Le Syndrome des jambes sans repos

Les impatiences en Acupression (MTC)

Accueil > Activités du site > Le Syndrome des jambes sans repos

Le Syndrome des jambes sans repos

par

Acupression
Promotion 2021

Cet article de fin d’étude traite du Syndrome des jambes sans repos :
Comment ce trouble est-il compris par la Médecine Occidentale et par la Médecine Chinoise ?
Quelles sont les pistes de solutions et traitements possible ?
Cet article présente ensuite plusieurs études de cas pratiques avec des personnes présentant ce symptôme.

Introduction 

Le syndrome des jambes sans repos est une maladie très handicapante pour les patients car au quotidien, il n’y à ce jour pas de réelles solutions pour traiter et stopper  la maladie. Généralement, les traitements allopathiques peuvent aider à diminuer les symptômes les plus  gênants (picotements, chaleurs, douleurs). Cependant, pour les patients souffrant souvent aussi d’insomnies liées aux douleurs ressenties en périodes nocturnes,  les traitements allopathiques sont parfois à prendre à vie  (à doses croissantes) et présentent des effets secondaires conséquents.

Le présent  article vise donc à aider les patients à entrevoir les risques et les bénéfices des différentes approches  en proposant aussi des solutions naturelles et des possibilités d’auto-traitements via les points d’acupressions  pour gagner en autonomie lors des phases critiques de la maladie.

 Cet article se base sur des raisonnements de professionnels en MTC, qui ont    réalisé  une étude de cas approfondie sur un patient volontaire,  qualifié de « cas  complexe » ou «  atypique «  par la médecine allopathique. Ensuite, une fois les résultats obtenus après 3 semaines de pratiques et séances sur le patient, la méthodologie a été réalisée sur d’autres patients avec toutes les adaptations nécessaires  en fonction des terrains des différentes personnes.

 Le syndrome des jambes sans repos, est aussi  appelé maladie de » Willis-Ekbom »  selon les publications et  affecterait  environ 8% des adultes selon un extrait d’un article du Dr Picquet (publié en 2017)  qui décrypte cette maladie avec un regard professionnel en  médecine allopathie.

Selon ce médecin, les malades ne peuvent évacuer la douleur ressentie dans les jambes qu’en les remuant, d’où insomnie, fatigue, dépression. …Aussi, il indique que Le syndrome des jambes sans repos a été décrit pour la première fois en 1672 par un neurologue anglais. Ce syndrome  se caractérise par un besoin irrépressible de bouger les jambes. « Un besoin de bouger, des démangeaisons, des picotements dans les jambes et des insomnies à répétition… »

 Ce sont les femmes qui sont le plus souvent touchées. Dans 40% des cas, le problème apparaît avant l’âge de 20 ans. Ces “impatiences” perturbent particulièrement le sommeil car la nuit, les malades n’arrivent pas à empêcher leurs jambes de bouger….

Les traitements et les pistes de solutions

Il n’existe pas encore de traitement spécifique contre ce syndrome en médecine allopathique. Les médecins peuvent néanmoins prescrire différents médicaments.

Le mécanisme du syndrome des jambes sans repos n’est pas complètement déterminé. Il s’agirait en partie d’un trouble du système nerveux qui concernerait un messager chimique : la dopamine selon la médecine occidentale  (dont les conclusions du docteur Picquet à ce sujet). Ce neuromédiateur intervient dans le contrôle des mouvements et quand il vient à manquer, l’activité de la moelle ne peut plus être contrôlée, elle devient comme hypersensible. Cela expliquerait les sensations de décharges électriques dans les jambes. Sans traitement, seuls les mouvements soulagent ces sensations désagréables. Certaines carences en vitamines, B12 ou B9 notamment, et des maladies chroniques, comme le diabète ou l’insuffisance rénale, sont également susceptibles de jouer un rôle.

On peut noter  des molécules qu’on utilise dans la maladie de Parkinson pour contrôler la sécrétion de dopamine, comme le pramipexole ou la rotigotine. On peut en revanche prescrire des sédatifs pour faciliter le sommeil et des antidouleurs comme la codéine quand les symptômes sont trop douloureux. ..

Si la médecine moderne se révèle encore impuissante pour traiter totalement  le syndrome des jambes sans repos, il peut être intéressant de consulter un acupuncteur ou un praticien en médecine chinoise ou Qi-gong –tuina.

A ce jour en  Médecine Traditionnelle Chinoise* (*MTC), les symptômes type  «  chaleurs et démangeaisons » du syndrome des JSR   font penser à des  concepts assez connus en MTC ,   qualifiés de  phénomènes énergétiques, comme des « vents internes » issus de la montée du Yang du foie  ou encore «  des chaleurs vides » souvent issues d’un « vide de Yin » en MTC. 

La MTC peut donc proposer  d’équilibrer le terrain de la personne et   traiter les déséquilibres.

A noter que la MTC ne  va pas forcément proposer un  même médicament générique pour tous. En effet, chaque patient est différent et les principes de traitements/solutions (points d’acupunctures ciblés)  vont dépendre  du bilan énergétique réalisé en amont par le thérapeute.

Une étude scientifique extraite d’une thèse de doctorat en pharmacie du  23.09.2019, de  Mr Florian GOMES GONÇALVES, s’est intéressée au bénéfice de la médecine chinoise (cas de l’acupuncture) , sur un panel de 46 patients (27 femmes, 19 hommes ; âgés de 21 à 81 ans avec un âge moyen de 48 ans) diagnostiqués selon les critères essentiels (IRLSSG*) et ayant un score de 20 minimum sur l’IRLS, ce qui correspond à un syndrome sévère ou plus. Les patients souffrant d’un SJSR secondaire (cause rénale, anémie, déficit en fer, femme enceinte, neuropathie et rhumatisme) ont été exclus de l’étude.

  •  Les patients  ont été séparés en 2 groupes :

Groupe 1 (témoin) : traité par de la gabapentine à 300 mg/jour –

Groupe 2 (test) : traité par de la gabapentine à 300 mg/jour et des séances d’acupuncture à raison de 3 fois par semaine et cela durant 1 mois. Les résultats sont exprimés selon les scores IRLS. *

  •  Dans le groupe témoin on note un score IRLS moyen avant traitement, juste après le traitement et 8 semaines plus tard de respectivement 22,7 ; 17,82 et 16,78 points.
  •  Dans le groupe test on note selon les mêmes critères des scores respectifs de 28,52 ; 15,52 et 14,26 points.
  • Le résultat de cette étude montre que la symptomatologie du SJSR est davantage réduite quand des séances d’acupuncture sont ajoutées au traitement classique  par gabapentine.

ÉCHELLE DE SÉVÉRITÉ DU SYNDROME DES JAMBES SANS REPOS*

(IRLS* – International Restless Legs Syndrome Scale)
Elle est composée de 10 questions, chacune étant cotée de 0 (inexistant) à 4 (très important).
Plus le score est élevé, plus le syndrome est sévère

Le syndrome est considéré comme* :

Léger si le score total est compris entre 0 et 10
Modéré si le score total est compris entre 11 et 20
Sévère si le score total est compris entre 21 et 30
Très sévère si le score total est compris entre 31 et 40

Dans notre présente recherche de fin d’études, (avec un échantillon bien plus faible), nous observons néanmoins  suite à un réel  bilan énergétique et suite aux  3 semaines de traitement (via des séances de QI-gong tuina/MTC à raison de 2 séances par semaines) , le patient étudié,   a diminué ses douleurs de 95% et à retrouver un sommeil de qualité sans prise de médicaments allopathiques.

Ensuite, des autres cas ont été étudiés avec d’autres symptômes. D’autres séances ont été réalisées sur d’autres patients avec des résultats sensiblement différents (car le bilan énergétique est à refaire à chaque fois) et les principes de traitement peuvent différer en fonction de l’état du patient et de la forme de la maladie…

Cependant,   les résultats sont très encourageants dans la réduction des douleurs et  l’accompagnement du patient dans cette maladie très invalidante.

L’objectif de cette étude se veut donc plus qualitative que quantitative. Nous ne cherchons pas la représentativité statistique. Par contre, l’étude souhaite  mieux comprendre les difficultés de patients/douleurs en donnant un autre regard sur la maladie avec une approche plus  « énergétique » comme le propose la MTC.

L’idée est, à travers un cas clinique complexe approfondi , d’essayer de mieux comprendre cette maladie, pour espérer ensuite dégager des axes et des pistes de solutions qui fonctionnent pour les autres cas,  en adaptant les principes de traitements à chaque fois.

Les autres cas de l’étude ont été synthétisés pour alléger le document mais la méthodologie de bilan énergétique différentiel reste la même.

Eléments  de recherche sur  un cas pratique clinique   présentant un syndrome des jambes sans repos :

Synthèse de la  consultation en QI Gong tuina/MTC

a) Partie anamnèse :

Etude de cas d’un patient (« patient N°01- « AE »  souffrant depuis 20 ans du SJSR- « cas complexe/atypique »

 Le patient de notre étude   est un homme  âgé de 42 ans. Il a deux enfants et exerce deux professions. Le patient se  plaint de chaleurs dans les jambes, pieds  et parfois  au niveau du périnée  par période de 2 à 3 mois consécutives arrivant toujours au moment du coucher vers 23h00 et allant jusque parfois 03  heures du matin. Les symptômes semblent  se calmer uniquement si le patient met de l’eau sur le périnée pendant plusieurs minutes.  Les périodes de douleurs peuvent apparaitre toute l‘année même  en hiver (période  pourtant plus froide),  mais le patient observe des périodes plus difficiles et douloureuses  l’été et le printemps. Le patient se plaint de douleurs et picotements, fortes chaleurs dans les jambes  qui entrainent des problèmes d’endormissements, insomnies et  des agitations du mentale la nuit. Les douleurs ne sont  pas améliorées par  le mouvement et les marches nocturnes.  Ce cas a été qualifié de atypique dans le syndrome des jambes sans repos par son neurologue. Seul l’eau ou  un  vent frais, voire froid,  permettent de calmer les chaleurs dans les jambes du patient. Ce problème des jambes chaudes date  de plus de 20 ans (suite à un choc émotionnel dans un climat chaud)  et les douleurs apparaissent  chaque année avec des périodes de plus en plus longues. Le phénomène s’arrête souvent sans explication au bout de 2 à 4 mois….Le patient ne comprend pas. Des RDV chez des spécialistes et médecins types phlébologues n’ont rien donné. (Rien au niveau veineux).  Certains médecins ont indiqué que le problème  était neurologique et ils ont demandé au patient d’essayer de prendre quelques gouttes d’un neuroleptique type (rivotril). Le patient a essayé et a observé quelques très faibles  améliorations mais il ne souhaite pas prendre ce type de médicaments sur le long terme  et il a donc arrêté. Les analyses de sang ne relèvent  aucunes carences en fer ou autres. Seuls un taux de cholestérol héréditaire pose question. Le patient est d’un tempérament plutôt dynamique mais se dit fort anxieux et sensible au stress.

b) Partie examen :

2.1 Au niveau physique et suite à un examen, je peux constater les signes suivants :

Pouls :A droite : La rate a un pouls fin ; (vide d’énergie de la rate), rein à droite – (pouls faible)

 Lent, « vague »…

A gauche : pouls tendu, « corde », au rein et au foie.

Teint visage : teint plutôt brun  (signe plus foncé tendant au bleu sombre/noir) (signe du rein)

Langue : La langue est  plutôt rouge (VIDE DE YIN)  sèche,  avec  devant peu d’enduit– (au fond signe d’humidité/langue légèrement épaisse)-

La pointe est légèrement rouge– (chaleur vide)- peu/pas d’enduits sur la langue –  (vide de yin),

Crevasse au centre de la langue (rate),  veinules sublinguales (légèrement rouge)-

La langue n’est pas indentée.

Selles : régulières, normales tendance légère à l’humidité ;

Urines : mictions fréquentes- couleurs- (blanche)- abondante ;

Glaires : pas de glaires énormes- juste un peu le matin- Pas de glaires aux yeux-

Œdèmes : pas de signes de godets-

Surpoids : humidité, se sent lourd, pas à l’aise. Tendance au sucre- (signe humidité)

Yeux : presbytie

Dents : carries.

Mains : chaudes

Examen réalisé avec le patient :

Le patient boit des liquides plutôt froids. Le patient indique qu’il a chaud la nuit- (cela semble indiquer un vide de yin  avec des  chaleurs  aux 05 cœurs en MTC. (Mains, poitrines etc.)

Vide– confirmation- (les s symptômes arrivent plus souvent la nuit)

Est-ce que cela est aggravé par le surmenage : sur activité ?

Réponse : oui le syndrome est augmenté par le stress et la suractivité sportive notamment.

Conclusion : Nous optons comme première conclusion à un  Vide de yin comme base la plus significative et aussi léger vide de Yang naissant.

2.2 Au niveau des organes ( au sens de la MTC) :

Au niveau des reins, le  patient se plaint de  douleurs dans les lombaires au niveau de L4.

La langue du patient est  rouge et pelée.

Le bord de la langue du patient est rouge foncé. Foie(stase de qi du foie) – énervements) –

Nous en déduisons un vide yin de rein blocage- Le patient exprime le besoin  de s’étirer régulièrement, ce qui corrobore notre analyse.

Nous observons un signe  de vide de yang car les urines du patient sont fréquentes et abondantes)

NB : Les gens qui sont en vide de Yin   se sentent  généralement « épuisés » après le sport- ce qui est le cas de notre patient.

Nous précisons notre analyse vers  un vide yin (vide de Qi) (rein gauche)  et vide Yang du rein (rein droit) (douleurs froides dans le bas du dos)

Cependant,  le vide de yin domine mais on note aussi  un léger vide de yang du patient.

On observe aussi un vide d’énergie de la rate à traiter par la suite dans notre protocole de traitement et de suivi du patient.

2.3  Les observations précédentes me permettent alors d’établir le bilan énergétique adapté  suivant :

  • En interne, on peut constater une chaleur vide (un vide de yin des reins plus précisément)  qui semble dominer le tableau général du patient,   mais on observe  aussi un vide de  yang des reins  et une stase de QI importante qui semble bloquer les tendons, les hypocondres  du patient.  En MTC, il est tout à fait possible de cumuler les opposés. (Vide de yin et de  yang à la fois).
  • En effet, l’organe du rein est le siège du yin, nourrissant l’ensemble des organes. Il est le contenant de l’Essence fondamentale (le Jing). Celle-ci est à l’origine de la naissance, de la fécondité et notre réservoir de vie. Le Yin du Rein est la « base matérielle » du Yang du Rein, tandis que le Yang du Rein fournit l’énergie nécessaire à toutes les fonctions du Rein. Opposés mais complémentaires, le yin et le yang des reins se contrôlent mutuellement. La « bonne santé » d’un patient est synonyme d’un équilibre yin –yang général. La déficience de l’un ; chez le patient (défit de yin) ;  engendre obligatoirement un syndrome énergétique de déséquilibre, à l’origine de « maladies »…. Ces deux aspects du rein sont souvent comparés à une lampe à huile, l’huile représentant le yin et la flamme, le yang…. Si l’huile diminue, la flamme diminue également et inversement. Il faudra donc nourrir le yin du patient.
  • Dans notre cas d’étude, le vide yin des reins (eau/liquide)  ne peut  plus nourrir  le bois du foie correctement, en éléments Yin. Cela engendre un déséquilibre du foie qu’il faudra aussi prendre en compte dans notre traitement.
  • En effet,  le foie est à la fois yin et yang également : «  yin parce qu’il stocke le sang et yang parce qu’il régule les mouvements du Qi des autres organes ». Sa matière est constituée de sang et sa fonction est yang. Un déséquilibre  du foie  se manifeste souvent par des blocages ou stases au niveau des hypocondres ou des tendons.
  • A ce titre, le fait que le patient ait  un besoin de souffler régulièrement (oppression due à une stase de QI  du foie)  et qu’il ait besoin de s’étirer avec une pratique comme l’escalade,  indique un blocage de l’énergie donc une stase de QI. En effet, nous savons en MTC, que c’est le foie qui est responsable de la libre circulation de l’énergie dans tout le corps. Dans notre, cas, on pense donc à une stase de QI du foie qui engendre douleurs, colères et envie d’expirer souvent mais aussi  des montées de chaleurs. (Le vide de yin du rein structurel/chronique  engendre un  vide de yin du foie et donc un Yang du foie prédominant  qui s’élève et crée un désordre interne dans les membres internes et notamment la nuit.
  • De plus, en raison de la faiblesse du yin du rein du patient, le rein  n’arrive plus à refroidir correctement  le feu du cœur et le cœur se retrouve à agresser le rein… (mécanismes de rébellion en MTC).Ce nouveau déséquilibre engendre  des troubles du sommeil qui sont attribués au Shen (esprit) et à l’ancrage du yin. Selon la théorie du yin et du yang, le jour est yang et la nuit est yin…. A la tombée du jour, le yang ralentit, s’affaiblit pour laisser la place au yin. Chez certains patients,  comme dans notre cas,  le Shen s’agite fortement  le soir, favorisant le yang (l’énergie) et empêchant le peu  yin  restant de notre patient de  s’imposer….
  • Par ailleurs,  le vide de yin des reins, qui  n’apporte  plus de liquide aux autres organes et dans notre cas et selon les cycles d’engendrement de la MTC, l’eau des reins (yin des reins)  ne permet plus de nourrir le bois du foie (Yin du foie). Ainsi, le sang du foie souffre d’un vide et cela peut entrainer des acouphènes, étourdissements céphalées et irritabilité. Cette relation est une des plus importantes et des plus fréquentes en pratique clinique.  Cela  peut  aussi engendrer/aggraver  les  « vents internes » (via le Yang du foie qui s’élève)  qui pourraient expliquer « les soubresauts erratiques occasionnels  des membres inférieurs  et supérieurs ». (symptômes observés altérant le sommeil  plus des autres signes courants des SJSR)
  • L’eau des reins contrôle normalement le feu du cœur mais avec cette insuffisance de YIn, on a le feu du cœur qui agresse le rein en se propageant  et contribue à aggraver le vide de yin par le feu. Cela pourrait expliquer aussi  les chaleurs dans les jambes et dans les 05 cœurs (mains, poitrine  etc.)
  • Conclusion de la racine du trouble du syndrome des jambes : Les Jambes sans repos  seraient liées à  une chaleur vide ?  

Un déséquilibre grave venant d’un vide de yin de rein  ou du foie ? Entrainant une chaleur vide dans les membres inferieures (jambes). .. ?

En MTC, Les reins occupent une place centrale car ils stockent l’Essence Yin (le Jing) mais aussi conserve et contrôle le « Feu Ministre ». Le Yin des reins est la source des liquides Yin de tout le corps, il humidifie et nourrit les organes et tissus. Le Yang des reins est la source du Yang Qi de tout le corps. Il est la force derrière tous les processus de réchauffement, de production et de transformation. En raison de ce rôle fondamental, un vide des reins peut causer ou être le résultat d’une dysharmonie de n’importe quels autres organes.   Un vide des reins peut affecter les reins seulement, ou le foie, le cœur ou bien le poumon en n’arrivant pas ou plus à les nourrir. En effet, le méridien des reins est connecté avec eux et peut donc les affecter.

Dans notre étude de cas, le patient se plaint de douleurs dans les jambes (chaleurs, fourmillements).Le méridiens des reins et du foie démarrent bien des membres inférieurs (pieds-jambes).

En MTC, Un vide de Yin (cas pour notre patient)  peut se manifester généralement  de deux façons principalement liées à 2 fonctions :

  • En échouant à nourrir et à humidifier
  • En échouant à maitriser le Feu

En MTC, nous savons que le yin des Reins est affaibli par une mauvaise hérédité, les abus sexuels, une lésion interne, par les émotions et les sentiments, l’âge ou encore souvent le stress, l’anxiété ou des événements traumatisants (peurs etc.).

Ainsi, lors d’un vide de Yin, pour le traitement du patient, il faudra insister de façon appropriée sur le fait de nourrir le Yin et de rafraichir le Feu, en évaluant soigneusement et précisément  l’importance de ces deux aspects.

Par ailleurs, l’étroite relation entre le Yin des reins et le Yin du foie, ainsi qu’entre le Jing (Essence) stocké dans les reins et le sang stocké dans le foie, nous indique comme thérapeute, l’importance de bien traiter les deux organes  dans notre approche.

En effet, « Pour traiter une disharmonie reins/foie (lorsque l’eau des reins n’arrive pas/plus à nourrir le bois du foie, ou en raison d’une blessure des reins due à une longue maladie du foie) donnant lieu à des symptômes tels que des maux de tête, des vertiges, des acouphènes et la surdité, il convient dans ce cas de travailler à nourrir le yin du rein comme un principe de traitement important (notamment avec le point 3R) .»

De plus, comme nous savons que  le vide de yin des reins  a pu survenir suite à un accès de fatigue ou de travail du patient (qui dit «  que le syndrome des jambes est aggravé en période de stress et de surmenage » (ce qui confirme un vide)  ou comme dans l’anamnèse pour une cause émotionnelle de peurs et insécurité.  Ainsi, cette notion de vide de yin (des reins)  est corroborée par le fait que les symptômes de chaleurs apparaissent la nuit uniquement et jamais en journée. Cela s’explique par le fait que  le vide de Yin a tendance  à se manifester le soir ou la nuit, car c’est le moment où le Yang (Wei Qi ou Qi défensif connue dans les arts martiaux) rentre en profondeur et se retrouve avec le Yin dans la profondeur du corps. Ainsi, le déséquilibre de ces 2 énergies en contact  engendre alors beaucoup plus de symptômes que quand le Yin est dedans et le Yang dehors (la journée). En effet, la nuit est le moment par excellence  du YIN et comme nous avons un vide total de YIN (liquide) et bien le YANG en contact, se décroche et prédomine en donnant des fortes chaleurs dans les jambes la nuit.

  •  Dans notre, cas, cette piste semble aussi convergé car le patient a le bout de la langue rouge sans enduit. (Signe d’un feu du cœur engendré par un vide de yin de rein).
  • Par ailleurs, le couple estomac /rate, est aussi touché car le patient a de la chaleur (jaune) dans le fond de la langue. (Trace d’un enduit gras et collant). On observe aussi dans le fond une  langue avec des dépôts épais gras, jaunes et collants. Au milieu, la langue présente une grande fissure. Il  n’y a pas vraiment d’enduit blanc visible. Le patient est souvent fatigué après les repas et a une digestion plutôt lente et ne supporte pas les repas gras. On penche issu aussi pour un vide d’énergie de la rate venant affaiblir le terrain du patient.
  • Les organes concernés sont donc le REIN et le FOIE en priorité.

L’organe de la rate pourrait être renforcé par la suite. (Problème d’humidité  de la rate). Le patient a donc un vide de yin du rein(le vide de yin provoque chaleur vide et aussi une  envie de bouger comme dans le syndrome des jambes sans repos. Le patient se plaint de chaleurs aussi aux mains, au niveau de la poitrine. Cela fait penser  à  la dysphorie chaleur « des cinq cœurs » en MTC.

Dysphorie chaleur des cinq cœurs =*C’est une sensation de chaleur dans la paume des mains et dans la plante des pieds, habituellement accompagnée par une chaleur et une agitation au niveau de la poitrine. Ce symptôme est le plus souvent dû à un vide de Yin avec un feu qui s’embrase, bien qu’il peut aussi être rencontré dans des cas de vide de sang (ex : femmes enceintes), de stagnation de chaleur, ou comme une séquelle d’une maladie fébrile…

Ainsi, notre bilan permet de conclure que  le syndrome des jambes ans repos,  pourrait s’expliquer par un manque d’énergie correcte et protectrice (Zheng Qi) laissant place à une énergie perverse* (le vent en MTC) favorisant les symptômes connus du syndrome de jambes sas repos  (fourmillement, crampes, douleurs changeantes etc.).

De plus lorsque le corps entre en surmenage, c’est souvent  le cas en  vide de Yin, (Sans mouvement, substance vitale), Le Yin  en est encore plus  diminué. (Cas de patient étudié et cercle vicieux /insomnies). Cela laisse ainsi  le Yang (Mouvement) majoritaire expliquant l’impatience et le mouvement dans les jambes la nuit (insomnies). Le foie et les reins étaient mutuellement engendrés.

 Le Yin des reins déficient, ne peut  nourrir et humidifier  le foie  ….De son côté, le  manque de sang du foie aide moins  à produire l’Essence des reins (Jing). … Le premier  (le rein) ne nourrit  plus le deuxième (foie), ce qui permet  plus au Yang du foie de ne pas être hyperactif (cas notamment la nuit avec le SDSR).

A noter cependant, que la littérature scientifique française  indique d’autres explications et pistes  à évaluer et à rependre en compte dans les bilans. Selon une étude  de Pascal Clément et Grégory Moudens réalisée entre 2008 et 2011, intitulée, « Le Syndrome des jambes sans repos : un Vide de Sang » :

« Le SJSR semble correspondre dans sa sémiologie à une pathologie des seuls méridiens et pourrait faire partie du domaine des bi zheng.  Sur le plan physiopathologique, il y a d’abord une faiblesse du zheng qi (qi correct) qui permet aux xie (agents pathogènes ou pervers) de persister dans le corps où ils gênent alors la circulation du qi dans les jing luo. Il en résulte que les jin (tissus tendino-musculaires ou tissus mous de l’appareil locomoteur) ne sont plus nourris correctement et que le qi et le sang (xue) stagnent en obstruant les mais luo (ramifications ou vaisseaux secondaires), d’où la survenue de la maladie…. »

Les principes de traitement pour notre patient (étude de cas N°1- patient « AE »)

  1. Déloquer l’énergie du foie pour dégager la route des différentes énergies ;
  2. Faire circuler les énergies du foie  localement dans les jambes t et notamment à l’arrière du corps et pour les jambes au niveau local (on traite l’organe et les points proches des jambes) avec des appuis plutôt courts. (2-3 minutes)
  3. Nourrir le Yin, rééquilibrer le vide. (Avec une manipulation type aiguille énergie)-20 à 30 minutes

3.1  Les points recommandés et effectués au patient en séances :

(Protocole de 6  séances) espacées sur une période de 3 semaines avec des bilans intermédiaires.

57 V et 40 V (A l’arrière des jambes) – 2 minutes pour mettre de l’énergie/mouvement.

30 VB-    pour mettre du mouvement  et de la circulation dans les jambes au niveau local

31 VB

34 VB

3 FOIE – (plus longtemps)- 15 minutes- (pour déloquer le foie)

Nourrir le yin : 3  Rein  (aiguille d’énergie légère) – (terrain)

4 RM pour nourrir le  rein (aiguille d’énergie léger)- longtemps -10 minutes-


3.2 Résultats :

Au bout de 7 séances, le patient  a amélioré les douleurs des jambes de 80 % et il dort beaucoup mieux à présent. Le mental est devenu plus calme à l’endormissement. Le patient a repris confiance et il note une diminution forte de son état de colère.  Le patient indique qu’il fait lui-même certains points le soir par prévention ou en cas de légères sensations de chaleurs la nuit.

On apprendra par la suite que le patient a souhaité poursuivre sa thérapie avec un autre professionnel en MTC spécialisé en pharmacopées chinoises, qui lui a donné une pharmacopée (différentes plantes)  permettant  de réduire les derniers 20 %  (de douleurs/gènes) à 0% (totale rémission) au bout de 3 semaines de traitement.

Autres cas de patients présentant  un symptôme  de jambes sans repos

4.1 Synthèse des résultats en cabinet :

4.1.1 Patient N°02-«  Mr YP »  présente un syndrome de jambes sans repos et des problèmes d’apnée du sommeil » :

a) Rapide synthèse de l’anamnèse du patient :

« La langue du patient est épaisse d’une couleur rose pâle avec le bout de la langue plus rouge. Au milieu, la langue présente une grande fissure.  La langue est indentée. Il  n’y a pas vraiment d’enduit blanc visible. Le matin, le patient se plaint d’avoir des glaires dans le fond de la gorge. Le patient consomme beaucoup de fromages et de produits laitiers.  Le sommeil est souvent perturbé. Le patient fait très peu de sport. Il a une tendance au surpoids et se dit fatigué en sous régime.

 Le patient est souvent fatigué après les repas et a une digestion plutôt lente et ne supporte pas les repas gras. Le patient se plein de manger parfois sans appétit pour anticiper une peur d’hypoglycémie. Le patient a très froid aux extrémités et notamment aux pieds. Il a tendance à boire chaud. Son pouls est assez net et en surface mais plutôt rugueux/tapant/large. »

Le patient se plaint   de douleurs type lombalgie à droite et à gauche. Il a le teint plutôt pâle entre jaune et reflet de vert. »

b) Synthèse et principaux résultats :

Dans ce cas, l’estomac /rate est  touché car le patient a de la chaleur (jaune) dans les urines, des selles plutôt molles, jaunes et nauséabondes.

On observe aussi dans le fond une  langue avec des dépôts épais gras, jaunes et collants. Nous sommes dans le cas d’un syndrome des jambes sans repos qui se manifeste par un tableau de plénitude  d’humidité de la rate, engendrant une rébellion de la rate qui attaque le foie et blesse le yang du foie, qui ne peut plus faire son rôle d’assurer la libre circulation de l’énergie dans tous le corps (dont dans  les membres inferieures). Cela peut provoquer des stases d’énergie, des vents internes, des sensations de gène (besoin de bouger)  dans les jambes.

Par ailleurs, la plénitude de la rate va épuiser le feu du cœur et donc venir affaiblir l’axe-rein –cœur, avec le rôle du cœur qui doit réchauffer l’eau des reins pour assurer la montée du métabolisme. Cela a aussi pour conséquence d’entrainer des insomnies, et pertes de mémoires pour le patient…

L’humidité de la rate va donc contribuer à fatiguer les reins qui doivent continuellement assécher l’humidité. Le patient se trouve dans un tableau global de vide de yang naissant  du rein et plénitude de la rate.

Plénitude de la rate  ou vide de yin de l’estomac : (tableau clinique général en MTC) :

Impatiences, chaleurs/picotements dans les jambes, ronflements, palpitations, pertes de mémoires, insomnies (endormissements)  faiblesse des genoux, manque d’appétit ou faim légère sans envie de manger, constipation (selles sèches),douleur épigastrique sourde ou avec légère sensation de brûlure, bouche et gorge sèches, surtout dans l’après-midi, soif
sans désir de boire ou avec envie de boire par petites gorgées, légère sensation de plénitude après les repas,

Signes courantes  durant l’examen : langue de couleur  légèrement rouge, fortement humide (enduit gras, collant), bords de la langue plutôt gonflée,  pouls flottant et vide.

Principes de traitement  et points pour le patient  « YP » :

  • Tonifier le yang des reins : Pression sur  les point shus des reins + vaisseau conception ( jen mai) :  de 3 à 5 Ren mei + point mu antérieur des rein ;  et aussi se focaliser sur  Ming Men ( au moxa si possible) ;
  • Clarifier la chaleur de l’estomac et rate : 9 rate pour la chaleur/humidité, 36 estomacs ;
  • Débloquer le foie : 03F ; 31 VB ; 30 VB
  • Calmer le mental : 07 cœur, 06 cœur-
  • Clarifier le sang : Apporter une action sur le sang : 40 vessies


Résultats :

Au bout de 5 séances, le patient dort mieux et il n’a plus mal aux jambes. Son appétit est meilleur et il a modifié son régime alimentaire avec moins de laitages.

4.1.2 Patient N°03- Mr XT  présente un syndrome de jambes sans repos avec  Impatiences, vertiges, vision trouble,  menstruations peu abondantes, teint pâle et terne, langue pâle, pouls rugueux.

Principes de traitement pour le patient 02 XT :

  • Nourrir le sang du foie : 3F et 06Rte
  • Renforcer le vide Yin du rein : 4 RM pour nourrir le  rein et 3R
  • Soutenir la rate : 6R, 36E, 07C

Résultats :

Au bout de 7 séances, le patient  a moins mal aux jambes (80% de douleurs en moins). Les vertiges ont disparu et la vision est améliorée.

Sources

-Thèse de doctorat de  Mr F-GOMES GONÇALVES –« LE SYNDROME DES JAMBES SANS REPOS : – PHYSIOPATHOLOGIE ET APPROCHES THÉRAPEUTIQUE »  – 23.09.2019-

-Article des jambes sans repos de Sinomed –avril-2016-publication

-Site internet de  Qi-Gong- tuina-diététique

-Qi gong tuina- « Auto-massages »-Amaël Ferrando

-Article du Docteur Picquet  « Le syndrome des jambes sans repos, une maladie mystérieuse » -Publié le 03/02/2017-

– Etudes cas de patients et résultats – Etude de Pascal Clément et Grégory Moudens Le Syndrome des jambes sans repos-2011-

MARION F, “Le syndrome des jambes sans repos”, Actes du 1er congress Faformec, 1997

-www.sophroecologie-lille.com

Photo by Thomas Griesbeck on Unsplash

Lettre d’information

    j'accepte de recevoir les emails envoyés par Kendreka

    RÉSEAUX SOCIAUX DE L’ÉCOLE