la barre trop haute non plus…

Qi Gong : une pratique quotidienne d’une heure.

J’ai beaucoup de mal à me discipliner si je suis seule et je compte aussi sur l’expérimentation pour me motiver dans ma pratique.

Je me laisse un peu de place à l’improvisation et au changement, que ça soit en fonction de mon état, du temps ou de mon ressenti. Mais j’ai choisi trois techniques principales sur lesquelles je veux travailler.

Zhuan Zhuang : je suis en difficulté avec cette posture depuis le début de ma formation en Qi Gong Tuina mais je sais et je sens qu’elle est une clé pour une meilleure santé. En particulier chez moi, avec mon vide de yang. Je pense qu’en fonction de mon état de santé, le fait de rester debout me demande un effort particulier et j’ai des difficultés à atteindre le moment où cet effort se transforme mais je compte bien y arriver grâce à un travail progressif.

Mon objectif étant d’éliminer l’eau de ma trompe, j’ai cherché quelles pratiques pourraient m’y aider. J’ai donc opté pour Da Yan Chu Shi Gong (L’oie sauvage chasse l’humidité) et Tang Ni Bu (la marche de patauger dans la boue).

La première est une posture statique plutôt assez inconfortable, mais qui du coup, se pratique un temps assez court. Cela m’est quelque part plus facile qu’une posture statique plus confortable comme Zhuan Zhuang pendant laquelle mon esprit peut plus facilement divaguer…

J’aime le fait que la deuxième soit une marche, je trouve que ça rend ces deux pratiques très complémentaires. Je vais les pratiquer l’une à la suite de l’autre pour renforcer leurs effets. Et étant légèrement essoufflé après la marche, je préfère réaliser la posture statique en premier.

Une de mes difficultés est que j’ai du mal à sortir du lit le matin et dans mon fonctionnement, le matin, avant de commencer mes activités, est le moment le plus opportun pour une pratique quotidienne de Qi Gong. Il va donc falloir que je me fasse violence pour commencer… en espérant que la pratique rende le réveil plus facile.

Je rajouterai en fonction de l’évolution de mon état différents mouvements et je prolongerai progressivement la durée de Zhuan Zhuang.

Qigong Tuina

J’aime cette pratique, je la trouve efficace et j’ai besoin de ressentir les effets sur moi afin de l’utiliser au mieux avec mes patients. Et en plus, c’est le sujet du mémoire, donc il est évident que je vais aussi choisir des méthodes pour mon traitement. Encore une fois, les objectifs premiers selon moi sont d’éliminer l’humidité (et d’autres pathogènes éventuels), et de renforcer le yang des Reins.

Choix des manœuvres :

Rou Da bao (Pétrir 21Rte) : Afin de tonifier la Rate et l’aider à la gestion des liquides. Cette manœuvre libère aussi l’énergie du Foie qui doit fréquemment venir entraver l’énergie de la Rate dans mon cas.

Tui Zhang Men (Pousser 13F) : pour compléter la manœuvre précédente et harmoniser la Rate et l’Estomac.

Yun Zhong Wan (Transporter 12RM) : Vu mes difficultés digestives (difficultés à digérer le gluten et les laitages, les selles molles…), je pense qu’il est important de travailler sur les capacités de la Rate à transformer. Cette méthode me semble tout à fait adaptée.

Na Shen Que (Saisir 8RM) : Cette manœuvre m’interpelle de par son action sur le Ren Mai et le Chong Mai par l’intermédiaire du Dai Mai. D’autant plus que leurs déséquilibres peuvent venir des émotions et du stress et que chacune de mes hospitalisations a été déclenchée par un stress et/ou une forte pression. Il est aussi à noter que suite à mon opération, j’ai une cicatrice qui démarre en dessous de RM2 et remonte jusqu’à RM9. Je me suis beaucoup fait masser par mes kinésithérapeutes mais je pense qu’il est probable que la circulation soit tout de même entravée.

Zhong Ji Tou Shen Que (Transpercer de 3RM à 8RM) : Il s’agit donc la version auto-massage, c’est à dire avec le majeur sur Zhong Ji et le pouce dans le nombril sur Shen Que. Vu la localisation de ma problématique, utiliser ces points pour éliminer l’humidité par la Vessie me paraît intéressant.

Guan Yuan Tou Shen Que (Transpercer de 4RM à 8RM) : comme la précédente, cette manœuvre me semble appropriée mais pour d’autres raisons. En effet, elle travaille sur la sphère gynécologique et la fertilité et également sur Yuan Qi et l’immunité. J’en profite pour préciser que je suis également en hypothyroïdie car j’ai une thyroïdite d’Hashimoto qui est une maladie auto-immune et on peut également voir l’endométriose comme un désordre immunitaire.

Guan Yuan, Zhong Ji, Qu Gu (4RM, 3RM, 2RM) : Cette méthode est conseillée dans les cas de vide du foyer inférieur mais également dans les excès tels que le Tan et l’humidité. Comme je suis concernée par les deux problématiques, c’est très pratique. De plus, il existe une variante où on fait des allers-retours entre Guan Yuan et Qu Gu, qui est spécifiquement recommandée pour les cas d’infertilité et pour favoriser une fécondation in vitro.

Po Yu Fa (Briser la stase) : Cette manœuvre est plutôt indiquée dans les cas de fibromes et globalement travaille plus sur l’utérus que sur la trompe. Cependant, il est tout à fait probable que l’eau stagne dans ma trompe car le Qi et le sang stagne dans l’utérus.

Tuina

Je souhaite mettre toutes les chances de mon côté. Je vais donc élargir mon traitement à d’autres méthodes de la médecine chinoise et je vais mettre mes collègues à contribution. J’ai la chance d’avoir de nombreux masseurs et praticiens de médecine chinoise autour de moi alors autant en profiter… je ne vais pas forcément demander un traitement particulier et je ne me ferai pas masser à chaque fois par la même personne. Je leur laisserai carte blanche, le but principal étant la mise en mouvement de ce qui stagne, c’est à dire le Qi du Foie et le sang essentiellement.

Le fait de recevoir régulièrement un Tuina me permet de travailler aussi sur les zones du dos auxquelles j’ai du mal à accéder seule.

Acupuncture

Pour cette pratique, je ne ferai pas appel à des collègues. Je compte me traiter moi-même afin d’être sûre d’une régularité. Cet outil étant plutôt dispersant, je vais l’utiliser dans le but de faire circuler le Qi et le sang, d’éliminer l’humidité et de dissoudre le Tan. Je vais donc me faire deux séances de 20 minutes par semaine.

Le protocole : GI4 – F3 – Rt6 – Rt6 – E40

Evolution au cours de l’expérimentation

Point sur la première semaine de pratique

Je suis plutôt contente. En effet, je dois m’organiser pour être sûre de pouvoir réaliser ma pratique quotidienne d’une heure mais ça fait bien longtemps que j’aurais dû mettre cela en place. Je commence la journée d’une façon très agréable. J’ai peut-être un tout petit peu plus de facilité à me lever le matin mais je suis encore assez fatiguée. Mais il est vrai que je devrais aussi essayer de me coucher plus tôt.

Je suis aussi un peu perturbée car depuis que j’ai commencé, j’ai de nouveau des douleurs digestives. Et la première fois qu’elles sont apparues, c’est peu de temps après avoir vu un nutritionniste et commencé à prendre des compléments alimentaires. Donc ça me donne l’impression que dès que j’essaye de faire quelque chose pour aller mieux, ça va moins bien. Et ça a tendance à me décourager.

Je dirais que je suis un peu plus « à fleur de peau ». Mais d’un autre côté, j’agis un peu plus au lieu de prévoir et d’attendre…

Il est vraiment nécessaire que je m’organise pour avoir suffisamment de temps autour de ma pratique afin que je ne me sente pas pressée car j’ai vraiment remarqué que je profite beaucoup mieux de mes séances les jours où je n’ai rien de prévu juste derrière.

En résumé, je pense qu’un travail s’amorce mais je sais que ça prendra du temps…

Point après la deuxième semaine de pratique :

Je n’ai plus besoin de me « faire violence » pour me lever et pratiquer le Qi Gong le matin. Parfois le réveil reste un peu difficile mais d’une part, je me réveille souvent avant que mon réveil sonne et d’autre part, je me lève nettement plus tôt. Je me sens un peu moins fatiguée et surtout la fatigue est un peu différente et surtout le soir, ce qui parait plus « normal ». Depuis le début de semaine, j’appréhende moins les soins et je me sens aussi moins fatiguée après mes journées de cabinet.

Je vais un peu changer ma routine de Qi Gong et réduire le temps de Shuai Shou Gong à 5 minutes. Au contraire, je vais augmenter le temps de Zhuan Zhuang et supprimer Hong Ca Ming Men pour pouvoir prendre un peu plus le temps sur Xiao Kai He.

Point sur la troisième semaine

Je fais le point un peu en décalage car ma journée précédente m’a bien occupée avec mon IRM. Je suis nettement moins fatiguée le matin. J’arrive à me lever sans difficulté et plus tôt qu’à mon habitude. Mis à part, la veille au soir de mon examen, j’ai peu eu mal au ventre. J’ai peu de douleurs musculaires.

Le compte-rendu de mon IRM était, à priori, plutôt positif. J’attend le retour de mon chirurgien. D’après le médecin que j’ai vu, je n’ai pas d’hydro-salpinx, mais plutôt un kistes, qui pourrait être ancien. Dans tous les cas, les mesures sont inférieures à celles relevées par ma gynécologue lors de l’échographie. Il y a cependant des lésions d’endométriose, mais difficile de savoir dans quelle mesure ce sont des nouvelles ou des anciennes qui n’ont pas pu être enlevées à cause de leurs localisations. Bien évidemment, je ne peux pas affirmer que la réduction de l’hydrosalpinx ou kyste soit uniquement du fait de mes pratiques. Mais on peut quand même imaginer que ça a pu avoir un impact.

Trois semaines c’est bien mais un peu court pour vraiment juger une évolution. Je vais donc continuer. Je ferai juste des compte rendu plus succinct, je noterai les choses vraiment spécifiques.

8 septembre : Point sur la semaine

Je me sens bien. Même si ma digestion est loin d’être parfaite, les douleurs sont de plus en plus rares. J’ai un bon moral, je me sens solide. Le matin, je prends plaisir à me réveiller et lorsque je me réveille avant le réveil, en général, je ne me rendors pas. Et au niveau de mon travail, ça se passe bien et je me sens à ma place.

16 septembre : Point sur la semaine

Globalement, je me sens bien et de mieux en mieux, je dirais. J’ai eu le retour de mon chirurgien qui préfère ne pas m’opérer de nouveau car le kyste ne paraît finalement pas si gênant. Je vais continuer mon programme, en faisant évoluer ma pratique de plus en plus vers des techniques tonifiantes. Et surtout je vais donc continuer à augmenter progressivement ma pratique de Zhuan Zhuang.

Pour cette semaine, je vais garder

  • 10 minutes de Tang Ni Bu
    • 5 minutes de Da Yan Chu Shi Gong
    • Le 6ème pièce de Brocart
    • 40 minutes de Zhuan Zhuang

23 septembre : Point sur la semaine

Je crois vraiment avoir intégré cette pratique quotidienne de Qi Gong. J’arrive à me lever le matin sans trop de difficultés alors que je me lève plus tôt qu’avant.

J’ai eu de nouveau des douleurs digestives cette semaine mais sûrement liées à des facteurs alimentaires que j’ai rectifié. Ça n’a pas été aussi douloureux que précédemment et ça n’a pas duré.

J’ai pu faire le point avec mes gynécologues et je vais échapper à une opération. C’est une bonne nouvelle. Nous allons redémarrer le protocole de FIV.

Je vais continuer mes pratiques et protocoles dans une optique vraiment plus tonifiante pour favoriser une grossesse.

30 septembre : Point sur la semaine

Je suis forcément un peu déçue. Non seulement mes règles sont particulièrement douloureuses mais en plus mes douleurs digestives sont fortement présentes aussi. J’arrive quand même à prendre du recul et à ne pas ressentir ça comme un échec car les douleurs digestives sont sûrement liées à l’inflammation générale due aux règles. Et j’ai reçu une piqûre d’hormones, le premier jour de mes règles, qui a pour objectif de mettre « le terrain au repos » mais la fois précédente, c’était pareil, j’ai eu aussi de grosses douleurs et ça a duré plus longtemps que d’habitude.

Je suis aussi déçue car même si le Qi Gong n’est pas une performance, j’ai la sensation de régresser car je n’arrive plus à tenir les postures aussi longtemps que la semaine précédente. Cependant, je me souviens les années précédentes, pendant des règles qui

pouvaient même être moins douloureuses, j’avais très vite besoin de m’allonger pendant les pratiques. Je vois quand même l’évolution et ça me donne du courage.

J’essaye de ne pas me mettre la pression et je vais tenter durant la semaine qui vient de retrouver le niveau d’avant les règles.

7 octobre : Point sur la semaine

J’ai réussi à retrouver une pratique « normale ». Je suis contente d’avoir fini de traverser cette transition pénible. Je vais orienter mes pratiques de plus en plus vers mes mouvements tonifiants pour favoriser le yang des Reins et la fertilité.

Dès samedi, je serai en stage de Qigong Tuina justement. Je me laisse donc la possibilité d’adapter ma pratique en fonction du stage.

14 octobre : Point sur la semaine

Vu que cette semaine ma pratique a été un peu particulière en raison du stage et que je repars en stage samedi, je décide de garder ce rythme de 10 minutes de marche et 50 minutes de Zhuan Zhuang ou autre posture plus statique (que la marche).

Je ne me suis pas fait de soin en Qigong Tuina cette semaine car j’ai manqué de temps et nous nous sommes fait beaucoup de soins pendant le stage, qui plus est, en rapport avec la grossesse. J’ai donc estimé que ça serait suffisant.

J’ai démarré la stimulation ovarienne lundi. Pour l’instant ça se passe bien.

21 octobre : Point sur la semaine

C’était une semaine assez atypique puisque j’étais en stage, mais en même temps j’ai dû faire des aller-retours pour mes rdv avec les gynécologues. De plus, les émotions sont intenses avec l’espoir d’être enceinte et les hormones.

Finalement, je ne serai pas en stage demain et je ne ferai finalement pas une FIV (je n’ai que 6 ovocytes dont seulement 3 gros donc la gynécologue a estimé que ça ne valait pas trop la peine). Ça sera donc une insémination artificielle. Même si la gynécologue n’est pas très optimiste, je suis assez contente car c’est quand même beaucoup plus naturel et j’ai quand même bon espoir.

Conseils pour les personnes atteintes d’endométriose

Recommandations générales

Da Cheng Yang Sheng Zhuang (posture de l’arbre),

Dans tous les cas, cette posture sera efficace, on pourra l’adapter en fonction des différents tableaux pathologiques.

  • En cas de surpression du Foie, on va fixer son attention sur le point Tai Chong (F3)
    • Dans les cas de vide important, on pratiquera plutôt en posture très basse pour renforcer Yuan Qi. De ce fait, cette variante aura aussi l’effet de chasser les pathogènes et peut être utilisée dans les cas d’excès de froid ou d’humidité.
    • En cas de chaleur du Foie, on positionnera les mains à la hauteur du nombril
    • Si la chaleur a lésé le Yin, on mettra l’attention sur Yong Chuan (R1). Shu Zi Fa Shen Gong (Émission de son des chiffres) p83 : fait circuler le Qi et le sang, notamment le son Liu et Wu.

Pao Jiao (Tremper les pieds)

Cette méthode s’adapte dans la plupart des tableaux.Elle est intéressante en cas de vide ou pour le prévenir, car elle tonifie le Rein. Elle ramène le feu à son origine et nourrit le Yin du Rein, empêchant que la chaleur du Foie ne fasse trop de dégâts. Elle expulse les énergies pathogènes et sera donc conseillée en cas de froid dans l’utérus ou d’humidité. Elle nourrit le Coeur et calme l’esprit, ce qui aidera à gérer les émotions quand elles viennent perturber l’équilibre du corps.

On peut aussi choisir Xin Shen Xiang He (Harmoniser mutuellement Cœur et Rein), puisque cette méthode agira dans le même sens.

Dans tous les cas, il s’agit de favoriser la circulation du sang, pour cela, on va privilégier les méthodes de Qigong Tuina Rou Xue Hai (Pétrir 10Rte) et Po Yu Fa (Briser la stase).

On peut voir l’endométriose comme une difficulté de la Rate à garder le sang dans les vaisseaux, dans ce cas, parmi les méthode de Qigong Tuina , on peut choisir Na San Yin Jiao (Saisir 6Rte) ou Sheng Yang Fa (Faire monter le Yang)

Pour soulager la douleur, on peut utiliser la méthode de Qigong Tuina Chan Fa (Vibration) ou Xiao Gui Ji Da Chang Shu Guan Yuan Shu (petit “revenir et presser” sur 25V et 26V), (cette dernière sera difficile à réaliser en auto-massage).

Conseils adaptés en fonction des différents tableaux

Dans les cas où la stagnation de Qi et la stase de sang prédominent

Les symptômes principaux seront syndrome pré-menstruel avec douleur et distension des seins, distension du bas-ventre ne supportant pas la pression, douleur de type crampe, sang foncé avec des caillots et soulagement des douleurs après l’expulsion des caillots, oppression de poitrine. La langue sera plutôt sombre ou avec des tâches sur les bords. Le poul sera xian, en corde ou se rugueux.

●      Mouvements de Qi Gong à favoriser

Shu Gan Jian Pi Gong (libérer le Foie, fortifier la Rate) : Cette méthode est vraiment très efficace pour faire circuler l’énergie du Foie et permet aussi de libérer les émotions.

Bai Bi Gong (Balancer les bras) : On va plutôt choisir la variante ou les mains viennent percuter Zhang Men (F13) et Jian Jing (21VB)

Tan Zhi Gong (Projeter les doigts) : En plus de libérer l’énergie du Foie, cette méthode véhicule le Qi et le sang jusqu’aux extrémités, favorisant ainsi sa circulation.

●      Manoeuvres de Qigong Tuina

Zhi Ya Jian Jing (Presser avec le doigt 21VB) : Ce point est très efficace pour traiter les blocages du Foie.

Peng Fa (Porter des deux mains) : Cette manœuvre permet de débloquer les stagnations, notamment le sang menstruel.

  • Quelques aliments et plantes favorables : champignon noir, poivre de Sichua,; racine de lotus, azerole shanzha, fleur de carthame honghua, rhizome de corydalis yanhusuo, buplèvre chaihu, rhizome de cyperus xiangfu, leonuris yimucao

Dans les cas où l’accumulation de froid et la stase de sang prédominent

Les symptômes principaux seront : douleur fixe dans le bas ventre, ne supportant pas la pression, douleur soulagée par la chaleur, retard de règles, sang peu abondant avec caillots, problèmes de fertilité, frilosité et teint pâle. La langue sera plutôt pâle, parfois avec des tâches sur le bord. Le pouls sera chen profond, il sera également jin serré ou xi fin et se rugueux.

●      Mouvements de Qi Gong à favoriser

Bu Shen Zhuang Yao Gong (tonifier les Reins, fortifier les lombes) : Cette méthode est intéressante dans la plupart des cas mais elle a aussi la particularité de chasser le froid

Lao Gong Zhao Guan Yuan (Le centre des paumes illumine Guan Yuan) : Cette manoeuvre réchauffe et nourrit l’utérus.

Shi Liu Shi (La forme des seize) : Cette technique est conseillée pour chasser le froid.

●      Manoeuvres de Qigong Tuina :

Rou Xue Hai (Pétrir 10Rte) : Ce point fait fortement circuler le sang dans le petit bassin, mais il a aussi la fonction de chasser les pathogènes, notamment le froid.

Rou Ba Liao (Pétrir les huit trous sacrés) : Cette manœuvre réchauffe l’utérus et traite toutes les maladies dues à un froid pathogène dans le petit bassin.

Heng Ca Ming Men (Frotter 4DM transversalement) : Cette méthode renforce le Yang des Reins et aide à expulser les facteurs pathogènes, elle permet donc de traiter les cas de vide comme les cas de plénitudes (qui sont d’ailleurs souvent imbriqués).

Dans ce tableau, il est également fortement conseillé d’utiliser des moxas sur le ventre (Guan Yuan ou toute la zone).

  • Quelques aliments et plantes favorables : mouton, gingembre frais, poivre de Sichuan, ciboule, noix, cannelle, lychee, racine d’angélique danggui, fleur de carthame honghua, racine de ligusticium chuanxiong

Dans les cas où le vide de Qi et de sang prédominent :

Les symptômes principaux seront : fatigue physique et mentale, vertige, manque d’appétit, diarrhée, crampes abdominales, hémorroïdes, aggravation des douleurs et des symptômes pendant les règles, besoin de chaleur. La langue sera plutôt pâle bleutée, gonflée et indentée. Le pouls sera xi fin, ruo faible, chen profond, parfois légèrement xian en corde

●      Mouvements de Qi Gong à favoriser

Lao Gong Zhao Guan Yuan (Le centre des paumes illumine Guan Yuan) : En plus de réchauffer l’utérus, cette méthode tonifie le Qi des Reins et renforce Yuan Qi.

Xiao Kai He (Petite ouverture et fermeture), combiné à Lao Gong Zhao Guan Yuan pour renforcer Yuan Qi

Zang Mi Gong (Méthode secrète tibétaine) : pour renforcer l’énergie Yang.

●      Manoeuvres de Qigong Tuina

Rou Guan Yuan (Pétrir 4RM) : Cette manœuvre pourrait être utilisée dans tous les tableaux d’endométriose. Elle tonifie Yuan Qi, mais a aussi de nombreuses fonctions pour traiter les conséquences du vide de Qi et de sang, puisqu’elle réchauffe et vivifie le sang.

Na San Yin Jiao (Saisir 6Rte) : C’est une méthode qui travaille sur tous les déséquilibres du sang et qui est tonifiante.

Tui Xue Hai (Pousser 10Rte) : que l’on peut combiner à Rou Gan Shu pour nourrir le sang

  • Quelques aliments et plantes favorables : mouton, poivre de Sichuan, ciboule, crevettes, moules, sésame noir heizhima, baies de goji gouqizi, racine d’angélique danggui, leonuris yimucao, écorce d’eucommia duzhong

Dans le syndrome de congestion de chaleur et stase de sang, les symptômes peuvent être très variés car il s’agit d’un tableau complexe résultant d’une évolution des déséquilibres.

Quelques aliments et plantes favorables : calamar, persil, soja, lait de soja, canard, azuki, châtiagne d’eau, pisselit, racine de lotus, graines de lotus lianzi, soja préparé dandouchi, racine d’angélique danggui, racine de rehmannia shang dihuang, écorce de pivoine arborescente mudanpi

Il s’agit généralement d’une évolution de tableau de stagnation de Qi du Foie qui se transforme en chaleur, les signes seront les mêmes que pour la surpression du Foie mais avec en plus un goût amer dans la bouche, de l’irritabilité, des yeux rouges, des brûlures d’estomac, des douleurs des hypochondres et des urines foncées. Les règles seront plutôt en avance, avec du sang foncé et des caillots. Il peut y avoir des leucorrhées jaunes avec parfois du prurit. La langue sera rouge avec un enduit jaune et le pouls sera xian en corde et shuo rapide.

  • En Qi Gong, on va favoriser tous les mouvements pour libérer le Foie, en particulier Shu Gan Jian Pi Gong ou Shuai Shou Gong (Laisser tomber les mains), qui vont aussi faire descendre le feu.
  • En Qigong Tuina, on pourrait pratiquer Jiang Huo Fa (manœuvre pour faire redescendre le feu), mais comme on cherche essentiellement à travailler sur le feu du Foie, on placera plutôt les Lao Gong au niveau de Gan Shu.

Si la chaleur persiste, elle va léser les liquides, le sang et le yin, provoquant ainsi un vide de Yin et par conséquent une chaleur vide. On peut avoir les mêmes symptômes que pour la surpression du Foie mais avec des bouffées de chaleur, de la transpiration nocturne, de la chaleur des cinq cœurs, des acouphènes, des palpitations, de l’insomnie et des urines foncées. Les règles peuvent être en avance et abondantes ou à l’inverse en retard et peu abondantes. La langue sera rouge sans enduit et le pouls xi fin et shuo rapide.

  • En Qi Gong, on peut pratiquer Ding Jing Gong (Fixer le regard), qui va détendre le Foie et nourrir le Yin du Foie. Yao Lu Lu (Tourner la manivelle) peut être intéressant dans sa fonction de faire monter l’eau et nourrir le Yin des Reins
  • En Qigong Tuina, on pourra pratiquer Xie Tai Chong (Disperser 3F), qui va nourrir le Foie et tempérer son feu, cette méthode aide donc à faire redescendre les montées de Yang du Foie.

La chaleur du Foie peut se communiquer à l’Estomac, puis aux Intestins. Dans ce cas, les symptômes qui s’ajoutent à ceux de la surpression du Foie sont : acné, mauvaise haleine, constipation avec parfois hémorroïdes, douleurs du bas-ventre et parfois du sang dans les selles, soif et appétit excessifs. Les règles seront plutôt en avance avec des caillots. La langue sera rouge avec un enduit jaune épais et le pouls shuo rapide et xian en corde.

Dans ce cas, on va pratiquer les mêmes mouvements qu’en cas de chaleur, auxquels on pourra associer des techniques en fonction des symptômes.

Conseils alimentaires : éviter absolument les aliments gras, épicés, frits et l’alcool

Cas particuliers :

En cas d’humidité : Si le Foie attaque la Rate, l’humidité risque de s’accumuler

En Qi Gong, on peut pratiquer Da Yan Chu Shi Gong (L’oie sauvage chasse l’humidité), ou encore Pai Shou Gong (Taper des mains).

En cas de troubles digestifs associés :

En Qi Gong, on peut pratiquer Zhen Fu Dao Yin Fa (vibration du ventre).

En Qigong Tuina, on peut privilégier Peng Fa (Porter des deux mains) ou Na Shen Que

(Saisir 8RM).

En cas de difficulté à gérer les émotions :

La méthode la plus efficace en Qi Gong serait sûrement Jing Xin Gong (silence du Coeur), mais on pourrait aussi pratiquer Zhen Fu Dao Yin Fa (méthode de Dao Yin de vibration du ventre) ou encore Lao Gong Zhao Guan Yuan (Le centre des paumes illumine Guan Yuan). En Qigong Tuina, on peut faire Zhi Ya Nei Guan (presser d’un doigt sur 6EC).

Dans les cas d’infertilité

Il y a un certains nombre de techniques de Qi Gong conseiller pour favoriser la fertilité, notamment Huan Yang Wo (posture allongée pour faire revenir le Yang), Lao Gong Zhao Guan Yuan (Le centre des paumes illumine Guan Yuan), Ti Gang Gong (Relever l’anus) ou encore Bu Shen Zhuang Yao Gong (tonifier les Reins, fortifier les lombes).

En Qigong Tuina, on peut choisir Guan Yuan Tou Shen Que ou Guan Yuan, Zhong Ji, Qu Gu (4RM, 3RM, 2RM) : En cas d’infertilité, il y a une variante de cette dernière méthode, où on fait des allers-retours entre Guan Yuan et Qu Gu.

Toutes ces indications ne sont pas exhaustives, elles reposent juste sur mon observation, mon expérience du Qi Gong et ma pratique clinique. Il y a encore de nombreuses autres possibilités à explorer.

Les leçons que j’ai tirées et ce que m’a apporté cette expérience

  • La vie est en perpétuelle évolution. Ce qui fonctionne aujourd’hui ne fonctionnera peut-être pas demain. On peut avoir l’impression d’être au top de sa pratique et l’instant d’après être complètement nul. J’ai vraiment ressenti ça dans ma pratique de Qi Gong et Zhuan Zhuang en particulier. Parfois ça me paraissait facile, j’avais plein de ressentis, mais souvent c’était difficile et mes pensées me parasitaient. Et le changement se fait même souvent durant une même séance. C’est une belle leçon d’humilité mais ça donne aussi beaucoup d’espoir dans les moments difficiles.
  • Il est primordial de se fixer des objectifs adaptés et réalisables : J’ai eu l’impression d’être raisonnable et de ne pas fixer un programme trop ambitieux, mais c’était clairement le cas… Je n’ai poursuivi les séances d’acupuncture que deux semaines et par moments je n’ai pas fait autant de séances de Qigong Tuina que j’aurais voulu. Et pourtant, j’ai déjà revu mon objectif à la baisse. C’est un mauvais calcul car c’est à la fois dévalorisant, démotivant et culpabilisant. Il est vraiment important d’être tolérant et bienveillant avec soi-même, en particulier si le but recherché est de se faire du bien.
  • Ma maladie est à la fois ma force et ma faiblesse dans ma pratique du Qi Gong : au quotidien, on a plutôt tendance à voir la maladie négativement. Et pour cause, on doit supporter des douleurs, on est handicapé pour faire ce qu’on aime faire, parfois, ça nous empêche de travailler et on passe notre temps à chercher à comprendre pourquoi ça nous arrive à nous… Mais je sais que par moment, ma pathologie a été mon moteur. Ça a été mon déclic pour me former en médecine chinoise. C’est une motivation dans ma pratique de Qi Gong et ça me pousse à chercher à comprendre les mécanismes du corps humain à travers la médecine chinoise. Mais par moment, je me sens tellement incompétente en tant que praticienne à cause du fait que je n’arrive pas à venir à bout de mon problème. J’ai l’impression que je ne suis pas légitime pour donner des conseils aux gens. En bref, la maladie me pousse à une remise en question permanente.
  • Il est primordial de trouver un bon équilibre entre une pratique personnelle et un accompagnement extérieur. On ne peut pas espérer un changement profond de son état, si soi-même on est pas prêt à agir sur notre vie et à mettre des choses en place, bref, à devenir acteur de son existence. Cependant, on peut vite se perdre dans sa pratique si on n’a jamais de regard extérieur pour nous guider.
  • Je me suis familiarisée avec Tang Ni Bu (La marche de patauger dans la boue). J’ai commencé cette pratique après ne l’avoir pratiqué qu’une seule fois en cours. J’y avais pris du plaisir et elle me paraissait intéressante pour expulser les énergies pathogènes. De plus, j’avais envie d’inclure une marche dans ma pratique quotidienne. J’ai mis un peu de temps à bien ressentir la sensation de marcher dans la boue. Ensuite, je l’ai faite évoluer en gardant les pieds parallèles au sol, ça m’a rappelé la sensation d’avoir des chaussures de ski, ce qui m’a amené à ressentir une entrave un peu différente. Un an après, je pratique toujours cette marche le matin

pendant dix minutes, je commence par là et ça me convient très bien pour le moment. J’ai remarqué que lorsque j’ai trop d’idées qui tournent dans la tête et du mal à me concentrer sur l’instant présent et mes ressentis, il suffit que je ralentisse un peu la marche et c’est comme si ça ralentissait aussi dans ma tête, jusqu’à s’apaiser.

  • J’ai appris à développer mon état Qi Gong. Passé la fin de mon expérimentation, j’ai eu du mal à maintenir ma pratique quotidienne d’une heure. Comme je ne voulais surtout pas que ça devienne une contrainte ou une obligation, j’ai préféré pratiquer moins longtemps mais en gardant un rythme quotidien. D’une certaine manière, ça m’a donné l’impression de régresser. Cependant, durant la préparation de ce mémoire, j’ai gardé la rigueur de faire un compte rendu de chaque séance, cela m’a vraiment permit de développer une observation et une écoute du corps. Et aujourd’hui, j’ai beau pratiquer moins longtemps, je sens que mon état intérieur est différent, mes réactions changent et ma vision du monde et du vivant évolue. De plus, avec mes problèmes de santé, mon apprentissage a duré une année supplémentaire, c’est donc depuis quatre ans que je baigne dans la philosophie du Qigong Tuina et je sens vraiment qu’aujourd’hui, il infuse en moi.

Enfin, je me rends compte à quelle point ce mémoire a eu un effet thérapeutique sur moi, à la fois au niveau des exercices de Qi Gong et des traitements en Qigong Tuina, mais également dans sa rédaction. Le fait de mettre par écrit toute l’évolution de ma maladie et les épreuves que j’ai traversées, s’est révélé très libérateur (on pourrait parler de catharsis, au sens de la psychanalyse). J’imagine que toutes ces émotions généraient encore beaucoup de blocages et de stagnations et j’espère que je me sentirai plus légère. Ce n’était pas un exercice facile, mais vraiment très bénéfique.

Photo by Sasha Freemind on Unsplash

Lettre d’information

    j'accepte de recevoir les emails envoyés par Kendreka

    RÉSEAUX SOCIAUX DE L’ÉCOLE