Le syndrome de la ménopause du point de vue de la MTC

En Médecine Chinoise (MTC)

Accueil > Activités du site > Le syndrome de la ménopause du point de vue de la MTC

Le syndrome de la ménopause du point de vue de la MTC

par

Acupression en ligne
Promotion 2020

INTRODUCTION

La ménopause est un phénomène naturel et physiologique qui se manifeste lorsque les ovaires cessent de produire et sécréter des hormones (l’œstrogène et la progestérone). Elle est considérée comme effective après 12 mois d’arrêt des règles. L’âge moyen de la ménopause est de 50 ans ; elle était à 49 ans, dans les textes classiques, le « Su Wen », il y a 2500 ans (soit 7 cycles de 7 ans, la puberté ayant lieu à 2 x 7 ans).

Symptômes et arrivée de la ménopause

La ménopause a différentes façon de frapper à notre porte… et chaque femme vit sa ménopause de façon différente.

Cette période de transition n’est pas une maladie, mais bien une étape normale dans la vie d’une femme. Entre quarante-cinq et cinquante-cinq ans, l’arrêt permanent des menstruations se produit et c’est la fin de la capacité de reproduction.

La ménopause et les années qui la précèdent (préménopause) sont des périodes d’adaptation qui ne seront pas vécues de la même façon par toutes les femmes.

Cependant associer la ménopause à l’arrêt brusque des règles reste un point de vue très réducteur, La société de consommation occidentale ayant tendance à valoriser un modèle de femme jeune, belle et mince (à voir tous ces magazines qui, plusieurs fois par an, mettent à la une « Maigrir » et « Rajeunir »), on ne sait plus trop jusqu’ à quel point cette dévalorisation de l’image de soi, à cette période de la vie n’est pas culturelle et influencée par les médias.  Il est vrai aussi que la cinquantaine peut apporter d’autres soucis comme le départ des enfants qui quittent le foyer, des parents âgés qu’il faut soutenir, parfois un mari qui ne voulant pas vieillir se prend « le démon de midi »…

La ménopause finit par être considérée comme une maladie, voir une malédiction qui fait que les femmes finissent par très mal vivre cette période de leur vie, avec une multitude de symptômes qu’elles supportent comme une fatalité.

Les symptômes de la ménopause sont :

  • règles irrégulières
  • sueurs nocturnes
  • bouffées de chaleur
  • insomnie
  • irritabilité et sautes d’humeur
  • fatigue;
  • difficulté de concentration, diminution de la mémoire
  • prise de poids
  • articulations douloureuses
  • changement de texture et apparence de la peau
  • sécheresse vaginale
  • incontinence urinaire
  • modification du désir sexuel
  • perte de densité osseuse
  • chute de cheveux…

Les ovaires cessent de fonctionner

Les ovaires sont responsables de la production d’hormones essentielles chez la femme: la progestérone et les oestrogènes. Les oestrogènes sont les hormones de la féminité : ils agissent partout dans le corps de la femme au niveau d’organes très variés comme par exemple les glandes mammaires, la muqueuse utérine, les os, la peau, etc…Naturellement, du fait du vieillissement, les ovaires vont progressivement cesser de fonctionner, et donc arrêter naturellement de produire des hormones. Cependant cela ne se fait pas brutalement : 3 à 5 ans avant la ménopause, l’activité des ovaires va diminuer progressivement et les 1ers symptômes de la périménopause vont apparaître.

La périménopause est la phase de transition vers un nouvel équilibre

– Au début, le taux de progestérone diminue, les oestrogènes se retrouvent donc en excès dans le corps, ce qui se traduit par un phénomène accentué de rétention d’eau et d’accumulation de graisses.
– Puis les oestrogènes diminuent eux aussi progressivement, jusqu’à disparaître complètement à la ménopause. Privé d’œstrogènes, le corps se transforme petit à petit…

Les bouffées de chaleur sont de loin le symptôme le plus fréquent, avec 85% des femmes qui en souffrent (45% d’entre elles peuvent en avoir, pendant 5 à 10 ans après la ménopause). En réalité, certains gynécologues affirment que seules les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale sont des manifestations de la chute des oestrogènes. Pour les autres symptômes, ils seraient liés à l’augmentation du stress, à cette période de la vie, en lien avec les années précédant la ménopause, au niveau du mode de vie (alimentation, surmenage), mais aussi avec le terrain émotionnel passé et récent (des épreuves comme deuils, séparations).

Selon la médecine Traditionnelle Chinoise

Pour la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), c’est une période de transition où l’équilibre entre le Yin et le Yang est fragile et un déséquilibre temporaire est possible. L’ampleur du déséquilibre sera reflétée par l’intensité et le nombre de signes et symptômes présents et expliquera les différences individuelles. L’acupression, l’acupuncture et la MTC proposent un suivi personnalisé afin d’agir sur les déséquilibres identifiés et leurs symptômes dans le but de faciliter cette transition.

La ménopause est normale et principalement reliée au déclin naturel de l’énergie du « Système du Rein ». Ce déclin se fait graduellement au cours de nos vies et dépend également des facteurs suivants :

1) le bagage héréditaire provenant de nos parents ;
2) la présence de bonnes habitudes et hygiène de vie incluant l’alimentation, le sommeil et l’exercice ;
3) les circonstances de nos vies (épreuves, émotions, stress, maladies, environnement social, etc.)

Le concept du YIN : représente la matière, la masse corporelle et on l’associe au froid, au repos, à la descente du mouvement énergétique, à l’élément eau, à la nuit, etc.

Le concept du YANG : représente le mouvement, la circulation et on l’associe à la chaleur, l’activité, la montée du mouvement énergétique, à l’élément feu, au jour, etc.

Toutefois, « sans le Yang, le Yin ne peut pas produire ; sans le Yin, le Yang ne peut pas transformer ». C’est un principe ancien de tonification du Rein qui veut qu’en cas de vide de Yang du Rein, il faille aussi nourrir le Yin du Rein.

Les peurs, les inquiétudes, les sombres pressentiments, la crainte, les attitudes qui consistent à s’agripper aux choses qui nous inquiètent plutôt que de les laisser couler et disparaitre, peuvent provoquer une diminution de l’énergie du Rein ; l’énergie essentielle Jing ne peut plus monter.

On dira qu’il s’agit du déclin de l’Essence du Rein (organe responsable des organes sexuels et de la reproduction, dans son aspect Yin ou Yang, un tarissement progressif de l’essence Jing des Reins et plus particulièrement du tiangui (correspondant à la production ovarienne).

On pourra considérer 2 grands syndromes différentiels présents dès la pré-ménopause :

  • le Vide de Yang des Reins, avec des symptômes de prise de poids, frilosité, dépression, fatigue chronique, douleurs articulaires et
  • le Vide de Yin du Rein, avec bouffées de chaleur, transpiration nocturne, insomnies, irritabilité.

C’est le Vide de Yin du Rein que nous verrons le plus souvent diminué chez la femme. Si le Yin du Rein  perd sa capacité d’humidifier et de rafraîchir, le Yang s’échappe entraînant des bouffées de chaleur, des sueurs et des symptômes d’assèchements.

Parfois, chez certaines femmes, les 2 syndromes peuvent se cumuler ; il faudra bien savoir donner la priorité à l’un ou l’autre des syndromes pour donner le bon traitement et affiner avec le diagnostic.

La Rate, souvent s’associe au Rein, dans la déficience qui donnera des symptômes supplémentaires de fatigue digestive, fatigue et relâchement musculaire, mais aussi si l’humidité gérée par la Rate s’accumule, des oedèmes et une prise de poids, surtout localisée autour de la taille.

Si le Yin des Reins faiblit, l’Eau des Reins ne va plus nourrir correctement le Bois du Foie qui aura tendance à s’assécher et se tendre plus facilement créant des crampes, des vertiges, les yeux secs et de l’irritabilité. L’eau engendre le Bois : le Rein engendre le Foie. La relation saine : « la mère prend soin du fils », le rein prend soin du foie : l’essence du Rein (Jing) amène au Foie le Yin nécessaire au sang du foie.

Relation pathologique ; « la mère est épuisée » : le Rein ne peut nourrir le Foie. Si l’Essence du Rein est trop faible, le Sang perd de sa qualité Yin, le sang du foie souffre.

Si le Yin des Reins faiblit, il risque aussi d’y avoir une dysharmonie entre le Cœur et le Rein. Dans une fonction normale, le Yin des Reins monte contrôler le Feu du Cœur, le Feu du Cœur descend réchauffer l’eau des Reins. Mais si le Yin des Reins est faible alors le Yang du Cœur n’est plus contrôlé, le Cœur se disperse et provoque notamment agitation, irritabilité, insomnie.

L’équilibre entre le Rein et le Cœur est une des conditions préalables à un esprit stable et paisible.

Le sang rafraichit le feu du cœur : agitations, insomnies si trop de feu de cœur.

Si la personne dort mal la nuit, cela signifie que le Yang ne peut pas rentrer dans le Yin (personnes agitées le soir).

Points conseillés selon le bilan de la personne :

  • Rn1 (1 Rein) Yongquan, situé sous la plante du pied, sous le coussinet, au centre : la capacité de Rn1 Yongquan à contenir la montée de la chaleur vide et du yang du Foie et à apaiser l’esprit le rend particulièrement adapté à traiter les troubles de la ménopause. Dans les cas de vide, « tonifier la mère », dans les cas de plénitude « disperser le fils ». En tant que point « fils » du méridien du Rein, Rn1 a donc un puissant effet de dispersion de la plénitude dans le haut, en « faisant revenir ce qui n’est pas enraciné à sa source ».
  • V23 (23 Vessie), Shen Shu, point shu du Rein, situé sous L2, tonifie le Rein et le Jing des Reins, fortifie le Yang, nourrit le Yin.
  • 36E (36 Estomac), Zu San Li, situé à 3 travers de doigts sous le pli du genou en dessous d’une tubérosité (excroissance). Elimine le feu et calme l’esprit, tonifie le Qi. 36 E est capable de compenser l’inévitable déclin du Yin du Rein au fur et à mesure que l’âge avance, et donc de prévenir une montée pathologique brusque du Yang à la tête et aux yeux.
  • 6 Rte (6 Rate), San Yin Tsao, à 3 travers de doigts au-dessus de la malléole interne de la cheville, juste derrière le bord postérieur du tibia : Harmonise le Foie et tonifie le rein ; tonifie le sang : un point extrêmement interessant pour la ménopause. Surtout pour ce qui est en rapport avec la régulation féminine et en cas d’insomnie en association avec C7 (7 Cœur)

Pour tonifier le Yin des Reins :

  • Rn3 (3 Rein) Taixi, dans la dépression située entre la malléole et le tendon, au niveau interne, point essentiel pour traiter le vide de Yin
  • Rn6 (6 Rein) Zhaohai, entre le tendon du tibial postérieur en avant et le tendon du long fléchisseur commen en arrière, point indiqué pour tous les troubles de la menstruation,
  • Rn7 (7 Rein) Fuliu, sur la face médiale de la jambe, dans la dépression située 2 cun au-dessus de Rn3, sur le bord antérieur du tendon d’achille, point pour réguler la transpiration, notamment pour les transpirations nocturnes. La capacité de Rn7 à traiter les transpirations nocturnes dues au vide de Yin, bien que son action première soit d’aider le Yang du Rein à réguler les liquides organiques, montre que tous les points du méridien du Rein ont une certaine action à la fois sur le Yin du Rein et sur le Yang du Rein.
  • Rn13 (13 Rein) Qixue, sur le bas abdomen, 3 cun en dessous de l’ombilic, point de régulation du réchauffeur inférieur.

Pour tonifier le Yang des Reins :

  • Rn7, Rn13

En fonction du bilan énergétique :

  • 20 VB (20 Vésicule Biliaire) situé sous l’occiput, est souvent utilisé pour les bouffées de chaleur mais aussi pour traiter les maux de tête, les vertiges, le stress, l’irritabilité
  • 3F (3 Foie) situé en avant du point de jonction du gros orteil et de second est l’un des points de shiatsu les plus fonctionnels pour la ménopause qui aide à soulager les sautes d’humeur, l’anxiété, l’irritabilité, l’insomnie, les maux de tête sans oublier les vertiges.
  • 11 GI  « étang de la courbe », quand le bras forme un angle à 90 °. Il se situe au bout du pli externe du coude, à la limite de l’articulation est l’un des points essentiels du corps pour, les suées nocturnes, les fortes fièvres, le mal de gorge, les maux de tête, les problèmes menstruels
  • 6C (6 Cœur) situé près du poignet, côté auriculaire, à un doigt sous le pli du poignet va soulager l’anxiété, l’irritabilité, les sueurs nocturnes, et les troubles émotionnels
  • 17 RM (17 Ren Mai) situé en plein centre du sternum est point important pour soulager l’anxiété, les dérèglements hormonaux, ainsi que les problèmes mammaires.

Conclusion

La ménopause comme « 2ème printemps »

Et si nous considérions cette nouvelle période de notre vie comme « l’acheminement vers la complétude » ?

De façon à pouvoir économiser notre Essence vitale, notre  Jing , la sagesse du corps intervient pour faire arrêter la perte mensuelle de sang. Vu que le sang et le Jing  des Reins ne sont plus gaspillés chaque mois, cette énergie peut être utilisée pour de nouveaux projets, pour une nouvelle forme de créativité et de disponibilité, voire d’épanouissement personnel.

Les années, avant 50 ans, étaient consacrées à la famille, à la réussite sociale ; il est temps, après 50 ans d’être vraiment soi, et plus ce que les autres ont désiré qu’on soit. Toute cette vie consacrée au Yin, au féminin et au maternel, nous permet après 50 ans d’être plus dans le Yang, de pouvoir mieux exprimer nos émotions, d’avoir la sensation d’avoir plus d’énergie, et même d’avoir la sensation de rajeunir.

Pourquoi ne parle t’on pas plus des bons côtés de la ménopause, de ce ressort possible d’énergie, et même de 2ème printemps pour le désir sexuel ? Beaucoup de femmes pensent que la libido diminue, avec la sécheresse vaginale, alors qu’il s’agirait, avec la fin du risque de tomber enceinte, d’une nouvelle réappropriation de son corps et d’une nouvelle forme de liberté.

On dit aussi que lorsque le Sang arrête de nourrir l’utérus, il est alors plus libre de se diriger vers le Cœur et de nourrir le Shen, l’Esprit, d’où une plus grande disponibilité pour la spiritualité, avec l’envie de plus s’occuper des autres, de donner plus de sens à sa vie, de méditer ou prier, d’écrire, de créer, de partir vivre à la campagne, mais aussi juste de chanter ou danser, pour s’épanouir pleinement dans son Féminin Sacré.

Un vieux dicton chinois dit : « Dans la trentaine, les femmes sont des louves, dans la quarantaine, des tigresses et dans la cinquantaine, des dragons ».

Lettre d’information

    j'accepte de recevoir les emails envoyés par Kendreka

    RÉSEAUX SOCIAUX DE L’ÉCOLE