Intérêt de la pratique du Gun en Médecine Traditionnelle Chinoise

Permettre l'évacuation des galires grâce au Gun

Accueil > Activités du site > Intérêt de la pratique du Gun en Médecine Traditionnelle Chinoise

Intérêt de la pratique du Gun en Médecine Traditionnelle Chinoise

par

Acupression & bases de Qigong Tuina
promotion 2022

Introduction

Le concept de Glaires Tan est très vaste et très important en médecine chinoise. Les glaires se rencontrent très fréquemment en pratique clinique. Elles représentent à la fois une pathologie et un facteur étiologique. 

L’organisme humain est essentiellement liquidien, la fonction de ces liquides est d’unifier, de régulariser le Yin et le Yang. Ces formations liquidiennes, à un moment donné, vont se ralentir et cesser de circuler. Ces productions de Tan vont provoquer une entrave à la circulation de l’Energie, la bloquer et provoquer diverses pathologies. 

Bien que les Glaires soit une évolution de l’Humidité (substance liquide humide, pesante, au mouvement lent), elles sont plus lourdes et plus épaisses que l’Humidité. 

Nous verrons dans ce travail de fin d’étude que la pratique du GUN, mouvement que l’on peut définir comme une variante de Qi Gong va permettre l’évacuation de ces glaires. 

LES LIQUIDES ORGANIQUES JIN YE 

Les liquides organiques sont produits à partir de l’essence de la nourriture, ils englobent la totalité des liquides normaux du corps. 

Ils se diffusent dans l’ensemble de l’organisme et peuvent circuler dans les méridiens et les petits capillaires. 

Les liquides organiques se classifient de deux façons : 

1ère classification : les sécrétions liquides et les excrétas 

Les sécrétions liquides sont produites par les organes pour leur fonctionnement, il s’agit des liquides que l’on retrouve au sein de l’estomac, des intestins et des articulations. 

Il y a ensuite les excrétas attachés aux organes comme les larmes, la morve, la sueur, les urines et les deux types de salive : celle de la Rate et celle du Rein. Par exemple, les orifices externes comme le nez, les oreilles, les yeux doivent être bien humidifiés pour avoir un fonctionnement physiologique. 

2ème classification : les liquides fluides et les liquides visqueux 

Les liquides fluides et les liquides visqueux sont fondamentalement de même nature. Ils sont tous produits à partir des aliments solides et liquides et dépendent pour leur production des fonctions de transport et de transformation de la Rate et de l’Estomac. 

Ces deux types de liquides peuvent se transformer l’un en l’autre au cours de leur circulation et du processus métabolique. 

Ils ont été dissociés pour des raisons didactiques, mais en fait nous sommes dans le même continuum, que ces liquides soient épais ou clairs.

La seule différence est leur localisation en fonction de leur rôle. Ils exercent l’un sur l’autre une influence réciproque dans le processus pathogénique : 

∙ une atteinte des liquides fluides peut entraîner l’épuisement des liquides visqueux, ∙ une déperdition importante de ces derniers peut affecter les premiers. 

C’est pourquoi, fréquemment, lorsque l’on s’y réfère, on emploie l’expression générale de liquides physiologiques ou organiques et on ne les différencie pas formellement. Il faut toutefois bien distinguer une atteinte des liquides fluides d’un épuisement des liquides visqueux. 

Les liquides fluides Jin sont purs, clairs, légers et fins comme de l’eau. Ils sont sous le contrôle du poumon, nourrissent et humidifient la peau et les muscles, forment la sueur, les larmes, la salive et le mucus nasal. Ils ont un mouvement rapide et fluidifient le sang en cas de vide de sang par exemple. 

Les liquides fluides se localisent principalement au niveau des espaces interstitiels, des muscles et des orifices. 

Par exemple, quand la lubrification du nez est correcte, nous ne nous rendons compte de rien, le nez est légèrement lubrifié, ni trop ni trop peu. Par contre, lorsque cette lubrification est pathologique, si elle est insuffisante, le nez devient sec, si elle est en excès, il y a des secrétions nasales, ce sont les rhinorrhées par atteinte de froid du Poumon. 

Lorsque nous mangeons du piquant, cela fait couler notre nez : la saveur piquante est la saveur qui tonifie le Métal, et dans la mesure où la sollicitation est exagérée, il y aura une réponse de l’élément Métal qui est l’éternuement ou le nez qui coule. 

Les liquides visqueux Ye circulent vers l’intérieur pour nourrir le corps. Ils sont plus troubles, lourds et denses, circulent avec le Qi nourricier, humidifient les articulations, la moelle épinière, le cerveau et la moelle osseuse. Ils ont un mouvement lent et humidifient aussi les orifices des organes des sens. 

La Voie des Eaux 

La Voie des Eaux désigne en Médecine Traditionnelle Chinoise, la production et la diffusion des liquides organiques 

Le processus de formation des Liquides Organiques est le résultat de toute une série complexe de processus de purification, dans lesquels les liquides sont, à chaque stade différent, séparés en fraction pure et en fraction impure. C’est pour cette raison que les Chinois parlent du « pur dans l’impur » et de « l’impur dans le pur ». 

Les fractions pures doivent pouvoir monter et les fractions impures descendre. Cette transformation correcte des liquides purs et des liquides impurs dépend de la bonne fonction de montée-descente et de sortie-entrée du Qi, qui est essentielle à leur bonne transformation. De nombreux organes contribuent à la transformation, au transport et à l’excrétion des Liquides Organiques, mais les principaux sont le Poumon, la Rate et le Rein. 

Les Liquides Organiques proviennent des aliments et des boissons. Ceux-ci sont transformés et séparés par la Rate ; la partie pure monte de la Rate au Poumon, qui en diffuse une partie à la peau et fait descendre l’autre au Rein.

C’est pour cela que le Poumon est appelé « Source Supérieure de l’Eau » 

La partie impure descend dans l’Intestin Grêle où, une fois encore, elle est séparée en fraction pure et fraction impure. La partie pure issue de cette deuxième séparation va à la Vessie, et la partie impure va au Gros Intestin, où une partie de l’eau est alors réabsorbée. 

La Vessie, elle aussi, transforme et sépare encore les liquides qu’elle reçoit en fraction pure et fraction impure. La partie pure monte et va à l’Extérieur du corps où elle donne de la transpiration. La partie impure descend et est transformée en urine. 

La Vessie effectue cette transformation et cette séparation grâce à l’action du Qi qui provient du Yang du Rein ; cette fonction de la Vessie est appelée « fonction de transformation du Qi ». C’est pourquoi le Rein est appelé la « Source Inférieure de l’Eau ». 

La totalité de ces mouvements traverse les 3 Foyers qui est le lieu du passage de l’eau et le tout est impulsé par le Foie, qui assure la mise en mouvement. 

C’est pourquoi les parties essentielles et pures qui ont leur origine au niveau des Trois Foyers s’exhalent à la surface du corps pour réchauffer la chair et remplir la peau. 

La partie exhalée des fluides du corps est appelée fluide clair. La partie qui circule vers l’intérieur pour nourrir le corps sans s’exhaler est appelée fluide épais. 

Dans la dialectique Yin / Yang, les liquides pathologiques mal transformés peuvent généralement suivre deux voies : 

∙ S’ils suivent la voie du Yang, ils vont donner des glaires qui vont être épaisses, jaunes, chaudes et plutôt collantes. 

∙ S’ils suivent la voie du Yin, ils vont donner des glaires qui sont beaucoup plus claires et filantes comme des leucorrhées ou rhinites claires par exemple. Là, nous sommes sur du froid. 

Les Glaires Yang sont probablement beaucoup plus graves que les Glaires Yin parce que le Vent et la Chaleur vont monter, vont aller au niveau du Cœur et du cerveau. Elles sont la porte d’entrée sur les attaques cérébrales et les hémiplégies soit les «Tchong Fong». 

Il faut noter la place importante du Foie en tant qu’organe liquidien qui impulse la Voie des Eaux. C’est donc aussi pour cela que le Foie est si important même en physiologie occidentale. 

LES GLAIRES TAN 

Parce qu’elle sont collantes, les glaires bloquent le mécanisme du Qi, sont difficiles à éliminer, deviennent chroniques, et engendrent des changements pathologiques lents. Les glaires circulent suivant le Qi, dans ses mouvements de montée-descente et d’entrée-sortie et parcourent le corps entier. Elles sont stockées par le Poumon, rassemblées dans l’Estomac, obstruent les orifices du Cœur, agressent le Foie et la Vésicule Biliaire, et elles s’installent dans les méridiens. 

La principale cause de formation de Glaires est le vide de la Rate. Si la Rate est incapable de transporter et de transformer les Liquides Organiques, ces derniers s’accumulent et se transforment en Glaires. Le Poumon et le Rein jouent aussi un rôle dans la formation des Glaires. Si le Poumon n’assure plus la diffusion et la descente des liquides, et si le Rein ne transforme plus et

n’excrète plus les liquides, ceux-ci s’accumulent et donnent des Glaires. Toutefois la Rate est toujours la cause première de la formation des Glaires. 

Les principaux signes de Glaires sont un corps de langue gonflé, un enduit lingual collant et un pouls glissant ou en corde. Dans les autres symptômes, nous pouvons retrouver une sensation d’oppression dans la poitrine, des nausées, une sensation de douleur, une sensation de brouillard dans la tête et des sensations vertigineuses. 

Il y a de nombreuses façons de classer les Glaires : je décrirai ici deux d’entre elles. La première classification se fait selon le caractère visible ou invisible des Glaires ; la seconde se fait selon les facteurs pathogènes auxquels elles s’associent. 

1ere classification : les Glaires visibles et invisibles 

Les Glaires visibles sont les Glaires que l’on retrouve dans le Poumon sous forme de mucosités ; elles s’y accumulent et sont expectorées sous forme de crachats dans les bronchites et autres pathologies du Poumon. 

Les Glaires invisibles restent sous la peau ou dans les méridiens. Elles peuvent obstruer les orifices du Cœur, la Vésicule Biliaire ou le Rein et, dans ces deux derniers cas, prendre la forme de calculs. Elles peuvent aussi s’établir dans les articulations sous la forme de déformations osseuses de l’arthrite. 

∙ Glaires sous la peau : elles prennent la forme de nodules sous-cutanés, de gonflements des ganglions nerveux, de gonflements des ganglions lymphatiques, d’augmentation de volume de la thyroïde, de certains fibromes et lipomes. 

∙ Glaires dans les méridiens : ces Glaires ne sont pas visibles sous la forme d’un gonflement, mais elles provoquent des engourdissements. Elles sont courantes chez les personnes âgées et fréquemment présentes dans les attaques de Vent. 

∙ Glaires qui obstruent le cœur : les Glaires peuvent obstruer les orifices du cœur et troubler l’esprit Shen. Il en résulte différentes maladies mentales comme la schizophrénie, la psychose maniaco-dépressive, ainsi que l’épilepsie. Toutefois, les Glaires qui obstruent le cœur peuvent prendre une forme plus légère et engendrer de la confusion mentale, de la dépression ou d’anxiété. 

∙ Glaires dans la Vésicule Biliaire ou le Rein : les calculs de la Vésicule Biliaire et du Rein sont considérés comme des formes de Glaires. Ils sont le résultat à long terme du «bouillonnement et de la macération» des Glaires sous l’effet de la chaleur. 

∙ Glaires dans les articulations : les déformations osseuses que l’on retrouve dans la poly-arthrite rhumatoïde chronique sont aussi considérées comme des formes de glaires. Lorsque pendant une longue période, les liquides ne sont plus transformés, ils s’accumulent dans les articulations, ils peuvent engendrer des glaires, qui par la suite, se condensent et forment des excroissances osseuses. 

2ème classification : types de Glaires selon leur nature

Nous allons voir ici que les glaires, visibles ou invisibles, peuvent se manifester sous différentes formes, variables selon les autres facteurs pathogènes avec lesquels elle se combinent. 

∙ Glaires- Humidités : elles se traduisent par des expectorations très abondantes, blanches et aqueuses, relativement facile à expectorer, une sensation de plénitude dans la poitrine et l’épigastre, des nausées, une bouche pâteuse, une absence de soif, une langue gonflée avec un enduit lingual collant et un pouls glissant. 

Cette forme de Glaires se rencontre dans les tableaux pathologiques du Poumon. 

∙ Glaires-Chaleur : elles se traduisent par des expectoration jaunes et collantes, une sensation d’oppression dans la poitrine, des nausées, un visage rouge, une bouche sèche, de l’agitation, une langue rouge et gonflée avec un enduit jaune et collant, un pouls rapide et glissant . Cette forme de Glaires touche surtout le Poumon, l’estomac ou le cœur. 

∙ Glaires-Froid : elles se traduisent par des expectorations blanches et aqueuses, une sensation de froid dans la poitrine, des membres froids, des nausées, une langue pâle et gonflée avec un enduit blanc et humide, et un pouls profond, glissant et lent. 

Cette forme de Glaires se rencontre souvent dans les tableaux pathologiques de l’Estomac ou du Poumon. 

∙ Glaires-Vent : elle provoquent des sensations vertigineuses, des nausées, des vomissements, un engourdissement des membres (essentiellement unilatéral), de la toux avec expectoration et raclement de la gorge, une aphasie, une langue gonflée et déviée avec un enduit collant, et un pouls en corde. 

Cette forme de glaires se rencontre souvent dans les attaques de Vent. 

∙ Glaires-Qi : ce sont des glaires invisibles qui se manifestent par une sensation de gonflement au niveau de la gorge (sans pour autant que celui ci soit réel), des difficultés de déglutition, une sensation d’oppression au niveau de la poitrine et du diaphragme, de l’irritabilité, des sautes d’humeur, de la dépression et un pouls en corde. Cette forme de glaire est généralement associée à une stagnation de Qi dans la gorge. Ces glaires sont dues à des problèmes émotionnels qui ont entraîné une stagnation du QI du foie, ou qui en découlent. La sensation caractéristique de constriction de la gorge est appelée syndrome du noyau de prune, en médecine chinoise elle apparaît et disparaît, en fonction des variations de l’humeur du malade. 

∙ Glaires-Liquides : ce sont des Glaires visibles qui se caractérisent par des mucosités blanches très fluides et très aqueuses. On peut même les entendre remuer dans le corps. Elles se divisent en quatre catégories : 

∙ Glaires Liquides dans l’Estomac et les Intestins 

∙ Glaires Liquides dans les hypocondres 

∙ Glaires Liquides dans les membres 

∙ Glaires Liquides au dessus du diaphragme 

∙ Glaires et Sang : parce qu’elles obstruent, elle peuvent engendrer ou aggraver les stases de Sang, effet renforcé par l’interaction qui existe entre les liquides et le Sang. En fait, d’un côté, il existe une relation d’échange mutuel entre les Liquides Organiques et le Sang, et donc les stases de Sang ont une influence sur les liquides, et de l’autre, les Glaires sont une accumulation de liquides pathologiques, ce qui aggrave les stases de Sang. Toutefois, tout comme les Glaires peuvent aggraver les stases de Sang, ces dernières peuvent aussi contribuer à la formation des

premières en raison de l’interaction qui existe entre les liquides et le Sang. Ainsi, les Glaires et les stases de Sang se renforcent mutuellement et engendrent un véritable cercle vicieux. 

LE GUN 

Définition du GUN 

Le GUN consiste à réaliser une roulade de droite à gauche et de gauche à droite, pendant plusieurs dizaines de minutes.  

Dans notre vie quotidienne, nous effectuons toujours les mêmes mouvements, donc ce sont toujours les mêmes muscles qui sont sollicités. 

Le mouvement du GUN va permettre une pression / dépression de toute la surface du corps, il permet d’ouvrir les petits vaisseaux et de travailler sur les méridiens par la sollicitation de nombreux points des méridiens. 

C’est le Docteur Michel ANGLES qui m’a présenté le GUN, qui est une forme de Qi gong Thérapeutique. 

Le Dr Michel ANGLES a passé plus de 25 ans en Chine et est un des rares médecins occidentaux habilité à pratiquer la Médecine Chinoise dans les hôpitaux chinois. 

Il est de plus rédacteur en chef adjoint de la « Nomenclature normative internationale sino française des expressions et termes fondamentaux de la Médecine Chinoise » qui comporte quelques 6.500 entrées ; cette Nomenclature a été initiée par la World Federation of Chinese Medicine Society, étant une organisation académique internationale chinoise en liaison avec l’OMS et le Ministère de la Santé de la Chine, relayée en Europe par la PEFCTCM (Fédération Pan Européenne des Spécialistes de Médecine traditionnelle Chinoise). 

Le but de cette nomenclature est de préciser les termes de Médecine Chinoise afin d’éviter des traductions trop éloignées de son esprit, voire fantaisistes. 

En ce qui concerne le GUN, c’est dans un service de psychiatrie de l’Hôpital de Qi gong de Beidahe que le Dr ANGLES s’est formé à ce Qi gong sous la direction du Professeur ZHANG Yulei qui s’était spécialisé dans le traitement et la réhabilitation des schizophrènes, maladie psychiatrique des plus graves avec la mélancolie et les atteintes bipolaires. 

Le Qi du Ciel agit sur le Qi de la Terre pour donner le Qi de l’Homme, ce phénomène se nomme « Tian Di Ren ». 

Dans les formes graves où les orifices du cœur sont bouchés, il n’y a plus de liaison entre le Qi du Ciel et le Qi de la Terre, ce qui explique les psychoses graves et les démences ; dans ces cas-là, le Qi de l’Homme n’est plus fonctionnel. 

La pratique du GUN permet de rétablir cette liaison. 

Bien entendu, qui peut le plus, peut le moins et ce Qi gong peut être appliqué à toutes les maladies avec des glaires qui sont éliminées ainsi par purgation et vomification, techniques classiques utilisées dans les 5 branches de la Médecine Chinoise qui sont : la Phytothérapie, le Massage (Anmo et Tuina), la Diététique, l’Acupuncture et, bien sûr, le Qi gong. 

Définition des deux principes de purge : Vomification et Purgation 

La vomification est une méthode qui permet, de régurgiter et ainsi d’évacuer par la bouche, des mucosités, des stagnations alimentaires et des matières toxiques stagnant dans la gorge, dans le

thorax et la cavité stomacale. Cette méthode a pour objet d’atténuer la virulence de l’affection et de la guérir. Il est recommandé : d’«évacuer par le haut ce qui se trouve dans la partie supérieure» Su Wen. Les indications essentielles sont : les accumulations de mucosités (y compris au niveau du cœur), l’obstruction de la gorge due à une stagnation de mucosités, la stagnation d’aliments dans l’estomac, l’ingestion de substances toxiques se trouvant encore dans l’estomac. 

La purgation est une méthode permettant de traiter les syndromes de plénitude en profondeur, en purgeant et en éliminant par les selles, les perversités liées à des excès et les accumulations. C’est là le sens de ces extraits du Su Wen : «évacuer par le bas ce qui se trouve au niveau inférieur». «Pratiquer la purgation de l’interne quand le centre est plein». La purgation a pour fonction essentielle d’éliminer les stagnations, de chasser la chaleur de plénitude, de disperser les accumulations d’eau et de froid. Ses indications sont les suivantes : accumulation dans l’estomac et les intestins, stagnation interne de chaleur en excès, constipation ou accumulation de froid, rétention d’eau. 

Déroulement du GUN 

« Seules quelques précautions sont à prendre pour tirer les meilleurs effets de cette pratique : Si vous le pouvez, roulez sur un sol dur en vous habillant chaudement si le sol est en pierre ou en carrelage. 

Si vous ne pouvez pas dégager assez de place dans votre appartement, pratiquez le GUN en travers de votre lit ; vous ne pourrez faire qu’une roulade et demi et vous aurez à changer de sens plus souvent mais cela sera pratiquement aussi efficace. 

Les mains peuvent être placées dans n’importe quelle position :étendues au-dessus de la tête, repliées sur la poitrine. 

Dans tous les cas, roulez lentement, il ne sert à rien d’aller vite ; l’essentiel est que toutes les parties du corps soient compressées alternativement (si vous rouliez trop vite cela augmenterait la sensation vertigineuse et/ou nauséeuse). Il est recommandé d’attendre 2 heures après le repas pour pratiquer le GUN. 

Après quelques semaines de pratique, vous connaîtrez la sensation très agréable d’être un sac dans lequel tous les os se meuvent librement ; en fait, cela correspond à un assouplissement des articulations et une détente musculaire profonde. 

Quand votre temps de roulade est terminé, prenez le temps de vous relever lentement pour éviter tout vertige ou déséquilibre, le temps de se remettre éventuellement d’un petit état nauséeux qui peut apparaître lorsque l’on n’est pas encore habitué aux roulades. 

Prenez soin de bien vous couvrir après la séance car le GUN, en ouvrant tous les petits vaisseaux capillaires, donne une impression de chaleur due à une hyperémie (augmentation de l’apport de sang dans les artères) superficielle et profonde ; il n’est pas bon alors de stopper brusquement cette dilatation des vaisseaux par un abaissement de la température de votre corps. 

Si vous avez de problèmes de sommeil, faites le GUN le soir puis allez vous coucher de suite après pour rester bien au chaud ; votre endormissement sera facilité et votre sommeil sera meilleur.

Au début, ne roulez que trois minutes. Augmentez d’une minute tous les jours ou tous les deux jours : il faut qu’à l’issue de la séance, vous n’ayez plus de sensation nauséeuse, qui est normale au début. 

Vous pourrez rouler plusieurs dizaines de minutes par jour en fonction de vos problèmes et/ou de vos douleurs ; vous vous apercevrez des énormes bienfaits après quelques petites semaines de roulades. » 

Pratique personnelle 

Sur les conseils de mon médecin acupuncteur, j’ai commencé à pratiquer le Gun tous les matins. Le premier jour, au bout de 30 secondes, j’ai ressenti des nausées donc je me suis assise et j’ai arrêté. 

Le deuxième jour, j’ai eu les mêmes sensations ; c’est au bout du 5ème jour que j’ai pu réaliser 1 minute. J’avais aussi des vertiges, mais cependant, un sentiment différent dans mon corps apparaissait durant la journée, je sentais une détente, une conscience différente du ressenti de mon corps physique et un plaisir retrouvé, comme dans mon enfance quand je me roulais dans l’herbe de la pelouse chez mes parents. 

C’était agréable de retrouver ce plaisir enfantin, simple et innocent, en lien avec la nature. De la joie émergeait de moi, une nouvelle prise de conscience de mon corps. De plus, ayant un terrain allergique avec des sinusites frontales récurrentes, cette pratique a permis un espacement des épisodes aigus. 

CONCLUSION 

Ce travail de fin d’étude m’a permis d’approfondir mes connaissances sur les liquides organiques et les Glaires et d’expérimenter le GUN ; cet exercice est basé sur le principe de purge (vomification et purgation) pour éliminer les glaires (Tan yin), même celles qui bouchent les orifices du cœur, et pour permettre à nouveau l’union du Qi du Ciel et du Qi de la Terre. 

« Il est notamment très utile dans toutes les formes de cancer et chez au moins 80 % des occidentaux qui sont bourrés de glaires à cause de leur alimentation » dixit Michel Angles. 

Je finirai en remerciant chaleureusement le Docteur Michel Angles qui m’a fait découvrir le GUN, pratique de QI gong thérapeutique à la portée de tous, avec une réelle efficacité puisqu’il est pratiqué par de nombreuses personnes en Chine pour améliorer toutes sortes de pathologies. 

ANNEXES 

Sources

Les stagnations ou glaires (Tan)

http://www.zhongyi.net/texte/acupuncture/8_8methodes.pdf 

https://www.bmtbv.com/?s=gun « Les principes fondamentaux de la Médecine chinoise » de Giovanni Maciocia

Lettre d’information

    j'accepte de recevoir les emails envoyés par Kendreka

    RÉSEAUX SOCIAUX DE L’ÉCOLE