L’endométriose en Médecine Traditionnelle Chinoise

Les points d'Acupression pour l'endométriose et les douleurs de règles

Accueil > Activités du site > L’endométriose en Médecine Traditionnelle Chinoise

L’endométriose en Médecine Traditionnelle Chinoise

par

Acupression à distance & bases de Qigong Tuina
Promotion 2021

Dans cet article, Amina Fahem nous présente la vision de l’Acupression, outil de la Médecine Chinoise, sur les symptômes de l’endométriose, maladie encore très peu connue alors qu’elle touche au moins une femme sur dix. Quelles sont ses causes selon la MTC ? Quels points d’acupression choisir ?

Introduction

Aujourd’hui, une femme sur dix est atteinte d’endométriose. Cette maladie reste encore très peu connue alors qu’elle concerne près de 180 millions de femmes dans le monde dont environs 4 millions en France. Cette maladie tend à rester encore trop discrète du fait de la croyance selon laquelle les douleurs de règles sont normales. Il existe très peu d’information sur cette pathologie, les recherches commencent à peine à se développer, ce qui entraine une errance médicale pour les femmes atteinte, qui pour la plupart ne sont pas prises aux sérieux par les médecins lorsqu’elles se plaignent de douleurs invalidantes durant leur règle.

Dans cet article, il sera abordé une explication de cette maladie du point de vue de la médecine chinoise ainsi qu’une étude de cas sur le travail de rééquilibrage des énergies et de l’apaisement des symptômes liés à l’endométriose.

I Qu’est-ce que l’endométriose

L’endométriose est une maladie peu connue qui s’explique par la présence de tissu endométrial

(semblable à la muqueuse utérine) en dehors de la cavité utérine.

Cette anomalie provoque des lésions composées de cellules semblables à celles de l’endomètre. Ces lésions sous forme de tissus, de nodules ou de kystes peuvent se retrouver à différents endroits de l’abdomen, notamment au niveau des organes digestifs tels que l’intestin, le rectum, les ligaments pelviens ou la vessie et peuvent même envahir les reins et le diaphragme. Chaque mois, ces tissus sont influencés par le cycle hormonale, ils s’enflamment et peuvent causer des douleurs.

Théories sur l’étiologie de l’endométriose

Il existe actuellement trois théories sur l’origine de cette maladie :

Lors des règles les cellules de l’endomètre passeraient dans la circulation sanguine pour migrer ailleurs

dans l’organisme. On l’appelle l’hypothèse métaplasique.

Les cellules qui soutiennent les organes de l’abdomen se transformeraient en cellules de l’endomètre. On l’appelle l’hypothèse métastasique.

L’élimination des cellules de l’endomètre lors des règles n’étant pas suffisante, ces dernières passeraient alors dans l’abdomen par le biais des trompes.

Les symptômes de l’endométriose

L’endométriose se traduit essentiellement par des maux de ventre souvent insupportable pendant les règles (dysménorrhée). Leurs intensités peuvent aller jusqu’à entrainer une invalidité temporaire et même dans certain cas un passage aux urgences hospitalières.

Les douleurs engendrées peuvent irradier d’autres zones du corps tels que l’ensemble de la zone pelvienne regroupant la vessie, l’urètre, l’anus, le rectum mais aussi le dos et les jambes. Elles peuvent également provoquer des problèmes digestifs tels que de la constipation, de la diarrhée, des ballonnements, des nausées, des vomissements et des difficultés à uriner.

Dans certain cas, l’endométriose peut entrainer de l’infertilité ou de la difficulté à concevoir un enfant.

De plus, des complications qui entrainent des douleurs intenables peuvent survenir :

  • Rupture des kystes situés sur l’endomètre ou les ovaires.
  • Douleurs neuropathiques chroniques dues à une irritation des petits nerfs situés à proximité des lésions.

D’autre part, les symptômes présents pendant les règles peuvent s’installer de manière chronique et engendrer des désagréments au quotidien.

C’est souvent le cas des symptômes urinaires qui, pour certaines femmes, se traduisent par la sensation de souffrir d’une cystite, qui plus est, récidivante avec des douleurs à la miction. Ces désagréments restent inexpliqués car les examens bactériologiques urinaire ne révèlent rien d’anormal. En outre, l’endométriose colorectal (l’atteinte du colon et du rectum par des cellules

endométriales) peut engendrer tout au long du cycle, des douleurs au moment de la défécation, de la constipation une sensation d’avoir envie d’uriner à petit volume, des douleurs thoraciques et des douleurs lombaires.

L’endométriose est bien souvent accompagnée de fatigue chronique, on appelle cela l’endo-fatigue. Dans la mesure où l’endométriose génère des douleurs qui deviennent chroniques, le corps n’a pas le temps de récupérer pour faire face au quotidien. De plus, les douleurs provoquent un sommeil irrégulier et empêchent bien souvent de dormir ce qui accentue également cette fatigue. A cela, s’ajoute les difficultés engendrées par les traitements hormonaux.

Diagnostique

C’est une maladie gynécologique bien plus fréquente que l’on ne pourrait le croire puisque 10 % des femmes en sont atteintes. Malheureusement, un grand nombre d’entre elles ne sont diagnostiquées que des années après l’observation des premiers symptômes. En 2018, on relevait en moyenne un retard de diagnostic de 7 ans entre l’apparition des premiers symptômes et le diagnostic officiel. Cela reviendrait à dire qu’une jeune fille de 15 ans souffrant le martyre à chaque menstruation ne découvrirait quelle est atteinte d’endométriose qu’à l’âge de 22 ans. Pendant ces 7 ans, elle vit ce que l’on appelle « une errance médicale », période durant laquelle la femme ou jeune femme est désœuvrée, livrée à elle-même face à sa souffrance parfois intense sans en connaitre les raisons et sans bénéficier d’un accompagnement médical spécifique.

Ainsi, de nombreuses femmes ne se font diagnostiquer que tardivement car la douleur n’est pas prise au sérieux. Ceci s’explique par la croyance généralisée et ancrée dans nos sociétés selon laquelle souffrir pendant les règles est normal.

Or, en médecine traditionnelle chinoise, des règles douloureuses sont toujours un signe de déséquilibre énergétique. Une personne en « bonne santé » selon la médecine chinoise ne ressentirait qu’un léger tiraillement indiquant leur venue et leur présence, mais pas de douleurs et encore moins de nausées. Avoir mal, ce n’est jamais normal.

De plus, il vaut mieux réaliser une prise en charge au près d’un médecin expert car de nombreux praticiens peuvent facilement passer à côté du diagnostic, n’étant pas formés aux spécificités de l’endométriose durant leurs études de médecine en France. Certaines patientes sont alors obligées de réaliser plusieurs fois les examens nécessaires car ceux-ci se révèlent non concluant. En effet, le personnel médical leur explique que rien n’est visible sur ces derniers alors que les symptômes sont bien présents. Il est important de révéler que certaines femmes ne sont pas prises au sérieux lorsqu’elles consultent pour des douleurs de règles, elles esquissent malheureusement des commentaires du type « c’est normal d’avoir mal durant les règles, vous êtes juste un peu douillette ».

Heureusement depuis quelques années un travail de formation a été réalisé et de nombreux praticiens se forment afin de devenir des spécialistes de la maladie. De cette manière, il devient plus accessible pour ces femmes d’être prises en charge par des professionnels de santé maitrisant les spécificités de cette maladie.

Le diagnostic de l’endométriose est généralement réalisé grâce à des examens d’imagerie médicale. En général, une échographie pelvienne est prescrite en premier lieu et permet de desceller l’endométriose ovarienne. Cependant, si l’examen ne montre pas d’endométriose ovarienne, le travail d’investigation se poursuit grâce à un IRM abdomino-pelvien réalisé par un radiologue expert en endométriose. Cet examen permet notamment de diagnostiquer une endométriose superficielle ou profonde (notamment en cas de douleur lors des selles ou de la miction).

Aujourd’hui, de nombreuses équipes dans le monde recherchent des moyens moins invasifs de

diagnostiquer cette maladie.

II    L’endométriose du point de vue de la médecine chinoise

La Relation entre les 5 organes et l’utérus

L’utérus est appelé « Zi Bao » en chinois, il a pour fonction de contrôler la conception, la grossesse et les menstruations. Il fait partie des six merveilleux organes, c’est un organe yin puisqu’il stocke le sang et protège le fœtus lors de la conception (contrairement aux organes yang qui se remplissent et se vide constamment mais ne stockent rien).

Les menstruations dépendent principalement de l’état du sang, or, en médecine traditionnelle chinoise, nous savons que le foie stock le sang, la rate le contrôle et le cœur le gouverne.

Le sang est créé par la rate le poumon et le cœur par le biais du mécanisme illustré ci-dessous.

Lors des menstruations, la rate peut agir sur la quantité de sang qui est évacuée et provoquer des aménorrhées ou inversement un écoulement abondant.

Cependant, c’est le foie qui gère principalement la qualité du sang. Lorsque le foie ne remplit pas correctement sa fonction de stockage et réglage du volume sanguin, il en découle souvent des règles irrégulières. De même, si le foie ne fait pas son travail de circulation, le sang du foie se met à stagner et entraine ce que l’on appelle des « stases de sang du foie ». Ces stases de sang se définissent par des douleurs, des dysménorrhées et des règles accompagnées de caillots foncés.

L’utérus est également étroitement lié à trois méridiens qui le traversent directement, le Chong Mai (Vaisseau Pénétrant) qui le nourrit en yang, le Ren Mai (vaisseau conception) qui le nourrit en yin et le Du Mai (Vaisseau gouverneur) qui le nourrit en sang. L’état et la fluidité de la circulation de l’Energie de ces méridiens assure que l’utérus est bien approvisionné en énergie et en sang.

Le Ren Mai et le Du Mai naissent tous deux dans la cavité pelvienne. Le Ren Mai remonte alors le long de la ligne centrale à l’avant du corp tandis que le Du Mai remonte la ligne médiane à l’arrière du corps. Le Chong Mai a un trajet complexe où il rejoint le méridien de l’estomac autour du nombril et des Reins au niveau de la poitrine. Contrairement au deux premier le Chong Mai n’est pas un méridien avec des points définies.

Relation entre les organes, les merveilleux vaisseaux et l’utérus

Les déséquilibres énergétiques associés à l’endométriose

Les symptômes les plus marquant de l’endométriose sont les douleurs abdominales et utérines récurrentes et intensifiées pendant les règles. En médecine chinoise, de tels douleurs peuvent provenir de plusieurs tableaux pathologiques, mais l’endométriose se caractérise par la présence de tissu endométrial en dehors de l’utérus ce qui nous renvoie instinctivement à la stase de sang du foie.

La stase de sang du foie et son mécanisme

La stase de sang du foie vient généralement d’un manque de circulation de l’Energie du foie qui fait que le sang du foie qui est alors stocké ne bouge plus et engendre des stases.

Lorsque le sang du foie stagne, il provoque une stagnation dans le Chong Mai (vaisseau pénétrant) et le Du Mai (vaisseau gouverneur), ce qui influe directement sur les règles.

Les symptômes principaux des stases du sang du foie sont les douleurs en coup de poignard et les règles douloureuses accompagnées de caillot noir de sang ou d’un sang menstruel foncé. Dans ce cas de figure, la douleur peut être présente pendant les règles mais également en dehors des règles. Elles peuvent s’intensifier à certain moment du cycle féminin et peuvent se situer à d’autres endroits que l’abdomen.

La particularité des douleurs des stases de sang est que celles-ci sont bien localisées contrairement aux douleurs de la stagnation d’énergie du foie (stade engendrant une stase de sang) qui serait plus étendues et diffuses.

La deuxième particularité de la douleur issue des stases de sang est qu’elles peuvent être térébrantes, c’est-à-dire que leurs intensités peuvent être représentée par un pic de douleur qui peut aller jusqu’à irradier d’autres zones du corps.

La stase de sang du foie peut également engendrer des masses fixes dans l’abdomen qui sont

relativement constantes.

Lorsqu’elle est accompagnée d’une stagnation d’énergie du foie, elle peut être associé à des douleurs dans l’hypochondre, des douleurs abdominales, une sensation d’oppression de la poitrine ou un syndrome prémenstruel très prononcé. Des symptômes digestifs peuvent également être présent tels que des ballonnements ou une tension au niveau du ventre le rendant semblable à une peau de tambour, c’est ce que l’on appelle le météorisme abdominal. La femme pourrait également être sujette à des périodes de déprime ou encore à une tendance à soupirer. Le corps a tendance à soupirer instinctivement lorsque le qi du foie est stagnant car ces soupires permettent de libérer le qi bloqué dans la poitrine.

L’étiologie de la stase de sang du foie

La stase de sang du foie n’apparait jamais en premier lieu, il s’agit d’un tableau qui découle d’autres

déséquilibres énergétiques.

Le tableau le plus courant provoquant une stase de sang du foie est la stagnation d’énergie du foie. Le qi contrôle le sang, si le qi circule alors le sang circule, dans le cas contraire le qi ne circule pas et le sang se tasse et engendre des stagnations. La fonction la plus importante du foie étant celle de la circulation et du transport, lorsque le qi du foie ne remplit pas cette fonction, le sang du le foie est généralement le premier à stagner. Chez les femmes, des caillots sont alors visibles chaque mois lors de la période des règles. Ce déséquilibre est généralement plus difficile à déceler chez les hommes.

Pareillement, lorsqu’il y a un vide de qi (d’énergie), le foie n’est plus en mesure d’assurer la libre

circulation du sang dans le corps et entraine des stagnations ou des stases de sang.

En énergétique chinoise, l’Energie du froid a pour particularité de figer les choses. Tout comme l’eau qui devient de la glace peut figer les choses, le froid dans le corps peut créer des blocages. Lorsqu’il entre dans l’utérus, il peut figer le sang et engendrer des stases de sang. En chine, il est très recommandé de bien se couvrir le ventre afin de ne pas laisser pénétrer le froid.

De même, l’Energie de la chaleur peut condenser les liquides et le sang, engendrer une coagulation du

sang et donc des stases.

Un vide de sang peut entrainer un vide de qi, et provoquer des stases de sang, dans ce cas, la personne peut avoir une aménorrhée accompagnée de douleurs.

Evolution de la stase de sang dans le cadre de l’endométriose

Selon les différents cas d’endométriose, certaines aggravations peuvent être notable selon les symptômes. Ils arrivent souvent que certaines femmes se plaignent des symptômes de cystite dont les examens bactériologiques ne révèlent rien d’anormal. La correspondance des symptômes décrits par les femmes en médecine chinoise peut être traduite par de la chaleur humidité dans la vessie.

D’autre part, un autre syndrome est souvent retrouvé chez ces femmes, celui de l’infection vaginale, caractérisée par des démangeaisons vaginales et vulvaires accompagnées parfois de leucorrhées de couleur jaune. Or la couleur des leucorrhées nous indique la présence de chaleur humidité, et le méridien du foie et de la vésicule biliaire sont souvent impliqué lors de démangeaison vulvaire ou vaginale (notamment de par leur trajet). Dans ce cas, ces désagréments peuvent être expliqués par de la chaleur humidité dans le foie et la vésicule biliaire.

La survenue de ces deux syndromes est facilitée par le vide de la rate qui est illustré par la théorie des cinq éléments. Lorsqu’il y a stagnation au niveau du foie qui correspond à l’élément bois, il arrive que le bois se met à trop contrôler la terre (donc la rate), nous sommes alors dans un cycle d’oppression. La rate associée à l’élément terre est alors brutalisée et peut facilement se retrouver en vide. Le vide de la rate favorise alors l’apparition d’humidité dans le corps, c’est-à-dire au niveau de la vessie ou de la vésicule biliaire dans ce cas précis. Ainsi, il est indispensable de traiter la racine afin que ces symptômes ne soient pas récidivants.

Cycle pathologique des 5 éléments

III    Etude de cas

J’ai réalisé mon étude de cas auprès d’une jeune femme de 29 ans atteinte d’endométriose profonde présentant des lésions dans la région pelvienne antérieure et postérieure avec la présence de nodules au niveau des ligaments utero-sacrés et de la vessie. Ces lésions engendrent des douleurs insupportables et invalidantes au niveau de la vessie et du rectum durant les règles mais aussi de manière chronique.

Bilan énergétique

Elle présente des douleurs insupportables commençant quelques jours, voir une semaine avant ses règles. Celles-ci sont localisées au niveau du bas ventre et du rectum, elles apparaissent sous forme de crise qui durent quelques heures. Par la suite, la douleur va augmenter crescendo et devenir invalidante dès le premier jour des règles, et ceci durant 3 jours. Généralement, l’intensité des douleurs diminue à partir du 4ème jour. Le sang menstruel est abondant, foncé et accompagné de caillots. Ses règles sont accompagnées de nausées et de ballonnements. Elle décrit sa douleur abdominale comme si tout à l’intérieur de son abdomen était figé, l’impression d’y avoir des cailloux pointus mais également comme si ses tissus internes se déchiraient encore et encore avec des plaies béantes enflammées dans le ventre. Elle a également des douleurs térébrantes assimilées à des coups de poignard et accompagnées d’une douleur constante sourde dans le bas ventre et au niveau du rectum. Les douleurs du rectum et du bas ventre sont soulagées par la chaleur mais les douleurs digestives ne le sont pas.

Son cycle est long (tendance à durer entre 31 et 35 jours) et irrégulier.

Quelques jours après la fin de ses règles, elle est sujette à des démangeaisons vaginales qui récidivent chaque mois au même moment durant une semaine.

Elle souffre également de douleurs à la vessie, qui s’apparente aux symptômes d’une cystite sans en être une puisque les analyses d’urines ne révèlent rien d’anormale.

La jeune femme décrit son cycle comme étant sans douleur uniquement une semaine sur cinq.

Elle est également sujet à une sensation de lourdeur accentuée par de la fatigue chronique, de

l’irritabilité et des maux de tête.

Elle a tendance à avoir envie d’uriner fréquemment en petite quantité. Ses selles étaient régulières

mais molles avant ses règles. Elle indique également être constipée les premiers jours de ses règles.

Elle ressent régulièrement le besoin de boire de l’eau fraiche ou froide en grande quantité. Cependant, si elle mange des choses glacés, elle est rapidement prise de douleurs au niveau du ventre. De plus, elle a noté une baisse d’appétit ces dernier mois. Elle a également tendance à être très frileuse et à avoir les jambes et les pieds froids.

La patiente a des vertiges pendant les règles ainsi qu’une tendance à bouger le pied pendant les phases de douleur.

Le pouls présentait un rythme régulier et une vitesse normale. En revanche, la loge des reins était difficile à percevoir. L’élément le plus marquant au niveau de son pouls était le fait qu’il soit très tendu et rugueux.

La langue présente des petits points rouges, en particulier sur les côtés, elle était légèrement gonflée au milieu mais mince. L’enduit lingual est fin cependant j’ai pu observer qu’à certain moment du cycle il revêt une légère teinte jaune. La langue est globalement pâle et les veines sublinguales sont plutôt foncées et marquées.

La jeune femme souffre également de fatigue chronique et de tendance à une faible réserve de ferritine.

Enfin, lors de ses règles, elle a tendance à faire du météorisme abdominal avec le ventre gonflé et

tendu comme la peau d’un tambour.

Déséquilibre énergétique

Dans ce cas, des syndromes de plénitude et de vide coexistent ensemble.

Nous sommes clairement en présence d’une stagnation du qi du foie qui a engendré une stase de sang.

Les douleurs de règles, la présence de caillots dans le sang menstruel mais également la douleur abdominale fixe et térébrante renvoient vers une stase de sang. Tandis que les douleurs constantes et sourdes revoient vers une stagnation de qi du foie.

Le pouls tendu est présent dans la plupart des syndromes du foie et les taches plus rouge ou pourpre sont symboliques des stases de sang.

Le fait que la circulation ne se fait pas correctement peut provoquer un blocage. Le qi qui est censé descendre lors de la digestion va aller en contre sens et engendrer des nausées.

Ces deux déséquilibres sont accompagnés d’un vide de yang du rein qui est illustré par la frilosité, les extrémités froides et la tendance à être soulagé par la chaleur, ce qui peut expliquer la faiblesse du pouls dans la loge des pieds.

Un vide de qi de la rate est également visible et illustré par la présence d’humidité, la digestion difficile,

la baisse d’appétit et la fatigue chronique. Dans ces deux cas, la langue a tendance à être plutôt pâle.

De plus, cycliquement, il arrive à cette jeune femme d’avoir de la chaleur-humidité qui se déclare au niveau de la vessie, du foie et de la vésicule biliaire.

On observe également un vide de sang illustrés par la présence de vertiges et par le manque de ferritine.

D’après la théorie des 5 éléments, lorsque la sphère du bois est en déséquilibre, elle se met à opprimer

la terre. De plus, elle peut également « piller l’Energie » de l’eau.

Principe de traitement

Le principe global de traitement est de mobiliser et régulariser le sang et de calmer le foie dans un premier temps afin de dissiper la stase de sang du foie tout en remettant en circulation le qi de manière à mettre fin la stagnation de qi du foie.

J’ai choisi de traiter les branches lorsqu’elles surviennent tout en ajoutant des points qui mobilisent le sang et le qi puis de traiter par la suite la racine durant les périodes plus calme du cycle. Je pars du principe que lorsque la personne est en pleine crise de douleur, la priorité est de la soulager et de l’accompagner en douceur vers un état de mieux-être. De cette façon, les massages prodigués par la suite pourront être appréhendés et accueillit dans de bonnes conditions.

Les différents points utilisés au fils des séances

14 F « 期门» Qi Men – la porte du cycle : c’est le point mu antérieur du foie qui a pour action de faire circuler le qi du foie et de tonifier le sang ce qui permet de dissiper les masses et les stases. Il est également préconisé en cas de trouble digestif lors de dysharmonie entre le foie et la rate.

5F « 蠡沟» Li Gou , il a pour fonction de clarifier les canaux de circulation du qi et de mobiliser le qi du foie. Dans certaines recherches modernes, on note qu’il a des effets bénéfiques dans le cadre de l’endométriose, les règles irrégulières et le prurit vulvaire.

3 F « 太沖» Tai Chong , il a la capacité d’harmoniser le sang, de lever la stagnation de qi et d’apaiser

les spasmes. Il est également indiqué dans le cadre de dysménorrhée et de métrorragie.

34 VB « 阳陵泉» Yang Ling Quan, c’est un point qui diffuse le qi du foie et qui par la même occasion élimine la chaleur-humidité du foie et de la vésicule biliaire. Ce point est notamment utilisé lors de démangeaison de l’appareil génital.

3RM « 中极 » Zhong Ji, c’est le point mu de la vessie qui a pour particularité de renforcer le yang qi et d’éliminer la chaleur-humidité. Il est indiqué pour régulariser les règles et améliorer les problèmes gynécologiques tel que les dysménorrhées, les leucorrhées et les vaginites.

4RM « 关元 » Guan Yuan, il a pour spécificité d’être le point mu de l’intestin grêle mais également d’être le point de réunion du Chong Mai. Il permet de fortifier le yang, de tonifier les reins et de nourrir l’essence. Il a des effets bénéfiques sur les troubles urinaires et gynécologiques. Il est préconisé en cas de dysménorrhée et de douleurs pelviennes et abdominales.

8RM « 神阙»  Shen Que, il est utilisé dans le cadre de vide de yang la rate et des reins. Il est également indiqué en cas de règles irrégulières et de dysménorrhée.

12 RM « 中脘» Zhong Wan est le point mu de l’estomac, il renforce le qi et dissipe les accumulations

et stagnations. Je l’utilise en cas d’humidité et de troubles digestifs.

6 MC « 内关 » Nei Guan a la particularité de soulager les nausées, l’oppression de la poitrine, et les

dysménorrhées.

10 RT « 血海» Xue Hai a pour spécificité d’être le point mer du sang, il a pour action de nourrir et faire circuler le sang et de régulariser les règles. En dispersion, il est utilisé afin de dissiper les stases de sang. Il est également indiqué en cas d’endométriose.

6RT « 三陰交» San Yin Jiao est le point de croisement des 3 méridiens yin du pied. Il est préconisé pour nourrir le sang (en cas de règles hémorragiques). Il régule les menstruations, harmonise le réchauffeur inferieur (troubles urologiques, et douleurs des parties génitales), régule la miction et a des effets bénéfiques sur la sphère gynécologique.

8RT « 地机» Di Ji est le point d’accumulation du qi et du sang, il a pour fonction d’activer et de réguler le sange il est également préconisé pour éliminer les stases et conseillé lors de troubles gynécologiques telle que les dysménorrhées.

3RT « 太白 » Tai Bai a pour spécificité d’être le point source du méridien de la rate. Il a pour fonction de renforcer la rate, régulariser l’estomac et abaisser la douleur. Je l’utilise dans la prévention de l’humidité mais aussi dans le but de calmer les désagréments digestifs lors des règles.

36E « 足三里» Zu San Li est le grand point de tonification du qi, il a la capacité de remettre en circulation le qi et le sang tout en renforçant la sphère de la rate et de l’estomac. Il peut être utilisé dans l’ensemble des troubles digestifs tel que les nausées, les vomissements, la constipation et bien d’autre encore.

25 E « 肝俞» Tian Shu est le point mu du gros intestin, il régularise le qi de l’estomac et renforce la rate. Il régule également les menstruations et améliore l’immunité. Il est également indiqué contre l’endométriose.

40E « 丰隆 » Feng Long est un point utilisé spécifiquement lors de la présence de mucosité ou de graire, il sert aussi à renforcer la sphère de la rate et à améliorer les troubles digestifs. Il me permet de diminuer les douleurs de ventre mais également en prévention des symptômes qui surviennent post règles.

17V « 膈俞 » Ge Shu est le point de réunion du sang, il chasse les stases tout en redonnant de la vigueur au sang. Il harmonise et nourrit également le sang. De plus, il fait descendre le qi rebelle qui peut engendrer des nausées et des vomissements.

18V « 肝俞» Gan Shu est le point Shu du foie, il fait circuler le qi du foie, nourrit et régule pareillement le sang du foie. De plus, il chasse la chaleur-humidité du foie, ce qui peut provoquer des démangeaisons vulvaires.

31V à 34V Ba Liao sont des points qui se trouve au niveau du sacrum et qui ont des effets bénéfiques sur les troubles du système urinaire de l’intestin et gynécologique. Elle tonifie la circulation du qi et du sang dans cette zone.

57V « 承山 » Cheng Shan et le 58 V «飞扬» Fei yang sont des points utilisés dans le cadre des troubles du rectum et de la défécation. J’utilise la combinaison de ces deux points pour calmer les douleurs au niveau de l’anus.

63V « 金门 » Jin Men en combinaison avec le 3RM sont stimulés afin de calmer les douleurs à la miction.

Lors de crise de « cystite », j’utilise également les points 9RT 6RT 22V 28V 3RM 63V 66V

Nous avons réalisé une phase de traitement d’une durée d’un mois à raison de 2 à 3 séances par semaines.

Evolution des symptômes

Nous avons réalisé plusieurs séances durant un cycle hormonale afin de voir les effets de l’acupression sur les douleurs liées à l’endométriose pendant les règles.

Lors des premières règles après le traitement, les douleurs au niveau du rectum qui étaient précédemment insupportable, ont été largement atténuées, de même que les douleurs aux niveaux des ovaires. Les douleurs irradiant dans les jambes et dans le dos ne se sont pas déclenchées. De plus, les règles hémorragiques avec la présence de caillots ont été observées durant les deux premiers jours de règles contrairement à trois durant les cycles précédents.

En revanche, les douleurs au niveau de l’intestin, les nausées ainsi que la fatigue et les vertiges n’ont

pas diminué.

Malgré ces désagréments, la jeune femme dit avoir vu ses douleurs diminuer de moitié. Elle dit avoir mieux supporter sa période de règles qu’elle qualifie de « vivable et supportable » par rapport aux mois précédents durant lesquels elle pouvait parfois pleurer et se tordre de douleur.

Pour la suite du traitement, il faudra se concentrer sur le fait de mobiliser le sang et de booster sa production. Pour cela, il faut se concentrer sur les points qui permettent la circulation du sang et la tonification de la rate tout en harmonisant la relation foie / rate pour diminuer un maximum les désagréments digestifs.

Bien que nous n’ayons pas réussi à soulager l’ensemble des symptômes en un mois, les améliorations

notées sont nettement encourageantes pour la suite du traitement.

Conclusion

Le but de la médecine traditionnelle chinoise est d’amener en douceur le/la patient(e) vers un état de mieux-être en donnant les capacités aux corps de mieux fonctionner. Elle est également un cheminement de pensée. L’Energie est libre et n’obéit qu’à elle-même. Elle est comme le vent insaisissable mais perceptible, et ce n’est que lorsque l’on se rend compte qu’on ne peut pas la contrôler que la magie se met à opérer.

C’est en ne plaçant aucune attente sur le résultat et en se laissant porter pendant une séance que justement nous obtenons le plus de bénéfice. Dans nos sociétés, où dès-lors que nous n’avons plus le contrôle, nous avons l’impression de perdre pied, cette discipline est, en elle-même toute une école du fait de sa sagesse. Acquérir le lâcher prise nécessaire pour accepter ce que l’on ne contrôle pas est l’enseignement le plus cher et le plus difficile qui m’a été donnée lors de cette formation.

Remerciements

Je tiens à remercier Monsieur Tuan Anh Doan et Amaël FERRANDO de m’avoir accueilli au sein de leur école et de m’avoir enseigné leurs sciences et leurs sagesses de par leurs savoirs mais également les leçons qu’ils véhiculent.

Je remercie toutes les personnes m’ayant permis de réaliser cette formation qui m’a tant aidé sur le

plan personnel et également sur le plan professionnel.

Je remercie également mes patients de m’avoir permis de mettre en pratique mes enseignements et

de me former, tout autant que j’ai pu les accompagner et aider.

Je remercie également Leila FAHEM pour ces longues heures consacrées à m’aider à corriger cet article.

Références

https://www.endomind.org/endometriose/#diagnostic
https://fr.wikipedia.org/wiki/Endom%C3%A9triose#M%C3%A9canisme_hypoth%C3%A9tiqu e
https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/endometriose https://www.endofrance.org/la-maladie-endometriose/qu-est-ce-que-l-endometriose/ vb
« Acupuncture tradition et recherche moderne » de M.Coste et J.Y.Paugam
« Les principes fondamentaux de la médecine chinoise » de Giovanni Maciocia

« Acupression et base de qi-gong » de Amaël FERRANDO

Photo by Zulmaury Saavedra on Unsplash

Lettre d’information

    j'accepte de recevoir les emails envoyés par Kendreka

    RÉSEAUX SOCIAUX DE L’ÉCOLE