Épilepsie et médecine chinoise

Les solutions de l'Acupression (MTC) pour soulager l'épilepsie chez les enfants

Accueil > Activités du site > Épilepsie et médecine chinoise

Épilepsie et médecine chinoise

par

Acupression
promotion 2021

Introduction

« Dans la vie humaine, le corps ne peut fonctionner sans l’impulsion permanente de l’esprit et l’esprit ne peut être considéré que dans le contexte du fonctionnement corporel »

Telle est cette notion fondamentale de la médecine chinoise qui a résonné en moi quand je l’ai découverte. Plus qu’une médecine, plus qu’un outil de guérison, cette philosophie, cette conception de la vie m’a transformée en me guidant avec justesse vers la recherche d’un équilibre.

Cet article retrace mes débuts de recherche sur une maladie qui me touche personnellement par le biais de mon fils : l’épilepsie. Mes recherches ont d’abord été guidées par un besoin d’explications et de solutions. Mais, la question fondamentale de la particularité de cette maladie demeurait sans réponse.

Après ces crises généralisées durant lesquelles la cohérence, la continuité éclatent, après ces fuites de la conscience, comment aider la personne à se retrouver, à retrouver une cohérence de d’elle-même.

L’histoire de l’épilepsie à travers le temps et l’espace m’a semblé alors pertinente pour mieux appréhender et mettre du sens à la prise en charge de cette maladie par la médecine chinoise. En effet, cette étape m’a permis de me recentrer sur les principes fondamentaux de cette médecine humaine, positive et rassurante qui peut permettre un accompagnement global d’une personne dans sa recherche d’équilibre.

Enfin, je finirai avec un cas pratique : mon fils, adolescent de 14 ans. Plus qu’une recherche sur l’acupression elle-même, c’est le témoignage d’un accompagnement, le témoignage d’une maman qui a trouvé dans la médecine chinoise des pistes pour accepter la maladie et apaiser ses conséquences.

1.  Définition

L’épilepsie désigne une maladie chronique, caractérisée par des dysfonctionnements temporaires, provoquant des crises d’épilepsie.

Les crises épileptiques se définissent comme l’ensemble des symptômes transitoires causé par une décharge anormale et excessive d’un nombre important de cellules nerveuses. Les neurones reçoivent et transmettent des informations sous forme de décharges électriques ou influx nerveux parcourant les nerfs. Lors d’une crise épileptique, ces influx nerveux augmentent brusquement et de façon totalement désordonnée.

ll existe 2 types de crises :

  • Les crises partielles (focales) affectent une zone spécifique et localisée du cerveau.
  • Les crises généralisées affectent la totalité du cerveau.
    • La crise tonique : elle se manifeste généralement par la chute soudaine du sujet, une perte de connaissance, une contraction tonique soutenue de l’ensemble des muscles, une apnée avec cyanose et une hypersécrétion bronchique et salivaire, mâchoire crispée, augmentation du rythme cardiaque et de la pression sanguine.
    • La crise clonique comprend des convulsions musculaires et des tremblements intenses.
    • La crise atonique se manifeste par une perte soudaine du tonus musculaire. La personne touchée est incapable d’ordonner ses muscles.
    • La crise myoclonique se manifeste par des secousses musculaires involontaires, soudaines et intenses. Elle touche les jambes, les bras, le tronc et le cou. Elle dure quelques instants et peut entraîner des chutes.
    • La crise tonico-clonique regroupe les phases toniques et cloniques dites « le grand mal ». La personne peut perdre le contrôle de sa vessie et de ses intestins. Elle reprend lentement conscience et pourra être confuse.
    • Absences est une rupture brutale de la conscience, qui peut survenir avec de légères contractions musculaires des membres ou des paupières.

Les symptômes de l’épilepsie varient selon la localisation de la décharge excessive. Ils peuvent être moteurs, sensitifs ou cognitifs. Les étiologies de cette maladie sont nombreuses.

2.  Les visions de l’épilepsie au cours du temps

Le plus ancien document traitant de l’épilepsie date de 2000 ans avant JC. Cette tablette babylonienne décrit les différents types de crises qui sont chacune associée au nom d’un esprit ou d’un dieu malfaisant.

Au Ve siècle avant J.-C., les Grecs la surnomment « la maladie sacrée ». Le nom grec à l’origine du nom actuel, epilêpsis ou epilêpsia(de epilambanein, « saisir, attaquer ») est apparu au IVe siècle av. J.-C. Il a pu être interprété comme la saisie du mal par un démon mais pour les médecins antiques, il fait référence au fait que la crise d’épilepsie prive le sujet de son esprit et de ses sens. Selon le traité hippocratique Maladie sacrée, l’origine physiologique est un excès de phlegme dans le cerveau, provoqué par des facteurs extérieurs et n’est pas l’expression d’un « châtiment divin ».

Cependant, encore aujourd’hui, dans tous les pays, l’épilepsie, qui touche pourtant 50 millions de personnes, suscite crainte, incompréhension et discrimination.

3.  Epilepsie et médecine chinoise

3.1  Historique

L’épilepsie apparaît dans les textes classiques tout d’abord dans les maladies mentales.

Les principales maladies mentales mentionnées dans les textes classiques sont les suivantes :

  • Bai He Bing : Syndrome du lis
  • Yu Zheng : Dépression.
  • Mei He Qi : Syndrome du noyau de prune.
  • Zang Zao : Agitation.
  • Xin Ji Zheng Chong : Palpitations et anxiété.
  • Dian Kuang : Trouble maniaco-dépressif.
  • Yi : Hystérie.
  • Chi Dai : Crétinisme.
  • Dian Xian : Épilepsie.

Sun Simiao, célèbre médecin de la dynastie des Tang, au cours du VIIe siècle a répertorié dans son livre « Formules valant mille ducats » (Qian Jin Yao Fang, environ 652) les points Gui, appelés aussi “les treize points fantômes“.

Les « Treize Points des Fantômes » étaient utilisés pour le traitement de la possession de l’esprit, des troubles qu’aujourd’hui on considérerait comme des troubles psychologiques graves de type tendances maniaques et/ou l’épilepsie, en produisant un effet particulièrement puissant sur l’équilibre général mental, émotionnel et spirituel du patient.

Voici la liste de Sun Si Miao, tel qu’il les édicte dans son traité.

26VG rén zhōng 人中11P shǎo shāng 少商1RP yǐn bái 隐白7MC dà líng 大陵

62 V shēn mài 申脉16VG fēng fǔ 风 府6E jiá chē 颊 车24VC chéng jiāng 承浆5MC jiān shǐ 间使23VG shàng xīng 上星1RM huì yīn 会阴11GI qū chí 曲池

Hors méridien hǎi quán 海 泉

Mis à part les points 6E et 1RM, tous les autres points sont mentionnés pour l’épilepsie dans le manuel d’acupuncture de Peter Deadman et Mazin Al-Khafaji et sont indiqués pour « calmer l’esprit »

Sun Simiao, Prescriptions d’acupuncture valant mille onces d’or, traduction de C. Despeux, Éditions Guy Trédaniel, p. 108 : « L’épilepsie a pour origine un Vide du Souffle et du Sang, permettant la pénétration des facteurs pathogènes dans les méridiens yin. Un individu souffrant d’insuffisance de Sang et de Souffle a le Cœur en Vide, son Esprit est dispersé, ses âmes hun et po circulent d’une façon désordonnée ; elles sont altérées par le facteur pathogène du Vent qui pénètre dans les méridiens yin et cause l’épilepsie.. Les épilepsies sont toutes provoquées par le facteur pathogène du Vent. »

Aujourd’hui, cette maladie n’est plus classée dans les maladies mentales : elle est engendrée par un vent interne et des glaires qui obstruent les orifices de l’esprit. Ce syndrome vent- mucosités constitue la pathologie à l’origine de la crise. Sa forme va varier selon les déséquilibres. La complexité de la médecine chinoise étant difficile à aborder, j’ai fait le choix de vous présenter uniquement les concepts en lien avec l’épilepsie : la notion de vent, de liquides organiques, les mucosités, les fonctions du cerveau et la particularité de certains méridiens.

3.2  Concepts fondamentaux de la médecine chinoise

La notion de globalité est primordiale en médecine chinoise. Au-delà de la guérison des maladies, l’objectif est la recherche d’un équilibre de l’organisme.

La médecine chinoise intègre 4 principes

  1. L’unité intrinsèque de l’organisme : les différents éléments du corps sont inséparables et interactifs. On peut parler de continuité physico-spirituelle.
  2. Relation entre l’homme et l’environnement : l’être humain est un microcosme en permanente adaptation au macrocosme universel.
  3. Importance du temps : l’astronomie et la science des calendriers ont influencé la médecine chinoise.
  4. Influence des facteurs psychologiques sur la santé : la notion de globalité induit l’interdépendance entre les facteurs physiques et psychologiques.

Nous verrons dans la pratique comment ses principes prennent leur sens.

3.3  Le vent interne

Le vent interne provient du dysfonctionnement des organes.

Le vent est un facteur pathogène Yang, léger. C’est lui qui donne le mouvement qui engendre les autres phénomènes climatiques. Il est appelé « fer de lance des autres maladies » car il propage et déplace les éléments pathogènes (par exemple la sensation de froid est exacerbée par le vent).

Le vent interne est toujours en relation avec un déséquilibre du système énergétique du foie. Il produit des vertiges, étourdissements, tics, tremblements, épilepsie. Dans les cas graves, on pourra voir des AVC, comas apoplectiques, hémiplégies.

Le vent du foie a trois causes :

  1. La stagnation du QI
  2. Le vide de sang du foie
  3. Une chaleur extrême

3.4  Les glaires (Tan)

Ces productions pathogènes proviennent d’un dérèglement du métabolisme des liquides organiques : pour différentes raisons, la gestion de l’humidité n’est plus assurée et les liquides vont se ralentir, stagner ou cesser de circuler. On distingue deux catégories : youxing (avec forme) et wuxing (sans forme) qui sont imperceptibles mais produisent des symptômes caractéristiques de ce genre de production. Ces productions de Tan proviennent du mauvais fonctionnement du mécanisme de diffusion, du transport et de transformation des liquides.

Les glaires peuvent se former lorsque :

  • La stagnation du Qi du foie perturbe la circulation des liquides qui se figent en glaires.
  • La chaleur plénitude ou vide condense les liquides (on dit que les glaires sont la partie matérielle du feu et le feu la partie immatérielle des glaires).
  • L’ensemble des organes responsable de la transformation et du transport des liquides est en vide.

Le tableau de glaires qui embrument le cœur et l’esprit survient principalement lorsqu’une dépression émotionnelle grave entraîne une stagnation du Foie. Le Qi qui stagne ne peut plus distribuer les liquides qui coagulent et forment les glaires.

3.5  Les liquides organiques

Les liquides organiques regroupent tous les liquides présents dans le corps humain. On distingue deux types de liquides :

  • Les liquides limpides plutôt aqueux et fluides qui se diffusent principalement à la surface du corps, de la peau, des muscles et des orifices qu’ils humidifient
  • Les liquides visqueux, épais, denses qui nourrissent les tissus, les organes, les viscères, le cerveau, les moelles et les articulations

3.6  Les fonctions du cerveau et des moelles

Le cerveau ou mer des moelles est formé de la réunion des essences subtiles de l’ensemble de l’organisme. Il régit l’activité mentale et neurosensorielle et est en lien avec les 5 organes, plus spécifiquement avec le Cœur et le Foie pour ses fonctions et avec le Rein pour son développement. Les moelles sont également sous la dépendance du Rein.

Bien que le Cœur soit la résidence de l’esprit, la médecine chinoise (surtout dans la tradition taoïste) a pu soutenir simultanément l’idée que la tête et le cerveau influencent aussi l’esprit. Li Shi-zhen dit « le cerveau est le lieu de l’esprit originel ».

Le point 39VB est le point de réunion de la moelle mais est plus indiqué pour la moelle osseuse, les tendons et les os.

Les points 16DM et 20DM ont pour action de pacifier le vent, de nourrir la mer des moelles et de calmer l’esprit.

3.7  Le rôle des merveilleux vaisseaux

Les merveilleux vaisseaux sont la première trame énergétique. Il y circule l’énergie ancestrale dont dépend l’équilibre de l’individu. Comme ils sont liés à la constitution fondamentale de la personne, ils permettent donc un traitement très profond.   Ils servent de réservoir d’énergie vis à vis des méridiens principaux et ont une étroite relation avec les organes et entrailles particulières : cerveau, moelle et utérus.

Le Dumai gouverne les canaux transporteurs d’énergie Yang. Il nourrit également le cerveau. Il se rapporte aux cycles de transformation, à la survie et à l’enracinement dans le monde.

Le Ren mai régule le Qi de tous les méridiens Yin.

Les symptômes du syndrome du méridien du Dumai sont : douleur, raideur ou faiblesse cervicale, dorsale, sacrée ou coccygienne, opisthotonos, étourdissements, vertiges, troubles psychiatriques de l’adulte, syndrome maniaco-dépressif, épilepsie, convulsions infantiles. De nombreux points du Dumai sont en effet indiqués pour l’épilepsie et pour « calmer l’esprit ».

4.  Physiologie

Les organes ont de nombreuses fonctions mais l’accent est mis sur celles qui influencent principalement l’épilepsie. Les 7 sentiments (joie, colère, accablement, nostalgie ou pensées excessives, tristesse, peur et frayeur) peuvent directement affecter les organes et se transformer en feu interne.

4.1  Le Foie

Il régit le drainage et la dispersion. Il assure la libre circulation :

  • Des émotions : un refoulement des émotions, la colère, un excès des sentiments perturbent le fonctionnement du Qi. Il peut y avoir une stagnation du Qi du foie qui favorise la chaleur, l’élévation du yang et qui se transforme en vent interne.

La colère, en particulier fait monter le Qi du foie. L’excès de Qi du foie peut entraîner l’agression de la rate, de l’estomac et du rein.

  • Des mouvements de montée et de descente de la rate et de l’estomac.
  • Du sang et du QI.
  • Du métabolisme des liquides organiques.

Il régit aussi la contraction des muscles et des tendons. Le méridien du foie passe par le cerveau.

4.2  Le Cœur

Le Cœur est la demeure de l’Esprit (Shen) et des émotions : il réceptionne les informations de l’environnement, l’activité mentale et émotionnelle et il régit la conscience.

La frayeur (le choc émotionnel) est reliée au cœur. Elle agite le Qi, rompt l’équilibre entre Qi et sang. Le méridien du Cœur passe par le cerveau.

Les perturbations de l’esprit peuvent se partager en deux catégories :

  • Les tableaux de type vide : lorsque le sang et le Yin sont en vide, ils ne sont plus capables de nourrir le Cœur et de donner une base matérielle à l’esprit.
  • Les tableaux de type plénitude : lorsque le feu du Cœur flambe, il agite et excite l’esprit.

4.3  La Rate

  • La force de son Qi chasse l’humidité et donc les mucosités.
  • Elle thésaurise l’Essence acquise du ciel postérieur.
  • Elle assure la montée des essences subtiles, l’Essence pure dans les orifices supérieurs.
  • Elle transporte et transforme l’énergie et le sang.

Le surmenage, les soucis excessifs, les obsessions, les déséquilibres alimentaires affaiblissent le Qi de la rate.

Le méridien de la rate est relié au Cœur.

4.4  Le Rein

Il thésaurise l’Essence du ciel antérieur et du ciel postérieur. Le Yin du Rein nourrit celui du Foie, ce qui fixe son Yang.

L’eau-Yin du rein monte au Cœur et le feu-Yang du Cœur descend au rein en équilibre. Le Yang du Rein réchauffe le Yang de la rate.

5.  Le physiopathologie

Les syndromes vont être présentés selon le principe de vide ou de plénitude. Il apparaît important pour l’épilepsie de

  1. favoriser le mouvement du Yang
  2. abaisser l’impur
  3. disperser les mucosités
  4. régulariser le Yin et le sang.

5.1  Mucosités-vent

En cas de vide de la rate, il y a production de mucosités-humidité.

En cas d’élévation du Yang du foie, il peut y avoir apparition d’un vent interne.

Le vent de nature Yang monte et entraîne les mucosités vers le haut. Les mucosités-vent troublent alors le Cœur et le Shen, obstruent les orifices et provoquent les crises.

5.2  Mucosités-feu

En cas de feu interne (perturbation physiologique ou transformation d’une émotion en feu), les liquides organiques sont asséchés, se coagulent et sont transformés en mucosités-chaleur. Associés à un feu du foie ascendant, elles obstruent les orifices du Cœur et provoquent les crises.

5.3  Mucosités et stases de sang

Tout traumatisme peut créer une stase de sang qui associée au vent et aux mucosités obstruent les orifices du Cœur et provoquent les crises.

5.4  Vide de rate avec accumulations de mucosités

En cas de vide de la rate, il y a accumulation d’humidité qui va se transformer en mucosités impures. Celles-ci vont empêcher l’Essence pure de monter, ce qui obstrue les orifices, obscurcit l’esprit et associé au vent provoquer les crises.

5.5  Vide de yin du foie et des reins

En cas de vide de Yin du Rein, il peut apparaître un vide de Yin du Foie (la mère ne nourrit plus son fils). Son yang n’est alors plus contenu, il s’élève et se transforme en vent interne qui provoque les crises.

5.6  Vide de sang

En cas de vide de sang du Foie, un vent interne peut apparaître, les tendons ne sont plus nourris entraînant les convulsions et les crises.

6.  Diagnostic différentiel

Après avoir présenté les points efficaces pour les crises, nous verrons les différents tableaux à la base des déséquilibres.

6.1  Traitement de la crise aiguë

Renzhong 26DM+ Yongquan 1Rn : en régularisant le Yang et le Yin, cette association ouvrent les orifices, réveillent la conscience et calme l’esprit.

Renzhong 26DM : réunion de Dumai et du Renmai, est un point qui harmonise le Yin et le Yang, restaure la conscience, « ramène à la vie ».

Yongquan 1Rn : point le plus bas du corps ancre le Yang dans le Yin

Renzhong 26DM+ 5MC : « ode à l’éclat spirituel »

Dazhui 14DM + Jiuwei 15RM : cette association régularise le Yin et le Yang Dazhui 14DM : point du Dumai qui régit le Yang

Jiuwei 15RM : point luo, dérive le Qi

Hegu 4GI +taichong 3F : cette association appelée « 4 barrières) ouvrent les 4 fermetures et apaisent les convulsions

Hegu 4GI : point Yuan du gros intestin du Yanming riche en sang et en Qi Taichong 3F : point Yuan qui mobilise le Qi et le sang

Shenmai 62V (Clé du Yanqiaomai qui régit l’activité diurne, vaisseau Yang de la motilité) traite l’épilepsie diurne

Zhaohai 6R (Clé du Yinqiaomai qui régit l’activité nocturne, vaisseau Yin de la motilité) traite l’épilepsie nocturne

6.2  Traitement des syndromes associés en dehors des crises

Mucosités-ventPoints
Symptômes en dehors des crises : vertiges, poitrine oppressée, asthénie, nausées
Langue : enduit épais et gras
Pouls tendu et glissant
Principes de traitement dissoudre les mucosités chasser les mucosités ouvrir les orifices calmer l’épilepsie
3F+40E : associés, calment le foie, éteignent le vent, éliminent les mucosités- vent   7MC+20VB : associés, calment le foie, éteignent le vent, expulsent les mucosités, ouvrent les orifices   5MC+40E : associés, chassent les mucosités
Mucosités-feuPoints
Symptômes en dehors des crises : agitation mentale, irritabilité, colère, yeux et visages rouges, insomnie, goût amer, urines foncées, mucosités denses et difficiles à évacuer
Teint rouge
Langue : rouge (surtout sur les bords) avec un enduit jaune et gras
Pouls tendu, rapide, glissant
Principes de traitement clarifier le foie drainer le feu dissoudre les mucosités ouvrir les orifices
          2F+34VB   40E
Mucosités et stases de sangPoints
Symptômes en dehors des crises : teint sombre,    lèvres    pourpres,    douleurs    en « coups de poignard »
Langue :    mauve    ou    avec    des    tâches mauves
Pouls tendu et rugueux ou tendu et profond
Principes de traitement activer la circulation du sang disperser les stases de sang expulser les mucosités calmer l’épilepsie
  40E
17V+10 Rte +6 Rte   point ashi de la tête
Vide de rate avec accumulations de mucositésPoints
Symptômes en dehors des crises : oppression de la poitrine, asthénie, nausées, ballonnement, selles molles, inappétence
Teint terne et pâle
Langue : pâle avec un enduit blanc et gras
Pouls mou et glissant
Principes de traitement renforcer la rate dissoudre les mucosités calmer l’épilepsie
        20V+36E+4 Rte   40E   36E+12RM+20V+6Rte+4 Rte
Vide de yin du foie et des reinsPoints
Symptômes en dehors des crises : vertiges, éblouissement, bouche et gorge sèche, transpiration nocturne, urines foncées, constipation, chaleurs des 5 cœurs
Vide de yin du foie : yeux secs
Vide de yin du cœur : palpitations, frayeur, agitation, insomnie, amnésie
Vide yin du rein : douleur et faiblesse des lombes et des jambes
Teint : sombre, pavillon de l’oreille sec
Langue : rouge avec peu ou pas d’enduit
Pouls fin et rapide
Principes de traitement nourrir le yin du foie et les reins abaisser le yang éteindre le vent
18V+23V+6Rn+3Rn+6Rte   15V+18V+6Rte   3F+20VB (rafraîchissent le Yang du Foie) Si Shen Cong 15V+7C (pour la chaleur du Coeur)
Vide de sangPoints
Symptômes en dehors des crises : vertiges, teint pâle, « 5 blancs », engourdissement, mauvaise mémoire
Vide    de    sang    du    cœur :    palpitations, insomnies, agitation
Vide de sang du foie : vision défectueuse
Langue : pâle, enduit mince et blanc
Pouls fin et faible, rugueux
Principes de traitement nourrir le sang détendre le foie
      17V+18V+20V   6Rte+36E+20V (tonifier la rate) 17V+4RM+6 Rte (tonifient le Qi et le sang) Si Shen cong

Les 4 points Sishencong (4 points de l’esprit vigilant) sont capables de pacifier le vent interne qui monte agresser le cerveau et de calmer l’esprit.

7. Cas pratique

7.1.  Historique

Comme je vous l’ai mentionné dans l’introduction, il s’agit de mon fils. Les crises ont débuté à l’âge de 7 ans. A partir de sa première crise tonico-clonique, il en a fait toutes les nuits pendant 3 ans et demi. Pharmaco-résistant, je ne développerai pas le parcours médical éprouvant mais toutes les possibilités proposées par la médecine occidentale ont été explorées : essai de nombreux médicaments, EEG, scanner, Pet-scan, IRM, recherche génétique. Au fil du temps, en fonction des médicaments testés, les crises ont pris de très nombreuses formes qui se terminaient toujours par un coma et une paralysie généralisée avec troubles de l’élocution.

Les neurologues n’ont pas trouvé de causes (absence de facteurs physiques déclenchant).

Les crises uniquement nocturnes lui ont permis de continuer une scolarité presque normale avec la mise en place d’un PAI.

Stabilisée depuis 3 ans, l’épilepsie est néanmoins toujours « présente » sur l’EEG et les médicaments ne peuvent pas être diminués. Il prend actuellement une association de deux médicaments : la Dépakine et le Tégrétol. Ces médicaments ont des effets secondaires

importants. Durant ces 7 années, les maux de tête « dans le front » et la fatigue physique et mentale ont été des symptômes permanents.

Quand j’ai découvert la médecine chinoise, les crises étaient stabilisées. Je n’ai donc pas testé l’acupression sur les crises.

7.2.  Observation des changements de comportement

Avant les crises, mon fils était un enfant très vif et plein d’énergie. Il était également très émotif et pouvait faire de rares mais très grosses colères. La gestion des émotions était pour moi une de ses problématiques. Sa deuxième problématique était ses innombrables chutes qui étaient peut-être dues à des absences.

La première crise a eu lieu 3 mois après plusieurs grosses émotions qui ont entraîné des modifications visibles de son comportement. Il était devenu très agité, surexcité en permanence, on le sentait « sous pression ».

La première consigne des neurologues a été de limiter au maximum les situations de stress. Au sens de l’OMS, « le stress apparaît chez une personne dont les ressources et stratégies de gestion personnelles sont dépassées par les exigences qui lui sont imposées ». Il était clair que toute situation demandant une adaptation, aussi petite soit-elle était compliquée, ce qui a profondément impacté et bouleversé notre vie familiale et sociale. Toute activité hors de la routine quotidienne était source de « stress » et impliquait des crises la nuit.

Pour mon fils, la notion de globalité induisant l’interdépendance entre les facteurs physiques et psychologiques était évidente. La violence des crises et le « calme de l’esprit » étaient liés. Des rendez-vous médicaux, des sorties, des examens provoquaient des crises plus intenses et peuvent encore provoquer aujourd’hui « des malaises » pendant lesquels il se sent comme dans « du coton », très pâle. La notion de « stress » est toujours très présente dans sa vie. L’adaptation physique et psychique à une nouvelle situation lui demande une énergie particulière et n’est pas évidente pour lui. Il parle constamment de sa fatigue et même d’épuisement qui n’ont pas été atténués avec l’arrêt des crises.

Très courageux pendant les crises, les séjours à l’hôpital, il n’a jamais parlé de sa peur du coma, de la paralysie, il était plutôt dans la culpabilité, il avait honte de sa maladie, ne voulait pas que ça se sache et s’en voulait de nous imposer ce mode de vie. Il était cependant inquiet de sentir que ses capacités intellectuelles étaient modifiées et ralenties et ressent encore aujourd’hui des difficultés pour se concentrer.

Au cours de ces années, il a fait de la sophrologie, du yoga, il a été suivi par une conseillère en Fleur de Bach qui l’a beaucoup aidé pour la gestion de ses émotions mais l’apport de la médecine chinoise a été complètement différent.

Il s’est rapidement intéressé à la vision de la maladie en médecine chinoise, y a trouvé une profondeur et un espoir de guérison qui nous a permis d’en reparler après 3 ans de « mise à l’écart »et de commencer, avec sa pleine participation, cette recherche sur sa maladie.

7.3.  Étude de cas

C’est un tableau

  • interne : manifestations provenant d’un déséquilibre des viscères ;
    • de chaleur vide : pommettes rouges, transpiration nocturne, selles sèches, angoisse, pouls fin et plutôt rapide, peu de soif, crainte du chaud.

Bilan du sang : rien de particulier

Bilan du Qi : vide (fatigue, apathie) et stases de Qi (instabilité émotionnelle)

Bilan des liquides organiques : mucosités et déficience des liquides organiques (urines concentrées, constipation)

Ses symptômes :

  • fatigue mentale et physique
    • mal à la cheville droite, mal aux genoux, mal aux lombes
    • raideur de la nuque
    • maux de tête réguliers frontaux ( un point au centre qui s’étend selon la force de la douleur)
    • constipation : selles dures et compactes
    • urines jaunes très foncées, parfois douloureuses
    • légers troubles de concentration, « souvent, mon esprit divague »
    • douleurs cardiaques : il sent son cœur qui bat dans l’oreille et parfois, « son cœur s’affole »
    • yeux rouges

Langue : grande, rouge et surtout sur les bords, fissure centrale et peu d’enduit Pouls : médian, fin, rapide

Parmi les tableaux sous-tendant l’épilepsie, ses symptômes correspondent à un vide de Yin du Foie et du Rein associé à un vide de Yin du Cœur, en cohérence avec ses crises nocturnes.

Le principe de traitement est d’éliminer les glaires, de nourrir le yin du foie, du rein et du cœur, abaisser le yang, éteindre le vent, nourrir les liquides, disperser la stase de Qi. Les points utilisés sont cités plus haut mais le point 6Rn est devenu le point incontournable.

Le point 6Rn :

  1. : réguler le vaisseau Yin de la motilité et le méridien du Rein
  2. : nourrir le Yin et éliminer la chaleur vide de la gorge, du cœur, des intestins 3 : réguler le réchauffeur inférieur

Il sert à restaurer la communication Cœur/Rein surtout lorsque la chaleur provenant du vide du Rein perturbe l’esprit. Il est aussi indiqué pour la rougeur des yeux.

Le premier objectif a été de disperser la stase de Qi du Foie pour mettre en mouvement puis de nourrir le Yin. J’ai fait 10 séances avec mon fils mais je ne suis pas en mesure de fournir des résultats concrets de l’effet de l’acupression sur l’épilepsie car on ne les verra que sur un EEG et que, pour l’instant, comme nous allons le voir, les séances n’étaient pas uniquement centrées sur l’acupression.

7.4.  Les difficultés

Il avait envie de massages « bien être », comme « avant » (je l’ai massé tous les soirs pendant 3 ans avant de se coucher) et j’ai respecté sa demande.

J’ai moi aussi eu besoin de temps pour me sentir prête pour des séances d’acupression. Faisant remonter des émotions fortes, les recherches sur le sujet n’ont pas été faciles et j’ai pris conscience que j’avais une certaine appréhension de provoquer des crises. L’essence de la

médecine chinoise repose sur le fait de faire un bilan énergétique (selon les 8 principes) sans prendre en considération les causes et le développement de la maladie. Dans le cas de mon fils, ce premier principe a été particulièrement difficile à mettre en place tant le souvenir des crises est présent et tant les attentes étaient grandes. Repartir sur du concret a été fondamental, rassurant et une étape importante pour prendre confiance en l’outil « acupression » et ne plus considérer l’épilepsie comme une maladie effrayante et particulière.

Une autre difficulté a été mon positionnement. Souvent trop intrusive dans sa vie d’adolescent avec des questions incessantes, une observation permanente, il n’est pas évident de se positionner, de séparer les soins et la vie personnelle. Cette singularité de notre lien m’a permis de repenser l’importance de la qualité de la relation avec la personne que l’on accompagne, de la prise en compte de la globalité et de l’individualité de la personne et surtout d’accepter sa temporalité.

7.5.  Les points positifs

Ses massages « comme avant » ont beaucoup changé depuis la formation. J’ai gardé la dynamique du mouvement, le fait d’envelopper toutes les parties du corps, de « calmer l’esprit » mais le ressenti énergétique a tout modifié.

Je le massais sur tout le corps, la face dorsale puis la face ventrale, de la tête aux pieds en m’arrêtant plus longuement sur les points que j’avais en tête. Je ressentais profondément le besoin de cette continuité verticale et de préciser les limites corporelles, comme de redonner une cohérence à ce corps que j’ai si souvent vu inerte et paralysé.

Je commençais toujours par la manœuvre de Tuina pour les points Shu y compris 42V, 43V, 44V, 47V, 49V, 52V avec l’intention de renforcer l’individualité, l’ancrage, les pulsions de vie.

Au fil des séances, le temps sur chaque point était de plus en plus long. Ce mélange de techniques de massage, de tuina et d’acupression lui a permis de venir à son rythme à l’acupression, à l’auto-massage et le plus important pour moi : il a pris conscience qu’il était acteur de sa santé.

En effet, il s’est intéressé aux techniques d’auto-massage en particulier le 3IG, le 7C, le 6 MC, le 8 MC, le 20VB. Il a commencé le Qi gong, se détend avec des musiques relaxantes, parle plus librement de l’épilepsie, thème choisi pour son oral de 3e et les émotions sont mieux gérées.

L’ouverture sur la médecine chinoise a déjà permis des modifications de son mode de vie, une réflexion, une acceptation et une évolution positive de son état général qui permettent aujourd’hui d’envisager un accompagnement plus profond par l’acupression.

Voici son témoignage : « Aujourd’hui, j’ai une vision différente de la maladie, j’ai compris que tout le corps est lié. Avant je pensais que les médicaments étaient le plus facile pour guérir mais maintenant je pense que je pourrai guérir dans des meilleures conditions avec moins d’inconvénients. Je sais que je dois faire plus attention que les autres à plein de choses : à ce que je mange, comment je dors, comment je me sens. Avec les massages « comme avant », tu as une satisfaction momentanée, c’est bien mais avec l’acupression, même si ça fait un peu mal, tu sais qu’après ce sera beaucoup mieux. J’ai confiance dans la médecine chinoise ».

Conclusion

Au départ, choisir ce sujet n’a pas été évident pour moi mais je suis très heureuse aujourd’hui d’avoir commencé cette recherche que je vais poursuivre. Elle m’a apporté des connaissances théoriques que j’ai pu directement mettre en lien avec le cas de mon fils. Je me souviendrai du moment où j’ai vu la cohérence entre le vide de yin et les crises nocturnes. Quelle joie ! Cette recherche nous a redonné espoir, à mon fils et à moi, en nous offrant une possibilité d’action après ces années d’impuissance et m’a permis de prendre pleinement conscience de la justesse et de la sagesse de la médecine chinoise.

Je finirai en remerciant chaleureusement Amaël Ferrando pour cette année de formation riche et intense qui ouvre les portes du changement, de la transformation.

Bibliographie

https://acupuncture-medicale.org/faformec%20lille/HAWAWINI-epilepsie.htm

Photo by Tomoe Steineck on Unsplash

Lettre d’information

    j'accepte de recevoir les emails envoyés par Kendreka

    RÉSEAUX SOCIAUX DE L’ÉCOLE